Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31.12.2012

31 Décembre 2014: Message de Serge Lama

Message de Serge Lama en cette fin d'année 2014

1888922_10152969930988007_4031164371079624447_o.jpg

Charles Aznavour m'avait dit, alors que j'étais jeune débutant en 1964 (50 ans déjà), que la réussite dans la variété c'était bien et indispensable même, surtout pour des enragés comme lui et moi, mais que le plus important c'était de réussir sa vie et donc de fonder une famille, quitte à la composer, la recomposer et la décomposer. Vous pouvez constater de visu que j'ai suivi son conseil à la lettre.
La permanence étant maintenue d'une main douce mais ferme depuis 45 ans par Michèle, mon épouse, assise à ma gauche. Je lui dois l'inspiration de « Je suis malade » ce qui n'est pas rien et aussi deux enfants, ce qui est davantage. Un que j'ai fait moi-même avec les moyens du bord, Frédéric (à ma droite), à qui je dois « Tel père, tel fils » et beaucoup d’amour et Nicolas, fils du premier mari de Michèle, Christian, disparu l'an dernier et dont vous pouvez voir, assise au premier plan à droite, la 3ème épouse, Christiane. Ce qui prouve un non sectarisme de la part de Michèle. Nicolas donc, pour lequel j’ai écrit « L'enfant d'un autre ». Jacky, toujours alerte et tête de Turc de sa soeur Michèle et de sa femme Michèle également.
En bout de table, le débonnaire patriarche, c'est-à-dire votre serviteur, tout fier de vous présenter sa petite tribu. Derrière nous, le traditionnel sapin de noël.
Ma manager, qui a subrepticement pris sa place, non par son omniprésence mais par son effacement et sa discrétion, la preuve en est qu'elle n'est pas sur la photo, elle la prend. C’est elle qui depuis la disparition de notre Simone Marouani a pris le relais d’une main d’ange dans un gant de moine cistercien.
J’ai tenu à vous présenter ma famille, étant donné que vous-même, mon public, êtes une extension de celle-ci, et peut-être celle que j’ai rencontré le plus souvent.
Voilà, l’année se termine, une autre va commencer, mais à l’heure où j’écris ce texte, ce n’est pas encore le cas. Je n’ai donc pas de difficulté à vous souhaiter une bonne fin d’année, tout en espérant à l’avance que la prochaine sera encore meilleure.
Mon ami Marcel, qui est le grand absent de cette soirée, me disait à l’âge que j’ai : « Je repars chaque jour avec ce qu’il me reste… ». C’est ce que j’essaie de faire avec détermination.
Pour mes amis désormais, je signe toujours, Lama le Vieil… étant donné que Frédéric est devenu, Lama le jeune. C’est une tradition paysanne qui me plaît assez.

Alors donc… Lama le Vieil

23.12.2012

23 Décembre 2014: Europe 1

Serge Lama était l' invité de Cyril Hanouna à 17h00 dans l'émission les pieds dans le plat sur Europe 1

 

pieds.png

Les-pieds-dans-le-plat-Cyril-Hanouna.jpg

PODCAST

 


Les duos de Serge Lama par Europe1fr


Le Sergelamix par Europe1fr

20.12.2012

20 Décembre 2014:Radio Fréquence protestante

Presse-papiers-11.jpg

 Serge Lama était interviewé par Nicolas Castelnau-Bay le 20 Décembre à 21h sur radio fréquence protestante.

 

B037498-R1-05-6.jpg

PODCAST mp3

podcast

Texte de l'interview

Cher Monsieur Serge Lama, je tiens tout d’abord à vous remercier de m’accorder cette interview et à vous dire tout ce que cela représente pour moi… J’ai consacré une trentaine de mes émissions hebdomadaires du Samedi soir depuis 2006 à diffuser vos chansons sur l’antenne de Fréquence Protestante… Il est fort probable que si je n’avais pas écouté et profondément apprécié dès l’âge de cinq ans vos chansons tout comme j’ai au même âge découvert et aimé la musique de Ennio Morricone, ma vie n’aurait pas été la même… Je vous ai vu pour la première fois sur scène quand j’étais adolescent à Marigny dans ce spectacle qui est à jamais l’un des plus beaux souvenirs de ma vie, j'y suis retourné quatre fois, votre « Napoléon » dont la musique composée par Yves Gilbert, les arrangements de Roger Loubet, la mise en scène de Jacques Rosny, votre interprétation et vos textes, tout était admirable… L’un de mes oncles par alliance, Jean-Philippe Ancelle jouait dans ce spectacle et grâce à lui j’avais eu la joie de vous rencontrer un bref instant… Fabien Ramade a réalisé notre rêve à tous en produisant le 17 Mai 2014 au Théâtre Antique d’Orange une version symphonique de ce spectacle. C’était magnifique et je tiens à dire que j’ai pleuré plus d’une fois ce soir-là, notamment lorsque le baryton Mickael Guedj a interprété « La retraite de Russie »… Il faut dire que j’étais assis au deuxième rang juste derrière vous et votre femme… J'ai même eu l'occasion de dire quelques mots à Madame Michèle Lama avant le spectacle. D’où la première question que je souhaiterais d’entrée vous poser, savez-vous si d’autres représentations de ce « Napoléon Symphonique » sont prévues ?

Serge Lama:Eh bien c'est en pourparlers, c'est en discussion, ce n'est pas commode à monter parce que c'est une production importante. Il est possible qu'il y ait une représentation à Juan-les-Pins en Juin prochain pour l'anniversaire des Cent Jours, du retour de Napoléon de l'île d'Elbe, et Fabien Ramade est en train d'envisager éventuellement de monter ce spectacle là , il ne sait pas encore sous quelle forme exactement, sur une scène, je ne peux pas encore vous dire laquelle actuellement, le Palais des Congrès éventuellement mais ce serait pour 2016 ou un peu plus tard...

À la fin de la préface de la très belle anthologie des paroles de vos chansons, intitulée « Un homme de paroles » qui sort aujourd’hui aux éditions Flammarion, vous dites en toutes lettres : « Je suis un homme profondément triste. » Cette tristesse liée à tous les drames que vous avez traversé(s), votre adolescence qui fut très difficile, votre terrible accident le 12 Août 1965 qui vous a marqué à jamais, puis celui de la mort de vos parents, le 14 Décembre 1984, a fait de vous un survivant. Et un héros,… pour moi comme pour des millions de fans, car vous avez toujours été un modèle de force, d’énergie, de volonté, de persévérance, de dignité, de courage… Dans les pires moments de ma vie ( comme beaucoup d'autres, comme tant d'autres, je souffre de dépression depuis de très nombreuses années), vous avez contribué à m'aider à tenir, aidé à me battre, aidé à ne pas sombrer, et je dirais même à survivre… Si il n’y avait pas en vous cette immense sensibilité, cette tristesse oui, mais surtout votre lucidité et votre force, peut-être n’aurais-je pas tenu le coup… Et ça je tenais vraiment à vous en remercier... Alors tout d’abord, pardonnez-moi d’avoir été un peu long, mais je tenais du fond du cœur à vous dire à quel point vous avez été un guide, un ami, un maître pour moi et à quel point je vous en suis à jamais reconnaissant… Alors voilà j’ai beaucoup parlé, j’aimerais puisque notre émission sera consacrée à votre livre vous demander ce que l’édition littéraire de cette première véritable anthologie de vos chansons, quasi exhaustive hormis malheureusement celles du spectacle « Napoléon », représente pour vous. Et je vous propose de prendre le temps qu’il faut pour que vous puissiez présenter votre livre aux auditeurs, en en rappelant le titre « Serge Lama Un homme de paroles – L’intégrale de mes chansons » aux éditions Flammarion , en précisant que c’est un magnifique livre relié de plus de680 pages, un très beau cadeau en cette période des fêtes de Noël, dont le prix est de 24,90 €

Serge Lama: C'est un livre que j'attendais depuis longtemps. Un recueil conçu par Cécile Barthélémy était sorti dans les années soixante-dix aux éditions Seghers mais évidemment il n'y avait pas beaucoup de chansons puisque je n'en avais pas écrit "des masses" à cette époque là. Cela fait longtemps, une dizaine d'années, que je rêvais de ça, un livre avec toutes mes chansons parce que d'abord avant d'être un chanteur, je me considère d'abord comme un homme de mots, un homme de textes. C'est peut-être là que je prends le plus de plaisir parce qu'il n'y a pas le même trac. Il n'y a pas toutes les angoisses inhérentes à la scène. Dans le travail d'auteur il y a véritablement le métier que peut-être j'aurais fait si le destin l'avait voulu. Si mon père avait chanté, si mon père était devenu au fond ce qu'il aurait dû devenir je n'aurais peut-être pas chanté, j'aurais peut-être été un auteur. La résultante ce n'est pas une "oeuvre" mais c'est la mise en forme, c'est la somme de cinquante ans de travail, je dirais même de soixante ans de travail, puisque j'ai commencé à écrire à dix ans. Je souhaitais que cela soit présenté de la meilleure façon qui soit. J'ai travaillé avec une assistante qui s'appelle Luana Santonino, parce que j'ai plein d'idées, je suis très rapide au niveau intellectuel, j'écris beaucoup, mais je suis assez désordonné. J'ai du mal à mettre en ordre les choses. Je tenais à ce que les textes soient lisibles, à ce qu'ils puissent être compris. Et donc elle s'est occupée de toute cette phase du travail, même pour les choses que j'ai écrites dans la préface et dans la présentation sous forme de douze parties thématiques dont je fais à chaque fois une présentation écrite. Je me suis rendu compte au cours de ce travail que les chansons disaient autre chose que ce qu'elles disent quand elles sont chantées. En relisant mes textes intégralement, pour ce qui est de ceux qui figurent dans ce livre je me suis rendu compte que les musiques changeaient véritablement complètement le sens et la direction d'une idée, la direction de ce que disent les mots. Ce n'est pas tout à fait une découverte mais ça l'était quand même un peu à ce point là. J'ai remarqué qu'au fond il y avait 98% de chansons vraiment tristes. C'est à dire que même mes chansons dites gaies, même "Femmes, femmes, femmes", même "Les petites femmes de Pigalle", même "Le gibier manque et les femmes sont rares" sont au fond de fausses chansons "gaies". Ce sont des ébauches de scènes de vie, mais en fait c'est un regard de quelqu'un de jeune, un regard plutôt critique et triste. Si je n'avais pas eu mes compositeurs il en aurait été tout autrement... Alors que l'on me prend à cause de mon rire pour quelqu'un de très, très, très rigolo, de très marrant, de très convivial ce que je peux être aussi, je peux dire que "le fond de l'homme est frais"...

 Alors justement nous allons reparler de ce rôle des paroles par rapport aux musiques, de ce rôle des musiques par rapport aux paroles...Ce livre se compose d’une longue préface où vous faites la part belle à bon nombre des grandes vedettes de la chanson et où vous abordez longuement les rôles respectifs des paroles par rapport aux musiques. La plupart des musiques de vos chansons ont été composées par Yves Gilbert et Alice Dona puis réarrangées et réorchestrées récemment par Sergio Tomassi, le formidable accordéoniste qui vous accompagne désormais dans tous vos spectacles… J’ai choisi six chansons que j’ai tenues à diffuser et dont je vous demanderai de dire quelques mots, des chansons qui me semblent importantes et qui le sont pour moi parmi toutes celles de votre répertoire. Mais tout d’abord j’aimerais que vous reveniez sur ces rôles respectifs des paroles par rapport aux musiques et vice-versa et que vous nous parliez de vos trois grands complices dans le domaine musical…

Serge Lama:Eh bien cela dépend comment on travaille. Quand j'écris les textes d'abord, ce qui est toujours le cas avec Yves Gilbert, Yves ayant beaucoup de mal à écrire les musiques sans avoir un texte qui l'aide pour travailler, il est évident qu'au départ les textes sont un peu plus littéraires. C'est à dire que c'est plus écrit. Pour donner un exemple précis je dirais pour les gens qui me connaissent un peu que pour une chanson comme "Les ballons rouges" je considère que la musique est un appui intelligent et subtil du texte. Yves Gilbert a su comprendre que le texte était très important et qu'il fallait le mettre en valeur. Et là la musique d'une certaine manière dans une chanson comme celle là est au service du texte. Il y a un certain nombre de chansons pour lesquelles c'est le cas. Il y a des chansons où la musique est mise en valeur par le texte. D'autres où la musique est d'un registre populaire qui demande un texte léger, un texte pas trop intellectuel, pas trop littéraire. Dans une chanson comme "Toi, c'est pas pareil" la musique compte presque davantage que le texte qui vient pour la porter. C'est un travail incessant. Parfois c'est "cinquante/cinquante". Pour "Je suis malade" je considère par exemple que la musique et le texte sont à égalité. La musique et le texte sont pour "Je suis malade" de même importance, les deux se supportent. Il y a aussi la part arrangeur qui est très importante. De nombreuses chansons n'ont pas été des succès parce que les arrangements ont été ratés au départ. Pour certaines il y a un "succès de malentendu": elles sont un succès à cause ou grâce à l'arrangement. Il y a beaucoup de facteurs qui font qu'une chanson a un avenir ou n'en n'a pas. C'est la façon dont est faite la musique, la façon dont est fait le texte, la façon dont est fait l'arrangement et ce que fait l'interprète qui est le troisième intervenant sur une chanson. Cela fait beaucoup de chances de ne pas réussir en fait. Car plus on met de possibilités et plus c'est difficile.

Vous écrivez dans votre préface : « Ma plume est sans appel, seules les mélodies donnent une chance à l’espoir. Alice Dona et Yves Gilbert, mes deux compositeurs principaux, aiment la vie. Moi, j’ai franchement du mal à répondre à cette question et c’est ce qu’on ressent à me lire si on se contraint à oublier les airs. »Vous nous avez déjà un peu parlé de votre travail avec eux… Peut-être pouvez vous revenir sur cette citation.

Serge Lama:Et bien je n'ai pas grand chose à dire de plus que ce que j'ai dit là. C'est vrai que quand on prend les textes à froid c'est plutôt mélancolique voir sinistre de temps en temps. Effectivement si Alice Dona ne fait pas cette musique qui est parodique dans "Le gibier manque et les femmes sont rares", il y a une petite phrase que les gens n'entendent pas où je dis "qui chantent pour faire gai ce refrain pas très distingué". Je suis en fait dans ce texte en état de critique. Je me souviens très bien ce qui m'a inspiré cette chanson là. C'était quand j'allais dans les Charentes quand j'étais môme chez des chasseurs que je voyais revenir avec tout leur gibier, avec leur contentement. Et moi cela me faisais de la peine. Je voyais toute cette masse d'hommes qui s'échauffaient avec les femmes, avec les servantes et tout cela c'est une peinture un peu paillarde d'un monde qui ne me sied pas tellement... Avec la musique d'Alice les gens n'entendent que "le gibier manque et les femmes sont rares" et ils tapent dans les mains. Ils prennent cela pour une chanson joyeuse alors qu'en fait c'est une critique sociale.

Il y a deux chansons de votre répertoire qui sont terriblement tristes, "La crise de nerfs" et "Ah!", dont la musique est extrêmement optimiste justement. En début d’émission nous avons écouté ce qui reste sans doute votre chanson la plus célèbre, « Je suis malade », dont la musique a été composée par Alice Dona, sans doute l’une des chansons qui décrit le mieux ce qu’est la dépression, en l’occurrence lorsque celle-ci est due à un chagrin d’amour, mais cela va même je pense au-delà… Parlez-nous de cette chanson…

 Serge Lama:La chanson surtout qui va encore plus loin c'est "Je voudrais tant que tu sois là" qui a été un petit succès et que les gens aiment beaucoup aussi. Mais "Je suis malade" c'est une chanson qu'effectivement j'ai écrite à l'époque où Michèle était loin de moi. C'était tout à fait au début de notre relation. Il n'était pas prévu qu'elle reparte. Elle travaillait au Club Méditerranée, elle était mariée. Elle devait rester à Paris avec moi et puis finalement cela ne s'est pas passé comme ça et cette phrase m'est venue "Je suis malade". J'ai essayé d'écrire des textes, mais je n'arrivais pas à trouver ce que je voulais dire à part "je suis malade". J'ai dit à Alice Dona avec qui je dinais un soir: j'ai écrit une phrase "je suis malade", je voudrais que tu m'écrives une musique d'abord et que tu me mettes "je suis malade" au refrain, et puis après je ferai le texte. Et c'est ce qu'elle a fait. Quelques jours après on s'est retrouvé par hasard à un rendez-vous où le journaliste n'est pas arrivé à l'heure. Comme on ne savait pas quoi faire elle m'a dit "tiens voilà j'ai écrit la musique pour ta chanson" et elle me chante l'air que vous connaissez. Dans l'instant le texte m'est venu et j'ai écrit la chanson le temps presque de la lire, je ne dis pas que je n'ai pas changé deux ou trois phrases après je ne m'en souviens plus mais le "gros" du texte a été écrit tout de suite. Heureusement que la personne avec qui nous avions rendez-vous était en retard sinon la chanson n'aurait peut-être jamais existé...

Le titre le plus récent que vous ayez écrit et enregistré s’intitule « Des éclairs et des revolvers »… La musique a été écrite par Sergio Tomassi. J’ai été bouleversé récemment, lors de votre concert à Saint-Quentin. J’étais au premier rang et il m’a bien semblé vous voir pleurer en l’interprétant, c'était un moment extraordinaire… Présentez-la nous…

Serge Lama:"Des éclairs et des revolvers" c'est comme un enfant sauvé des eaux. Sergio Tomassi avait écrit cet arrangement qui était destiné à une nouvelle version des "Ballons rouges" et quand j'ai essayé "Les Ballons rouges" sur cet arrangement que j'aimais beaucoup cela ne marchait pas du tout... On était à deux jours de la date à laquelle il fallait absolument rendre le disque, car pour un disque comme pour un livre il y a des limites, il faut le rendre à un moment précis. Je suis rentré désespéré en me disant ce n'est pas possible de sacrifier cet arrangement qui est magnifique... Il m'est arrivé ce qui m'est arrivé aussi pour d'autres de mes chansons... J'ai l'impression parfois que ce n'est pas moi qui ai écrit le texte et que c'est quelqu'un d'autre qui me l'a dicté. J'ai pris mon stylo et il m'est venu ce texte évidemment sur la découpe de la musique de Sergio. Je me suis dit que c'était quelque chose qui devrait fonctionner formidablement bien. Au fond c'était quelque chose que j'avais envie de dire depuis longtemps. Cela me tenaillait par derrière et cela m'a été imposé par le destin du fait que l'on n'ait pas pu mettre cet arrangement sur "Les Ballons rouges". Sergio en a fait une musique qui est une sorte de récitatif musical. "Des éclairs et des revolvers" fait un succès considérable tous les soirs. Je ne m'attendais quand même pas à ce que cela fasse un succès pareil mais je pense que c'est quelque chose que j'avais envie de dire et maintenant avec l'accueil du public je comprends pourquoi j'avais besoin de dire cela c'est parce que peut-être que le public avait besoin de l'entendre.

Il y a aussi dans votre répertoire un hymne bouleversant à la vie, « Je t’aime à la folie », que vous faites reprendre en chœur à toute la salle à chacun de vos concerts depuis de nombreuses années…

J’ai appris dans votre livre que, je vous cite, « le refrain de Je t’aime à la folie est entièrement d’Yves Gilbert, paroles et musique, je n’ai fait (dites-vous) que les couplets. Jamais il ne me serait venu à l’idée d’écrire un hymne à la vie et du reste la première version était en partie nostalgique. » C’est d’ailleurs cette première version à laquelle je suis très attaché que j’ai tenu à diffuser dans cette émission. Je parlais longuement au début de cette émission de cette force que vous donnez à votre public… Malgré cette tristesse et j’irais presque jusqu’à ajouter indissociablement d’elle… J’aimerais donc vous demander avant que nous écoutions « Je t’aime à la folie » au fond quel est votre secret… Comment vous, qui vous définissez-vous même comme un homme triste réussissez-vous si génialement bien à nous donner malgré la douleur inhérente à ce qu’est la vie, à la vôtre en particulier, autant d’espoir?…  même quand vous chantez « Je suis malade » ou « Des éclairs et des revolvers » qui sont pourtant des chansons désespérées… Il me semble que cette célèbre citation d’Alfred de Musset, « Les chants désespérés sont les chants les plus beaux », que vous reprenez dans une de vos chansons de jeunesse serait une parfaite définition de votre univers… Sauf que vous, vous réussissez avec ce talent admirable qu’est le vôtre à nous aider tous à ne pas sombrer dans la désespérance, malgré votre côté si sombre effectivement, malgré tous les drames de votre vie que vous portez en vous et que vous transcendez à merveille et sans doute plus que jamais quand on vous voit sur scène…

 Serge Lama:C'est ce que l'on appelle l'énergie du désespoir. C'est à dire que j'ai l'énergie, j'ai une énergie hallucinante par moments malgré ma fatigue, malgré tout ce qui m'est arrivé. Je pense que c'est cela qui passe sur scène parce que des gens m'ont écrit qu'ils étaient malades et que grâce à mes chansons ils avaient réussi comme vous le dites vous-même à s'en sortir. Parce que bizarrement il y a dans mes chansons comme "Je suis malade" quelque chose d'autre qui passe et puis il y a un reflet aussi. Les gens qui sont dans des conditions difficiles, dans un hôpital, entendent soudain une chanson dans laquelle quelqu'un dit ce que eux n'arrivent pas à définir et que tout d'un coup quelqu'un dit pour eux avec les mots qu'ils ont envie d'entendre. À ce moment là cela apporte peut-être comme une sorte de guérison je suppose... Je suis mal placé pour le dire mais je suppose que c'est beaucoup, beaucoup mon énergie naturelle qui fait la différence parce que sans cela mon tour de chant serait peut-être insupportable...

 Et je dirais que justement c'est peut-être ce désespoir indissociable de votre force qui fait du bien aux gens et c'est cela peut-être qui fait de vous l'artiste que vous êtes.

Serge Lama : Oui c'est difficile à définir pour moi. Mais je vais dire une phrase un peu sibylline: il y a de la gaieté dans ma tristesse. Dans mon désespoir il y a une forme de gaieté complètement paradoxale que je transmets sur scène. Et puis je suis devenu aussi avec le temps un comédien, un acteur, beaucoup plus que je ne l'étais à mes débuts et tout cela s'est décuplé avec les années, c'est sûr ça...

 Nous sommes sur une radio religieuse, Fréquence Protestante. Dans votre livre où vous avez classé vos chansons en douze rubriques dont j’aimerais laisser la surprise aux lecteurs, je tiens quand même à dire que l’une de ces rubriques porte le titre « Une certaine idée de Dieu ». Dieu et la foi sont un questionnement souvent présent dans votre œuvre. Pour dire quelques mots à ce sujet, j’ai choisi une de vos chansons les plus pures, les plus simples et les plus belles « L’enfant au piano », musique de Yves Gilbert. Parlez-nous de ce que Dieu représente pour vous…

Serge Lama:Dieu est déjà la seule forme d'espoir qu'on essaie de nous enlever depuis déjà plus d'un siècle, puisque les philosophes s'y sont employés ainsi que beaucoup de gens à la radio. Je pense que l'idée de Dieu est nécessaire à l'être humain car au fond la seule chose dont on est certain quand on arrive sur terre c'est qu'on va mourir. Ce n'est pas forcément réjouissant au départ, on peut avoir envie de vivre si on aime la vie. Et puis même si on ne l'aime pas il y a quelque chose dans la vie qui vous tient. Dostoïevski a écrit dans Les Frères Karamazov: "Si Dieu n'existe pas alors tout est permis. Même le crime." Alors j'ai toujours gardé en moi cette idée de Dieu à laquelle je me raccroche. Je crois en des choses qui ne sont pas forcément évidentes pour les gens. Je crois en la réincarnation. Mon ami Marcel Gobineau que j'appelle "Mon ami, mon maître" dans une chanson était voyant. Il m'a dit des choses incroyables sur ce qui allait m'arriver. S'il n'y a pas des choses un peu paranormales, un peu surnaturelles par moments qui surviennent comment aurait-il pu "voir" tout cela. Alors c'est vrai je suis quelqu'un qui a toujours un regard vers le Haut...

 Alors nous approchons déjà de la fin de cette émission. En cette période de fêtes de fin d'année qui est très difficile pour ceux qui souffrent de solitude car Noël qui est une période d'espérance peut être aussi une période de détresse, pour essayer d'apporter cette espérance aux auditeurs, j’aimerais terminer cette émission par deux chansons qui me touchent très profondément, dont "Mon ami, mon maître" que vous venez d'évoquer. Mais tout d'abord j’ ai choisi une chanson que je ne peux jamais écouter sans pleurer, une que j'aime passionnément, c'est ma chanson préférée de vous en dehors de toutes les chansons de votre album "Napoléon" que j'adore. Il s'agit de « Souvenirs, attention, danger », sur une musique composée par Tony Stéfanidis. C’est peut-être celle qui m’émeut le plus… À tel point que moi qui vous ait si souvent vu sur scène, que ce soit à Paris ou en province, c’est la seule que je ne peux pas m’empêcher de chanter aussi le plus discrètement possible quand vous l’interprétez… Racontez-nous son histoire, l’histoire de « Marie-Louise » et du « Vieux Cheval »…

 Serge Lama:C'est une chanson par bribes autobiographique comme toutes mes chansons d'ailleurs. C'était un lieu où j'allais en vacances tous les ans à partir du moment où je suis monté à Paris. J'avais sept ans et demie. J'ai été pendant trois ou quatre années en vacances près de Bordeaux dans une banlieue qui est maintenant la banlieue de Bordeaux. À l'époque c'était la campagne. Eysines. Bruges. Ceux qui sont du coin verront ce que je veux dire. Et là j'ai été reçu par des gens délicieux, des paysans, des maraichers et j'y ai vécu certainement les moments les plus beaux et les plus heureux de ma vie. Il n'y a pas tellement de moments où je peux dire que j'ai été heureux et là je suis presque certain que je l'ai été. Les vacances étaient assez longues et cela me faisait trois mois de bonheur tous les ans. La soeur de la personne qui me recevait avait une fille un tout petit peu plus jeune que moi, elle devait avoir un an ou deux de moins que moi et c'est elle que je poussais avec l'escarpolette, avec la balançoire. Et donc c'est un peu aussi les vacances dans le Sud-Ouest, c'est-à-dire c'est la mer, c'est l'océan, vers Lacanau Océan, vers toute cette enfance que j'ai gardé là-bas qui est exprimée dans cette chanson et tout le bonheur de ces gens là que j'ai quitté et qui représentent peut-être la seule image de bonheur que j'ai eu vraiment dans ma vie et qui me revient dans cette chanson... Là-bas... Là-bas... Là-bas... Les gens sont heureux et je pense à eux mais voilà j'ai changé de vie et c'est comme ça. C'est ce que j'ai essayé d'exprimer et je crois que grâce à la musique de Tony on est arrivé à une chanson qui est vraiment aboutie et qui a fait un chemin qui s'est bonifiée avec l'espace-temps. Avec le temps il y a des chansons qui s'usent et il y a des chansons qui au contraire s'augmentent et deviennent incontournables. "Souvenirs, attention, danger" est une chanson pour laquelle c'est arrivé. Les gens l'adorent vraiment maintenant... Comme "L'Algérie". "L'Algérie" est devenue incontournable. Ces chansons n'étaient pas forcément au départ habilitées à avoir une carrière pareille et elles l'ont eu... C'est le public qui décide, finalement.

 Pour terminer, j’aimerais que vous nous parliez de Marcel Gobineau et que nous finissions sur ce qui reste sans doute l’une des plus belles chansons sur ce thème si important qu’est celui de l’amitié, « Mon ami, mon maître… », dont la musique a été composée par Yves Gilbert.

 Serge Lama:Au départ cette chanson devait être simplement un hommage à Marcel Gobineau qui en 1974 était dans la salle de spectacle et j'avais concocté cette chanson-surprise avec Yves Gilbert. C'était une surprise. J'avais demandé au projectionniste de mettre un projecteur sur Marcel Gobineau, on savait à quelle place exactement il était et au moment où j'ai chanté la chanson on a allumé le projecteur qui éclairait Marcel et je l'ai chanté pour lui. Alors évidemment il était en larmes. Et puis le temps a passé et Marcel m'a dit: tu sais, "Mon ami, mon maître" tu ne dois pas te figurer que c'est uniquement pour moi. Tu n'es pas le seul à avoir une aventure comme ça. C'est une chanson universelle, m'a-t-il dit. Et c'est vraiment lui qui m'a poussé à enregistrer "Mon ami, mon maître" que moi je n'avais écrite que pour lui. C'est grâce à Marcel Gobineau qu'elle existe parce que sinon cela n'aurait été qu'une chanson d'un soir. Elle a eu un succès considérable. En plus, elle était "acoquinée" si j'ose dire sur un simple avec "L'Algérie" et ce simple-là a eu un succès phénoménal à l'époque...

 J’aimerais rappeler le titre de votre livre, « Serge Lama Un homme de paroles - L’intégrale de mes chansons » aux éditions Flammarion. Et vraiment ce livre il faut que vous l'achetiez pour vos amis, pour les gens que vous aimez pour les fêtes de Noël et puis si vous n'avez encore jamais vu Serge Lama en concert allez le voir, c'est une véritable leçon de vie. Vous avez certainement dû comprendre beaucoup de choses en écoutant cette émission alors allez voir Serge Lama sur scène, c'est un très, très grand moment.

 J’aimerais remercier quelques personnes qui m’ont toutes aidées à faire cette interview et réaliser ainsi l’un de mes rêves, Charlotte Ajame votre attachée de presse aux éditions Flammarion, José Constantino-Pinto qui a assuré la réalisation de cette interview, Michelle Gaillard ma directrice d’antenne, Danièle Guedj, Pauline Paris, la société geekadomicile.com. J’aimerais dédier cette émission à ma mère Marie-Pierre Bay. Et enfin et surtout vous remercier vous, vraiment du fond du coeur vous remercier vous Monsieur Serge Lama.

 Serge Lama:Eh bien je suis vraiment très fier de tout ce que vous me dites. Je suis même un peu ému aussi parce que c'est très rare que j'ai un intervieweur qui soit à ce point attaché à mes chansons et qui les connaissent aussi bien et je dois dire au public que quand même les chansons c'est toute ma vie, ce qui est dans ce livre c'est toute ma vie. C'est-à-dire que j'ai consacré toute ma vie depuis tout petit, ce n'est pas que j'ai consacré ma vie à partir de vingt-deux ou vingt-trois ans non, j'ai consacré depuis quasiment que je suis né, j'ai consacré toute ma vie à la chanson et donc ces paroles qui sont dans ce livre, c'est pour ça que j'ai appelé cela "Un homme de paroles" c'est les paroles que j'ai écrites, ce ne sont pas des paroles en l'air, ce sont vraiment des paroles qui ont beaucoup compté pour moi, elles m'ont donné la seule part de bonheur que j'étais capable de recevoir et c'est celle que m'a donné le public.

 Ce livre c'est votre vie tout simplement.

 Serge Lama:C'est ma vie, c'est ma vie oui.

 Merci infiniment Serge Lama.

 Serge Lama:Merci à vous.

 

20 Décembre 2014: 50 mn inside

 

index.jpg

 

Un reportage sur  Serge Lama était diffusé dans 50 mn inside le  samedi 20 Décembre à 18h50 sur TF1

images.jpg

50' inside présente une succession de reportages sur la vie des stars (portrait, actualité, faits divers, etc.)

L'histoire de la chanson " d'aventures en aventures "

VIDEO

 

 

 

18.12.2012

18 Décembre 2014: Concert à Spa

Serge Lama était en concert le jeudi 18 Décembre à SPA en Belgique

Presse-papiers-1.jpg

Serge Lama ovationné par les Spadois

 

05cfc294-4156-4299-a4b6-af28f744d418_original.jpg

Malgré les années et la fatigue de la tournée, Serge Lama n’a rien perdu de sa prestance et de sa force d’interprétation.

Jeudi, pour ses 50 ans de carrière, le chanteur Serge Lama a offert au public spadois un concert empli de force et d’émotion. Vibrant…

Vingt heures trente, les lumières s’éteignent dans la prestigieuse salle des fêtes de la Ville de Spa. Sur scène, pas une ombre ne semble se décrocher de la pénombre quand, soudain, la voix de Serge Lama se met à retentir. «Je voudrais tant que tu sois là, pour te dire ma solitude, pour te dire ma lassitude, de te savoir si loin de moi… » A cappella, l’artiste de 71 ans à l’impressionnante discographie entame sa première chanson seul, sous le regard ébloui de ses très nombreux fans présents dans la salle. Pour son anniversaire (il fête cette année ses 50 ans de carrière), Serge Lama veut faire plaisir mais aussi se faire plaisir. Entouré de ses musiciens ainsi que d’un formidable quatuor à corde féminin, le chanteur va entraîner durant deux bonnes heures son public à travers cinquante années de chansons et de passions. D’aventures en aventures, Les Ballons rouges, Les P’tites femmes de Pigalle, L’Algérie, Femme, femme, femme, Serge Lama va bien sûr passer en revue les plus grands tubes de sa carrière, mais pas seulement.

La voix aussi puissante qu’à ses 30 ans et le regard parfois grave, il avait aussi choisi d’interpréter des morceaux plus inattendus de son répertoire comme Des éclairs et des revolvers (un titre inédit spécialement conçu pour son best-of), La fronde, Soirée sympathique… Et, tantôt assis près de ses musiciens, le chanteur ne manque pas d’envoyer à son public une belle bouffée de nostalgie avec des balades tout en délicatesse comme Le quinze Juillet à cinq heures ou Maman Chauvier, chanson dédiée à sa mère et son enfance à Paris. Un Serge Lama qui, malgré le poids des années, la fatigue de s’être tant donné sur scène et le pas claudiquant (il souffre de douleurs à la jambe), se laisse encore émouvoir lorsque le public reprend en chœur et pour lui seul Je t’aime à la folie… la vie.

Élégant, sobre et drôle à la fois, Serge Lama a décidément prouvé ce jeudi au public spadois qu’il était toujours un épatant virtuose de la chanson française. Un grand homme, en somme.

DIAPORAMA

 

16.12.2012

16 Décembre 2014: France Culture

 

Presse-papiers-18.jpg

Serge Lama sur France Culture

Presse-papiers-14.jpg

Le RDV du 16/12/14 avec Serge LAMA, Abdourahman A. WABERI, la chronique d'Anne BOULAY et la session de Laure DARMON

PODCAST SUR LE SITE ÉMISSION



 

15.12.2012

15 Décembre 2014: SMS

Mot de Serge Lama lors de l'enregistrement du Grand Show Gilbert Bécaud/Adamo

1476378_10152922676093007_1044549294996501271_n.jpg

 

A l'occasion d'un enregistrement hommage à Gilbert Bécaud, voici une petite photo prise dans la loge ce soir avec Kitty et Emily Bécaud et mon inséparable Vincent Niclo qui est en train de faire un malheur avec son nouvel album "Ce que je suis". Ce grand show Adamo/Bécaud sera diffusé courant janvier avec mon camarade Salvatore Adamo, qui a eu la respectueuse idée de réenregistrer douze chansons de cet immense compositeur qu'a été Gilbert Bécaud durant les 50 dernières années du 20ème siècle. La postérité lui rendra certainement ce qu'elle lui doit. Des musiques éternelles et au-delà des modes, une quinzaine de standards internationaux... qui dit mieux ? A bientôt, jusqu'à ma prochaine intervention impromptue... Serge Lama

15 Décembre 2014: L'avenir.net

Serge Lama était en concert à Marche en Famenne le 13 Décembre 2014

 

Presse-papiers-1.jpg

 

 Serge Lama, 50 ans sous les projecteurs

f48d0f13-1562-4293-99f7-c4a3a5bd2259_original.jpg

 

Samedi, Serge Lama était en concert au Wex. Le nombreux public a été ravi de ce spectacle d’un chanteur qui fête ses 50 ans de carrière.

Pour fêter ses septante ans mais surtout ses cinquante ans de carrière, Serge Lama est en tournée cette année dans toute la France et la Belgique. C’est ainsi que, samedi, après près d’un an et demi d’absence, le chanteur était de retour au Wex de Marche-en-Famenne où l’attendaient huit cents personnes venues d’un peu partout en Wallonie.

Ce dernier spectacle intitulé 50 ans d’encre et de projecteurs, a débuté par Jevoudrais tant que tu sois là interprété a capella. C’est ensuite toute une série de succès qui se sont succédé puisque l’artiste a fait revivre cinquante ans de carrière et de succès qui chantent encore dans toutes les mémoires: Je suis malade, D’Aventure en aventure, Les p’tites femmes de Pigalle, le 15 juillet à 5 heures…. Mais, le chanteur, toujours vêtu sobrement, a aussi interprété d’autres chansons moins connues mais reflétant aussi toute sa sensibilité et sa profondeur.

Sur scène, alors qu’il souffrait terriblement du pied droit et avait de grosses difficultés à se déplacer en fin de spectacle, Serge Lama, resté tel qu’il est, simple, proche, indémodable, a malgré tout voulu assurer le spectacle et n’a pas hésité à revenir sur scène après la sortie de ses musiciens pour une dernière chanson qu’il a dû interpréter en position assise.

C’est finalement ravis de leur soirée que les inconditionnels de Serge Lama s’en sont allés après avoir accompagné le chanteur dans quelques-unes de ses plus grands succès.

 

12.12.2012

12 Décembre 2014: Concert à Tournai

Serge Lama était en concert à Tournai le 12 Décembre 2014 

Article publié sur le net dans L'avenir.net

 

Presse-papiers-21.jpg

Serge Lama : « Mon île, c’est vous »

 

fbc4cabf-5c01-4a76-b68e-d4c1e85ff58f_original.jpg

«Les chansons que je préfère? Elles sont en demi-teinte, en clair-obscur, soleil couchant.»

EdA

L’artiste est revenu à Tournai avec une fratrie de huit musiciens, pour fêter 50 années de chanson française. En poésie et en contrastes.

Il entre en scène en s’adressant au public a cappella: «Dans mon désert/y’a pas de fleur/pas d’oasis/et pas de vent…». L’accordéoniste, qui signe les arrangements d’aujourd’hui, est son complice de grand chemin. Sergio Tomassi a revisité quelques tubes pour ce «Tour d’horizon».

Brasseur d’émotions

Avec Philippe Hervouët et Didier Guazzo, le récital joue la confidence: «Je n’ai pas vu, dans les étoiles, le carrosse de Cendrillon». Et voilà que des violonistes, une pianiste et une violoncelliste viennent accompagner cet «homme de paroles», comme l’indique le titre de son ouvrage édité chez Flammarion. Il excelle dans l’art de raconter une histoire: «Elle est entrée dans l’église, la cigarette à la main.» Voix et cordes lui répondent, offrant une solennité singulière à une image qui sonne comme une célébration, «un cœur beau comme un chagrin».

S’il ne se veut «ni moraliste, ni chaman, ni curé», Serge Lama peut endosser un costume de militant en faveur de l’environnement («nos paysages se nécrosent»), celui d’un amoureux transi («et je suis comme un oiseau mort»), celui d’un admirateur («on dirait que Rodin l’a sculptée dans la pierre»), celui d’un nostalgique («on savait faire de la musique en ce temps-là»). L’écrivain cultive la métaphore, à travers lueurs et turbulences. Dans ses chansons, on croise des peintres, des cousines, quelques mercenaires et voyous. On les aborde en insulaire, «entre le ciel et l’eau». On les charge d’élans majuscules.

«D’aventure en aventure», tour à tour empereur, mendiant, cow-boy, vieil amant ou jeune premier, père et fils, Serge Lama aime rejoindre son public. Il le salue, l’aimante, l’emporte dans ses partitions et ses bagages. «C’est mon ami et c’est mon maître», assure-t-il en partageant avec lui quelques pages d’orchestre à cordes, de complicité à voix nue, de soleil noir. Et même si «la magie des lumières» est «initiée à Paris», et parce qu’«en Belgique, en France et dans le Benelux» on vit les mêmes histoires, demeure, sur une scène, la présence d’un grand brasseur d’émotions.

 

Article papier publié le 16 Décembre 2014 dans le Courrier de L'escault

IMG_0023.JPG

LIRE

 

 

 

08.12.2012

8 Décembre 2014: Le Parisien

Interview de Serge Lama et de Vincent Niclo dans le Parisien du 8 Décembre 2014

 

numérisation0017.jpg

 

 

numérisation0018.jpg

LIRE

 

 

8 Décembre 2014: Album vincent Niclo

Vient de paraitre le premier album de chansons originales de Vincent Niclo, 2 titres sont signés Serge Lama," Jusqu'à l'ivresse" et "L'amour est enfant du poème" chansons misent en musique par Davide Esposito.

71YGkvKNpcL._SL1191_.jpg

 

1. Jusqu'à l'ivresse
2. Divino
3. Je ne suis qu'un homme
4. Pour une fois
5. L'amour est enfant du poème
6. Vivre d'espoir
7. Mea culpa
8. Sans avoir à le dire
9. Amore puro
10. Carmen
11. Le temps
12. A corps perdu

  Voici le clip de la chanson jusqu'à l'ivresse

 

 

L'amour est enfant du poème

 

B4Kc5NXIUAA--GK.jpg large (2).jpg

 

Reportage au JT de 20h de TF1 du 8 Décembre 2014 pour la sortie du CD de Vincent Niclo, petite participation de lama

 

 

07.12.2012

7 Décembre 2014: Du coté de chez Dave: Vincent Niclo

L'émission "Du coté de chez vous" présentée par Dave reçoit le Dimanche 7 Décembre à 17h  le jeune Ténor Vincent Niclo.

Serge Lama fait partie des invités.

10435594_717908351630313_5478642020385858706_n.jpg

REPLAY

 

Voici 2 extraits de cette émission.

 

 

 

 

 

 

06.12.2012

6 Décembre 2014: Ouest France

Serge Lama était en concert au Vendéspace vers la Roche- sur- yon

logo-of-167x72.png

serge-lama-50-ans-dencre-et-de-projecteurs.jpg

Loïc TISSOT.

La bande-son du week-end. Le chanteur est en concert au Vendéspace. Tout le monde a fredonné, un moment ou à un autre, l'une de ses chansons. Morceaux choisis dans une discographie dense.

 

Il fête cinquante ans de présence sur scène. 400 chansons à son compteur, dix mille textes, oui, Serge Chauvrier de son vrai nom, est un homme de paroles. Brisé par les coups du sort, - des accidents de voiture qui prennent la vie de sa fiancée, en 1965, de ses parents en 1984 -, l'artiste qu'on appelle « L'homme qui rit » se considère profondément triste.

Flammarion vient d'éditer l'intégrale de ses chansons. On y découvre un homme profond, militant d'une Pléiade chansons qui rend hommage à Yves Gilbert et Alice Dona, ses complices, « mes Joseph Kosma et Marguerite Monnot ».

Je suis malade

La dernière version manuscrite, datant de 1971, est écrite au rouge. Comme la couleur de l'album qui le propulsa au-devant de la scène. Je suis malade est son oeuvre-maîtresse, mot qu'il préfère à chef-d'oeuvre. Il appuie sur la dernière syllabe du mot malade, « une faute d'accent tonique ». Le charme est dans le défaut. C'est Alice Dona qui écrit la musique sur ses mots.

Serge Lama a dû batailler contre le directeur de sa maison de disques qui ne voulait pas reprendre le titre de la chanson : « Vous achèteriez, vous, un album, qui s'appelle Je suis malade ? » Serge Lama insiste, près de trois millions de personnes sont de son avis. Un succès porté aussi par la reprise de Dalida.

Les petites femmes de Pigalle

C'est aux yeux de Serge Lama, « la chanson type que la musique a transformée en chanson de revue. » Ce n'est pas son compère Yves Gilbert qui s'y colle : « Il l'aurait entraîné vers sa part mélancolique. » Jacques Datin garde toute une fraîcheur, « le système Offenbach, rythmique et entraînant » qui fait le bonheur des médias et permet à la « gent masculine de faire un transfert. » Son autre titre Femme, femme, femme fonctionne de façon similaire. En l'écrivant, - très bien trouvé « J'suis cocu mais content » -, après un tour de chant entre une ville sur la Durance et Cannes, il ne pensait pas que ces petites femmes de Pigalle allaient lui coller à la peau pendant plus de quarante ans.

Napoléoné

C'est la grande question que tout le monde se pose : est-ce que Serge Lama profitera de son passage en Vendée pour embrasser du regard la ville napoléonienne, La Roche-sur-Yon ? L'aventure Napoléon, chez l'artiste, c'est l'envie de marquer une pause. Celui qui assure 250 galas par an s'attelle à l'écriture d'une comédie musicale. Des chansons écrites en deux mois. Et une parenthèse qui durera trois ans au théâtre Marigny, sur une idée de Thierry Le Luron. « Dans mon entourage professionnel, personne n'y croyait et, pourtant, on a arrêté en plein succès. Le directeur du théâtre se demande encore pourquoi. » Les critiques ont été légion jusqu'à Marie la polonaise. Il a poursuivi son bonhomme de chemin. Brin de nostalgie ? Serge Lama a rejoué le spectacle en mai dernier, au Théâtre antique d'Orange. A l'heure où l'on crée une chaire Napoléon dans le département, voilà un parrain tout trouvé...

 

 

04.12.2012

4 Décembre 2014: RTL

Serge Lama est au sommaire de l'émission laissez vous tenter sur RTL le 4 Décembre à 9h

 

Presse-papiers-10.jpg

 

PODCAST