Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09.11.2015

9 et 10 Novembre 2017:Concerts en Belgique

Serge Lama était le 9 Novembre 2017 au Palais des beaux-arts de Charleroi et le 10 au forum de Liège.

 

23472351_1651468068260657_3662418920475510497_n.jpg

 

Photos prises lors de ces deux concerts

 

23472762_818450978329782_2716572237852584504_n.jpg

 

23472377_10213863201841799_583695715581621906_n.jpg

23376152_1651469308260533_5322502178439584450_n.jpg

 

 

  Un compte rendu du concert de Charleroi était publié dans la Gazette le 11 Novembre 2017

 

23561439_10156056409234015_3690795017579735607_n.jpg

 

9 Novembre 2017: L'extraordinaire aventure d'Alba le petit sapin

Il s'agit d'un conte de Noêl écrit par la collaboratrice de Serge Lama, Luana Santonino inspiré du titre  "l'arbre de Noël" sorti en 2016 dans l'album "où sont passés nos rêves".

Le livre est accompagné d'un CD

 

515+bC9rfsL.jpg

Résumé:Petit sapin vivant seul au sommet d'une montagne, Alba passe ses journées à observer un lieu étrange au fond de la vallée. Quelque chose qui l'intrigue et le fascine : la VILLE.
Chaque année, après la danse du vent, celle-ci se métamorphose et se met à briller de mille feux. Par quel phénomène magique ? Le jeune conifère tente de percer le mystère. Il interroge son amie la neige, sonde les flocons voyageurs, presse de questions Coucou, l'oiseau migrateur. Parviendra-t-il à découvrir le secret ? Son avenir est-il lié – comme il le redoute mais aussi l'espère – à celui de ces êtres bizarres que l'on appelle les humains ?
Tandis qu'en ville des enfants s'affairent aux derniers préparatifs d'un Noël en famille, un événement extraordinaire va changer leur vie. Et celle d'un arbre tout vert au destin pas comme les autres.

Ce conte humaniste, pédagogique et écologique peut être lu par les parents comme par les jeunes lecteurs eux-mêmes, au rythme du calendrier de l'avent tout au long de décembre pour le plaisir de la découverte et du partage. Il s'adresse également aux adultes qui désirent s'offrir une bulle d'insouciance, de poésie et de douceur. 

06.11.2015

6 Novembre 2017:Le courrier picard

Serge Lama en concert le 30 Novembre 2017 au Zenith d'Amien, interview dans

LE COURRIER PICARD

 

Capture.PNG

Serge Lama : « Toutes mes chansons sont autobiographiques »

 

Il sera en concert le jeudi 30 novembre au Zénith d’Amiens, et le mercredi 21 mars, au Tigre, à Margny-lès-Compiègne. Nous l’avons rencontré chez lui, à Paris.

    Pourquoi avoir ressorti votre CD « Où sont passés nos rêves » qui était déjà dans les bacs en 2016 ?

D’une part, parce que je repars en tournée cette année. C’est un événement très important pour moi. D’autre part, l’album est sorti au moment où mon épouse est décédée et que ce fut une terrible épreuve. L’émission que j’avais faite quatre jours plus tard, chez Ruquier, n’avait pas eu d’impact car j’étais à côté de la plaque. Je n’étais pas capable d’exprimer ce qu’il fallait par rapport à un album qui, avant, m’avait rendu si heureux. Cet album a donc été mis sous l’éteignoir. Je le relance aussi pour ça car j’y tiens beaucoup. Je le relance avec notamment une chanson nouvelle : « Je débute ».

Chanson éponyme de la tournée, donc.

Oui. La tournée s’appelle « Je débute ». Je me suis rendu compte que j’ai passé ma vie à débuter. Je ne suis pas le seul ; je pense que beaucoup d’artistes vous diraient la même chose. Les gens me disent : « Mais quand même, vous avez un acquis ! ». Oui, il y a un acquis. Mais à chaque fois, il faut repartir au charbon. Mais j’éprouve toujours ce sentiment dès que je fais un nouveau disque. J’ai eu le sentiment de recommencer. Pas à zéro, bien sûr. Mais cette expérience, quand vous êtes ventre au public, elle ne vous sert plus à rien. Même les anciennes chansons deviennent de nouvelles chansons. A chaque fois, ça change ; elles ne sont pas placées au même endroit dans le répertoire. Il faut repartir d’un autre pied si j’ose dire (moi qui ai un pied qui est de travers, je ne peux pas trop me permettre de changer de pied !). C’est comme ça. C’est à chaque fois un investissement total, avec les moyens qu’on a, il faut donner le plus qu’on a en soi le jour J. Et c’est tous les jours le jour J.

Le déclencheur a donc été le décès de votre épouse ?

Il a plutôt joué un rôle négatif. Ca m’a fichu par terre. C’était quarante-sept ans de connivence. Quarante-sept ans de compagnonnage car nous n’avons jamais vécu ensemble. On vivait d’une façon très spéciale avec mon épouse, mais on était lié par quelque chose de très fort. On ne peut pas évaluer les dégâts que ce drame procure. Pour elle, j’ai repris une chanson qui était passé à côté, à une époque, et que je trouve bien ; cette chanson s’appelle « Le dernier baiser ». C’est une chanson de film. Le film n’a pas eu de succès ; la chanson a été occultée.  C’est ce qui s’est passé ; je suis arrivé, tout le monde était en larmes. J’arrive on me dit : « Michèle est morte. » On prend ça dans la gueule d’un seul coup. C’est vraiment le dernier baiser. J’ai enregistré la chanson que j’avais donnée à Christophe Mahé, « Je veux du bonheur » qui a été un succès. Je l’ai refaite à ma manière. J’ai également refait une chanson ancienne – ce qui est assez rare -. J’ai gardé le titre, « Comme elles étaient belles ». Une chanson d’amour… « Comme elles étaient belles les filles de ce temps-là ». J’ai transformé en « Comme elles étaient belles les chansons en ce temps-là ; elles étaient si belles que nos cœurs les rechantent parfois. » Je l’ai détournée. Je pense que ce que j’appelle la chanson, est en train de disparaître. C’est une petite chanson avec une belle mélodie à l’ancienne qui dit exactement ce que je pense. Avec la tristesse que cela génère.

Vous avez invité, sur ce disque de grands compositeurs (Cabrel, Julien Clerc, Calogero, Obispo, Carla Bruni, Adamo, Le Forestier, Bruel, etc.). Pourquoi cette démarche ?

Il y a des années que je pense à ça mais je n’osais pas. Mon entourage m’y a poussé. Je pensais que ces artistes allaient me répondre non. Les gens me disaient qu’ils allaient me dire oui. J’étais devenu assez intime avec Cabrel ; j’avais écrit des textes quand il ne parvenait plus à écrire. Il m’avait dit qu’une chanson lui plaisait. Il a terminé son disque et m’a dit : « J’ai trouvé la musique des Muses. » Je lui ai dit que ce n’était plus une chanson pour moi. Je trouvais la musique fort belle ; j’ai donc décidé de la chanter. J’avais déjà une chanson de Cabrel qui est devenu le single, qui est sortie en radio. Et j’ai osé envoyer un texto à Julien Clerc, en lui disant : « Si je t’envoie des textes pour moi, pour un album à moi, qu’est-ce que tu fais ? » Il m’a dit : « Si ça me plaît, je te fais la musique. » Je lui envoyé deux ou trois textes. Il y en avait une qu’il voulait à ce moment-là garder pour lui (je crois qu’il est passé à autre chose depuis). Et il m’a écrit deux musiques. A partir de l’instant où vous avez Cabrel et Julien Clerc, il y a un truc qui commence à prendre fort. A ce moment-là, Calogero m’a envoyé un texto en me demandant si mon disque était bouclé. (Je le connaissais un peu.) Je lui ai répondu : « Pas du tout ! ». Je lui envoie deux textes. Et il a écrit pour moi une chanson que je trouve sublime et qui s’appelle « Le souvenir ». C’est une chanson qui aurait pu être un énorme titre. A ma grande époque, je suis presque sûr qu’on aurait cassé la baraque. Je vais du reste la chanter sur scène. Il y a aussi la chanson « Bordeaux », d’Obispo, qui, elle, a fait son trou. Il a déverrouillé un problème que j’avais avec Bordeaux. J’essayais d’écrire une chanson sur ma ville. Cela depuis trente ans. Mais j’avais Nougaro dans le dos qui était là… comme un corbeau qui me bouffait la nuque. J’en avais écrites mais c’était des chansons un peu intello dans lesquelles je parlais de Montaigne… Ca n’intéressait pas le public. Et tout à coup, il me dit : « C’est marrant, on est de Bordeaux tous les deux. » Et quand j’ai raccroché, une phrase me vient : « Au bord de la Garonne belle… » A partir de cette phrase, la chanson s’est faite. La phrase déclencheur ; c’est comme ça que je marche. Il faut une phrase déclencheur qui amène tout le fleuve de la chanson. Après, j’ai peaufiné ; j’ai travaillé les détails. Mais le gros de cette chanson, je l’ai écrit rapidement. Ce qui est difficile, c’est de trouver les phrases qui ne vous plaisent pas, et de les remplacer.

Saviez-vous que tous ces artistes étaient inconditionnels de vos chansons ?

Inconditionnels, je ne sais pas… Ils m’aimaient bien moi, en tant qu’être humain. Du coup, ils ont fait ça avec plaisir. C’est vrai que j’ai tendance à me dévaloriser par nature. Je ne pensais pas que c’était à ce point-là. En tout cas, ils ont été contents. Calogero est content. Cabrel aussi. Julien, je ne me rends pas compte. J’ai fait faire à Adamo sa première musique sur un texte qui n’est pas de lui. Il n’avait jamais fait une musique sur un texte qui n’était pas de lui ! C’est formidable ! Sur scène, je vais donc chanter quelques chansons nouvelles, mais le public, à mon âge, attend les chansons classiques. Il faut tester les chansons nouvelles lors des concerts ; voir si ça fonctionne. Au départ, j’en propose pas mal ; à l’arrivée, il restera une portion congrue.

Votre duo avec Carla Bruni, sur la chanson « Casablanca », est particulièrement réussi.

Si Carla n’était pas mariée avec qui l’on sait, la presse aurait tout de suite dit que cette chanson était formidable. Carla a beaucoup de talent ; un vrai talent. Elle déploie une vraie originalité ; sa voix ne ressemble à celle de personne d’autre. Elle a un grain de voix qui est le sien. Son talent est occulté par le fait qu’elle a épousé un président de la République. La première fois que j’ai écouté l’une de ses chansons fétiches, je me trouvais dans une brasserie à Nantes, très bruyante. Je dis à un copain qui, je sais, est toujours au courant de tout : « C’est qui, ça ? » Je déclaré : « C’est un tube ! » J’ai entendu au son – sans entendre les paroles – que c’était un tube ; et c’est devenu un tube.

Vous évoquez la chanson « Raphaël » qui rend hommage à Enthoven.

Oui, c’est ça. Père ou fils ? (Rires…) Elle ne cache rien ; elle est d’un naturel qui est subjuguant.

Parmi la vingtaine de chansons, celle intitulée « Mais j’ten veux pas », sur les conséquences d’un divorce, est particulièrement puissante et terrible. Comment est-elle née ?

C’est effectivement une chanson grinçante qui sourit. Grâce aussi à la musique de Julien Clerc. Sa musique sourit. J’ai connu le mec dont je parle dans le texte. Je le voyais en train de se faire plumer. Et il s’est fait littéralement plumer. J’ai fini par ramener ça à quelque chose de plus positif. « Grâce à ça, je n’ai plus rien, mais j’ai trouvé une fille, formidable… » Il n’y a pas que des salopes ; il y a aussi des filles formidables. Pourtant, la fille en question, ne cachait pas son jeu ; il n’y avait que lui qui ne le voyait pas. L’amour, dans ce cas précis, rend plus qu’aveugle. Ce type (qui était très riche et très intelligent) ne voyait absolument pas qu’elle était en train de le déposséder de tout. Elle était dans le calcul, et ça se voyait. C’est une chanson de scène par essence ; je vais voir ce que ça va donner.

La fin de cette chanson est lumineuse.

Oui, c’est vrai. Aujourd’hui, le féminisme est en train de manger le féminisme. Tous les acquis sont en train de tomber en miettes. C’est la société qu’il faut changer ; il faut remettre la femme dans la société. Maintenant, ce sont des gonzesses qui se bouffent entre elles.

Connaissiez-vous déjà Carla Bruni avant de réaliser cette chanson ?

Pas du tout. C’est un hasard complet. J’étais allé voir Francis Cabrel chanter un dimanche après-midi. Le hasard a voulu que Carla – en compagnie de son mari – soit là. Et, malgré ma timidité, je suis allé la voir ; je lui ai demandé si ça l’intéressait de faire une musique sur l’un de mes textes. Elle a tout de suite accepté. Elle m’a donné immédiatement son numéro de téléphone. A partir de là, elle m’a envoyé un texto en me disant : « Je suis très lente. » J’ai compris que la musique arriverait très tard ; je lui ai donc donné une date butoir. Elle est effectivement arrivée très tard, mais c’était tellement magnifique. Ce duo, je l’adore ! J’adore aussi « Lettre à mon fils », qui est une chanson qui dit des choses que personne ne dit. Que ce soit Rockefeller, Robespierre, Napoléon, etc., tous ces gens qui nous ont emmenés là où on en est. J’avais envie de pousser mon petit coup de gueule. Depuis le début de ma carrière, j’ai toujours un petit billet d’humeur dans presque tous mes disques.

Vos chansons sont également souvent empreintes de mélancolie, même si les gens qui connaissent mal votre œuvre s’attardent sur les chansons les plus drôles.

Je me suis laissé exploiter, c’est vrai, notamment par la télévision. J’ai fait des chansons rigolotes. Si vous faites le compte, les chansons un peu marrantes elles ne représentent que dix pour cent. Le reste, c’est de la mélancolie. Quand j’ai débuté dans les années 1960, à la radio on disait de moi : « Oui, il a du talent Serge Lama, mais c’est un chanteur triste. » Comme j’avais envie d’arriver en haut de l’affiche, je me suis mis à tenter d’écrire des chansons gaies. J’ai donc écrit « C’est toujours comme ça la première fois » ; puis j’ai écrit « Superman «  qui m’avait été soufflé par mon directeur artistique qui avait trouvé cette chanson des Kinks. J’ai détourné « Apeman » en « Superman ». Après il y eut « Les p’tites femmes de Pigalle », puis « Femmes, femmes »… Et j’ai été pris dans ce prisme-là. Heureusement, il y eut « Je suis malade »  qui a tempéré cette tendance.

Vous aimiez les Kinks ?

Oui, bien sûr, mais c’est mon directeur artistique qui est parvenu à obtenir les droits. Il m’a dit que ce serait intéressant que je l’adapte. J’ai trouvé « Superman ». Il est certain que je ne swingue pas comme les Kinks mais en tout cas ce n’était pas trop mal.

Vous allez vous produire le jeudi 30 novembre au Zénith d’Amiens, puis un peu plus tard, le mercredi 21 mars 2018 au Tigre, à Margny-lès-Compiègne. Dans quelle formule serez-vous accompagné sur scène ?

Ce sera un grand spectacle-petit spectacle ; les gens aiment que je sois ventre au public et que je chante mes chansons comme ça. Mais il y aura un écran et on sera dix sur scène. Ce sera un grand spectacle mais je garde quand même l’idée de conduire mon tour de chant à ma main. Je ne veux pas que le public ait l’impression que je suis en train de faire un numéro de clown avec des images et des trucs. Il y aura effectivement des images et quelques effets mais juste quand il le faudra. On a fait des choix. Quand vous chantez « Les ballons rouges », les gens vous écoutent. Il n’y a pas besoin de mettre des images partout. Pour certaines chansons, je serai minimaliste. J’essaie de trouver la bonne dose.

Pourquoi avoir repris « Bird on a Wire », de Cohen ?

Parce qu’il est mort l’année dernière et que ça m’a fait de la peine car on a parlé de Bob Dylan qui n’est pas allé recevoir son prix Nobel. Et Leonard Cohen, à mon sens, était un plus grand poète que Dylan. J’ai lu ses livres. Il s’agit donc pour moi de lui rendre hommage. Quand Leonard Cohen a écouté ma version, il a dit : « Lama a fait un meilleur texte que moi ! » Ce qu’il a dit a été confirmé puisque c’est ma version qui a été traduite dans toute l’Europe. Parce que mon texte était un tout petit peu plus simple que le sien.

Est-ce que vous considérez que votre dernier album est autobiographique ?

Toutes mes chansons sont autobiographiques. Depuis le début, de la première à la dernière. Il y a un fond autobiographique chez moi ; c’est comme de la vase. Il y a l’eau, et il y a la vase. Il y a aussi beaucoup de fiction. La chanson « Attention danger », c’est fait de bouts de ma vie, mais aussi je donne plein d’images qui ne sont pas toujours de moi. « Les ballons rouges », c’est moi mais je n’ai pas été un enfant privé de nourriture. On était pauvre ; j’ai été privé de gens qui me faisaient sentir qu’ils m’aimaient. J’ai eu une enfance de solitaire. Ce que j’essaie de dire, c’est ça au fond. Une chanson comme « Je suis malade », c’est un cri. Dans beaucoup de mes chansons, c’est un enfant qui crie.

« Une chanson, c’est à égalité, mots et mélodie », dites-vous. Pouvez-vous revenir sur cette phrase ?

S’il n’y avait pas les mots, il n’y aurait pas la mélodie ; la mélodie appelle les mots. Ils sont inséparables, indissociables. On peut dire qu’ils sont à égalité totale ; on peut dire que c’est injuste car à l’étranger c’est la musique et un son de mot qui va véhiculer la chanson à l’extérieur. Mais dans l’essence même d’une chanson, c’est véritablement indissociable. Si Jacques Datin n’avait pas écrit cette musique-là sur « Les p’tites femmes de Pigalle », ma chanson aurait été une chanson triste parmi tant d’autre car, au départ, c’est parti pour être une chanson triste. Quand j’ai vu ce qu’il avait fait avec sa musique, j’ai réécrit une grande partie de mon texte pour ramener les paroles à la vision qu’il avait eue. (Cette chanson a été inspirée par Claude Lemesle qui, à ce moment-là, avait des problèmes sentimentaux comme il en a eus beaucoup dans sa vie ; c’est un ami, Claude Lemesle. Il m’avait dit : « Maintenant, je vais aux putes… » mais je ne pouvais écrire ça comme ça.) Mais pour moi c’était dramatique ; ce n’était pas une chanson drôle. Quand le rendez-vous des paroles et de la musique n’est pas réussi, ça ne fait pas une très bonne chanson. On sent qu’elle boite.  C’est comme un couple.

Brel, Ferré, Brassens, Gainsbourg, etc. sont encensés dans la presse dite « intellectuelle » (Télérama, Les Inrocks, Libération, Le Monde, etc.) Pas vous qui, pourtant, êtes un vrai littéraire et un authentique poète. Pourquoi ?

Je pense que mon côté chanteur populaire a  occulté des choses… Il y a quelqu’un qui est souvent oublié comme auteur (et pourtant c’est l’un des plus grands auteurs des cinquante dernière années) : Charles Aznavour. Aznavour, on dit de lui que c’est un grand interprète… On ne parle jamais de ses textes qui sont pourtant incroyables. Même Gainsbourg a chanté des textes d’Aznavour. C’est un grand auteur. Je fais partie de ces gens qui sont un peu méprisés par l’intelligentsia qu’on ne sait pas trop bien définir… En revanche quand ces critiques viennent à mes concerts, ils sont conquis. Mais ils ne viennent pas. Ils n’aiment que les choses tendance, les choses mode… Des choses qui ne durent pas ; un chanteur qui dure depuis cinquante ans, c’est beaucoup trop.

Serait-ce l’effet Bayon, mais Johnny Hallyday qui est, certes, un grand interprète et un grand artiste, mais qui n’est pas auteur, pas un compositeur, a le reconnaissance de Libération. C’est étrange, non ?

Contrairement à beaucoup de mes collègues, je n’ai pas construit de réseaux. J’ai passé mon temps sur les routes pendant quinze années de ma vie. J’ai passé 250 jours de ma vie sur les routes. Ensuite, j’ai fait Napoléon, et j’ai joué tous les soirs ; je n’ai pas eu l’instinct de savoir qu’il fallait se faire des réseaux, connaître des gens. Et puis, j’ai le cul entre deux chaises car je suis à la fois un chanteur populaire et un littéraire. Alors… Je propose à la fois des chansons littéraires et des chansons à boire, ou des chansons paillardes parfois, joyeuses… « Les p’tites femmes de Pigalle », ce n’est pas mal écrit…

Parlez-nous du livre-disque « L’extraordinaire aventure d’Abba, le petit sapin », aux éditions Plon.

Il y a dans mon disque une chanson qui s’appelle « Je suis un arbre de Noël » que j’avais écrite à l’âge de 35 ans ; je me disais qu’à l’époque, j’étais trop jeune pour chanter un truc comme ça. Je pense avoir été cela toute ma vie, un arbre de Noël ; un porteur de cadeaux. J’ai fait écouter cette chanson à mon assistante ; elle m’a dit que je ne pouvais pas ne pas mettre cette chanson dans mon disque ; une chanson pleine de joie, d’optimisme, qui réveille les âmes. J’ai demandé à Cabrel de me faire une musique. C’est devenu une vraie chanson. De là, mon assistante, c’est mise à envisager la création d’un conte pour enfant. Un conte qui parle d’amour, d’amitié, de solidarité… C’est un conte de Noël. C’est très mignon, très joli, très joliment écrit. Ce conte fait une centaine de pages. Ce livre CD sortira en novembre.

Propos recueillis par PHILIPPE LACOCHE

 

6 Novembre 2017: C'est au programme.

Serge lama était au sommaire de l'émission c'est au programme du 6 Novembre 2017, dans une rubrique intitulée "Parfum d'enfance". Il se confie à Danielle Moreau.

 

index.jpg

C'est au programme


Parfums d’enfance : Serge Lama !

 

Capture.PNG

Chroniqueuse : Danielle Moreau

 

Serge Lama repart pour une grande tournée à travers la France, et avant son départ, Danielle Moreau a eu la chance de le rencontrer pour un « Parfums d’enfance » particulièrement émouvant. Serge se confie sur la blessure d’enfance qui a influé sur toute sa vie, l’échec de la carrière de son père. C’est une véritable déclaration d’amour à ce père chanteur, aujourd’hui disparu, qui reste son héros.

 

 

Site de l'émission ICI

03.11.2015

3 Novembre 2017:Message de Serge

Un petit mot de Serge Lama suite au début de la tournée

Chers amis,
Un petit point après quelques concerts. C'est un plaisir renouvelé chaque fois car mes nouvelles chansons fonctionnent à cent pour cent. "Le souvenir", dont la musique est de Calogero, fait tous les soirs un triomphe. C'est du grand spectacle intimiste, ça pouvait paraître inconciliable eh bien non ! C'est un triomphe tous les soirs. Merci à tous. Rendez-vous fin novembre à la Salle Pleyel à Paris, et puis partout en France, Suisse et Belgique.
Je chante tous les soirs comme si c'était la dernière fois...
Merci, je vous aime.
Serge

01.11.2015

1 Novembre 2017:l'avenir.net

Capture.PNG

«Je débute depuis l’âge de 21 ans. J’ai toujours la peur au ventre»

 

Serge Lama s’apprête à prendre la route une nouvelle fois, pour une nouvelle tournée. Et il demande à avancer l’interview, parce que juste après: «J’ai rendez-vous chez mon laryngologue, il va vérifier le matos avant la tournée».

C’est très sérieux votre truc…

Pourtant, je n’ai jamais trop travaillé ma voix. Contrairement à mon père, qui était chanteur lyrique. Je l’entendais faire ses vocalises. Il était toujours très étonné, il me disait «Mais toi tu peux sortir du lit et aller directement chanter sur scène comment tu fais?» C’est sans doute de t’avoir écouté, j’ai pris tous tes trucs! J’ai toujours fait ça avant de partir en représentation. Parce que la scène, c’est une représentation de l’individu, on est sublimé à certains moments, excessif, c’est une autre représentation de soi.

En quoi le Serge Lama sur scène est différent de vous? Il est moins réservé?

Oui, surtout à une époque, j’étais plutôt dans l’excès, pas toujours équilibré dans la manière d’interpréter un texte. Et puis en 1995, j’ai joué au théâtre et dans une comédie musicale. Là, j’ai appris à respecter l’auteur. Et je me suis dit que ça pouvait aussi me servir dans mon tour de chant. J’ai redécouvert d’anciennes chansons.

Votre album est sorti il y a tout juste un an. Comment vivez-vous avec lui?

Bien! Il est réédité avec cinq titres en plus, dont Je débute qui est le nom de ma tournée. Je débute depuis l’âge de 21 ans, j’ai toujours la peur au ventre, ça n’est pas passé. C’est comme un boxeur qui monte sur le ring pour remettre son titre en jeu. Et c’est un jeu dangereux parce que les modes passent, et de plus en plus vite. On peut vite se faire balayer, il faut rester vigilant.

C’est pour ça que vous avez fait appel à des compositeurs très différents pour cet album?

J’ai surtout eu la chance qu’un ou deux disent oui au départ et ça a emballé la suite. Je pense que si Francis Cabrel ou Julien Clerc avaient dit non, les autres compositeurs n’auraient peut-être pas suivi. Mais ça n’a pas été le cas, j’étais très étonné. Calogero, c’est lui qui m’a appelé… C’était un travail passionnant avec toutes ces musiques loin de mon univers.

Pourquoi?

Vous savez, la chanson à l’ancienne disparaît, la chanson telle que je la pratique. C’est l’évolution, c’est comme ça. Quelqu’un comme Stromae a créé quelque chose, ses chansons ont trois leviers: il y a le texte, la musique, et, visuellement, ça amène à l’art. Les chansons deviendront des triptyques avec peu de mots.

Vous avez contacté plein de gens pour cet album, pourquoi pas lui?

Je pense qu’il n’a pas le temps de s’occuper de moi. Et puis, ce n’est pas à mon âge que je vais faire la révolution. Il y a un chemin qui est le vôtre, auquel on vous reconnaît. Ce n’est pas à 74 ans que je vais changer ça.

Un peu avant l’album, vous avez publié un livre avec l’intégrale de vos chansons. Qu’est-ce que vous avez retenu de cette démarche de compilation?

Ça a eu beaucoup de succès, c’est étonnant. Il y a des chansons et des explications. On est heureux quand on est reconnu dans quelqu’un chose où on n’est pas attendu.

Le point commun, c’est le plaisir d’écrire?

La chanson est une toute petite chose, ça reste un art mineur. Même si ça doit être bien fait et que pour ça, ça demande de beaucoup travailler. Ce n’est pas à comparer à de grands auteurs ou de grands poètes…

Mais le fait que Bob Dylan ait reçu le Nobel de littérature…

C’est une belle reconnaissance pour nous auteurs.

30.10.2015

30 Octobre 2017: L'avenir.net

Serge Lama chantait en Belgique les 9 et 11 Novembre 2017

Capture.PNG

«Chez vous, il y a toujours de la bienveillance

Serge lama confie que la scène l’angoisse, «J’ai toujours peur de foirer quelque chose», dit-il. Mais aussi beaucoup de plaisir: «Quand même, je ne suis pas maso!

Je fais tout ça pour atteindre l’adrénaline miraculeuse, ce moment de grâce sur scène… Je chante environ 25 chansons tous les soirs, elles ne varient pas beaucoup. Mais physiquement, avec l’accident que j’ai eu, c’est très lourd, je traîne ma jambe depuis 52 ans! J’ai toujours masqué ça, mais ça devient difficile, maintenant, c’est la jambe droite qui en a marre…»

Cette tournée passera quatre soirs par la Belgique, où il est venu souvent et où il revient avec plaisir. «Je crois qu’avec la Suisse, c’est un des pays que j’ai le plus visité. J’ai cette chance-là.»

Ce qu’il a de particulier le public belge? «Il est là pour accueillir, pas pour juger. À Paris c’est plutôt, on va voir ce que ça donne, il y a toujours un petit arrière-goût de critique, il faut toujours prouver quelque chose. Chez vous, il y a toujours de la bienveillance, même quand c’est un peu moins bien. On a besoin de bienveillance, de politesse. On a besoin de toutes petites choses comme ça.»

«Où sont passés nos rêves», Warner. En concert au PBA de Charleroi le 9/11, au Forum de Liège le 10/11. Le 19/01 au Théâtre royal de Mons, le 20/01 à l’Aula Magna, LLN.

27.10.2015

27 Octobre 2017: 300 coeurs chantent les grands airs lyriques

Vendredi 27 Octobre 2017 sur France 3 , Serge Lama participait à cette émission en interprétant "Marie la Polonaise"

phototele-898169.jpg

phototele-898167.jpgD

Scan.jpg

télé Z du 21 au 27 octobre 2017

 

26.10.2015

26 Octobre 2017:Concert à Tours

Serge Lama se produisait à Tours le 26 Octobre 2017 dans la salle du Vinci

Centre_congres_vinci.jpg

Voici un compte rendu publié dans info Tours.fr

Lien vers la page d'info Tours

Après avoir fêté ses 70 ans et ses 50 ans de carrière en 2013, et après un nouvel album (Où sont passés nos rêves) Serge Lama reprend la route avec une tournée qui débutait ce jeudi au Vinci à Tours.

Serge Lama nous a ainsi fait découvrir les pépites de son nouvel album mais également les plus grands standards qui ont jalonné sa carrière hors du commun..

Entouré de ses fidèles musiciens, sous la baguette de Sergio Thomassi, Serge Lama pendant 2 heures alterner entre cinq nouvelles chansons et ses anciens succès réorchestrés, tel que Les ballons rouges et Vivre tout seul(Bird on the wire).

Devant une salle pleine d'un public tout acquis, qui reprend la plupart de ses anciens standards et qui en redemande encore et encore, Serge Lama termine son récital avec l'incontournable Je suis malade. Pendant de longues minutes le public debout réclamera son retour sur scène et vêtu d'un peignoir rouge Serge Lama reviendra seul pour chanter L'arbre de Noël..

Roger Pichot

 

Sans titre-1.jpg

Photo offerte par Monsieur Roger Pichot

 

26 octobre 2017 : 13 H - TF1

13h__027215800_1021_06082012.jpeg

 

Dans le journal du 26 octobre 2017, présentation d'un  reportage sur le démarrage de la tournée "Je débute" lors des représentations au Pin Galant de Mérignac les 20 et 21 octobre 2017.

 

24.10.2015

24 octobre 2017 : Ouest France - Rennes

4.png

1725392036.3.png

471283652.3.png

561454708.3.png

LIRE

 

20.10.2015

20 et 21 Octobre 2017:Le pin Galant

Les 20 et 21 Octobre 2017 Serge Lama chantait à Mérignac tout près de Bordeaux.

Scan0001.jpg

Scan0004.jpg

Scan.jpg

IMG_2575 [640x480].jpg

IMG-20171022-WA0000.jpg

 

Les glycines en rappel à capella

 

 

20 octobre 2017 : France bleu

2.png

A l'occasion du passage de Serge Lama au Pin Galant de Mérignac, deux passages sur France bleu Gironde.

 

Dans Confidence d'artistes 


REPLAY

 

Dans ça s'est passé du côté de chez vous, Serge lama est interrogé en direct depuis sa loge du Pin Galant

REPLAY

 

 

20 Octobre 2017:CNEWS Matin

Serge Lama en concert les 20 et 21 Octobre 2017 au Pin Roland à Merignac.

Capture.PNG

Retour au bercail pour Serge Lama à Bordeaux

Né ici à Bordeaux, Serge Lama reste fidèle à ses attaches. Mais son passage ce week-end au Pin Galant de Mérignac a d’autant plus de sens qu’il vient de consacrer une chanson à « Bordeaux ». Enfin !

 

« Quand naissent les “je me rappelle” / On revient toujours d’où l’on vient ». Retour à la case Bordeaux pour l’une des plus grandes voix et des plus grandes plumes de la chanson française. Une ville qu’il a peu connue jeune – il l’a quittée à 7 ans – mais qu’il a tout de même fréquenté plus souvent qu’à son tour. « C’est un dessin d’enfance », « c’est la main de ma mère » qu’il redécouvre sans cesse : « T’as changé ma rebelle / T’es belle avec tes nouveaux quais. »

L’hommage ira sans doute au cœur des Bordelais présents au Pin Galant (il reste encore quelques places) où il s’installe pour deux soirs, ce soir et demain. Avec les chansons de son dernier album « Où sont passés nos rêves », aux musiques signées Cabrel, Obispo, Bénabar, Adamo, Bruel, Le Forestier, Calogero, Julien Clerc ou encore Christophe Maé, et aussi avec les incontournables de sa carrière, des « P’tites Femmes de Pigalle » à « Je suis malade » via « D’aventures en aventures. »

Sa fidélité alors qu’il pourrait viser beaucoup plus grand, la salle de Mérignac la doit à la médiocrité de la Patinoire, confiait-il à nos amis de « Sud Ouest Dimanche ». Mais pour ceux qui ne pourraient le voir ce week-end, Serge Lama va s’essayer au nouvel Arena de Floirac, le 3 mars prochain (53-60€). •

SLJ