Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01.11.2019

14 Octobre 2020: Soir Mag

Interview de Serge Lama dans ce magazine belge

 

HP0004 - Copie.jpg

LIRE

HP0005.jpg

LIRE

HP0006.jpg

LIRE

01.05.2018

Mai 2020:Revue Les amis de Georges.

Dans la revue "LES AMIS DE GEORGES " parue en Mai-Juin 2020, on peut lire une grande interview de Serge Lama par Chantal Billant .

Capture 2.JPG

96422782_10158344252068007_5011874977826209792_o.jpg

LIRE

96518308_10158344252748007_3270795085427507200_o.jpg

LIRE

 

Suite de l'interview

104438485_10158463227538007_6604251197098150816_o.jpg

LIRE

104185478_10158463227738007_1009703489666266437_o.jpg

104185478_10158463227738007_1009703489666266437_o.jpg

LIRE

 

 

 

 

07.02.2018

7 Février 2020:France Dimanche

france dimanche.jpg

LIRE

09.01.2018

9 Janvier 2020:Le figaro

Le figaro annonce la prochaine et dernière tournée en province de Serge Lama

Capture 7.JPG

«Fini, c’est un mot terrible»: Serge Lama annonce ses adieux à la province

Dans des vœux poignants écrits sur Facebook, le créateur inspiré des P’tites Femmes de Pigalle et d’Aventures en aventures donne un ultime rendez-vous à l’automne prochain à son public de France et de Navarre «afin de le remercier» de son indéfectible soutien.

 

XVMcfc62246-32ec-11ea-976e-aafa21e8efc9.jpg

Serge Lama fera une grande tournée d’adieu en province à l’automne 2020. FRANCOIS GUILLOT/AFP

 

Il a immortalisé les p’tites femmes de Pigalle et leurs fleurs du mal. Mais c’est loin de Paris, à ce public de province «qui l’a élu» que Serge Lama fera ses adieux en 2020.

Lors de ses vœux d’heureuse année, adressés directement via son compte Facebook à ses indéfectibles admirateurs, le chanteur a donné un ultime rendez-vous aux Lillois, Havrais, Tourangeaux et autres Nantais, qu’il viendra rencontrer une dernière fois à l’automne prochain, lors d’une grande tournée sur les routes de France et de Navarre baptisée: Adieu chère province.

Dans son message de bonne année, le saltimbanque bordelais, fidèle et inspiré disciple de Jacques Brel qui fêtera ses 77 printemps le 11 février prochain, explique pourquoi sa tournée en province en 2020 sera la der des ders. «FINI! Fini, c’est un mot terrible, mais vous savez que je n’ai qu’une parole et que je ne reviendrai pas sur cette décision. Je vous avais dit que le baromètre serait mon corps et que je chanterai tant que mes jambes me porteraient (je devrais d’ailleurs écrire «ma» jambe car depuis 55 ans, depuis ce fameux accident, c’est elle qui me porte, l’autre n’est qu’un appui instable).»

Ce dernier tour de France, qui le portera «d’aventures en aventures» aux quatre coins de l’hexagone, représente un authentique déchirement pour cet auteur mélancolique. Comme il se doit, les derniers mots de son message frôlent le pathétique: «Mais je tiens tout de même à faire l’ultime effort, afin de venir vous remercier, car encore une fois, c’est VOUS qui m’avez élu, même à Paris, c’est VOUS qui m’avez permis de remplir cette salle mythique qu’est le Palais des Congrès, que j’ai inauguré en janvier 1975. J’y ai chanté en tout plus de huit mois. Parfois je vous reconnaissais dans la salle, amis de province. Je vous dois ma carrière en réalité.»