Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04.02.2016

4 Février 2018:Mélody de ma vie .

images.jpg

Frederic Zeitoun reçoit Serge Lama dans l'émission les Mélody de ma vie , Sur télé mélody .

Le dimanche 4 février à 19:36, Le mercredi 7 février à 13:35, Le samedi 10 février à 4:10

mais aussi en clair sur le site de l'émission.

Capture 2.PNG

 

SITE DE L' EMISSION

02.02.2016

2 Février 2018:Concert à Longjumeau

Le 2 Février Serge Lama était en concert dans la ville de Longjumeau.

Le Parisien du 31 Janvier 2018 annonçait le spectacle.

27072366_2079646092051441_6610041753274773248_n.png

Le parisien 31 jan 2018

2 février 2018: L’invité mystère – Les grosses têtes de RTL

1.png

 

Le 2 février 2018, autour de Laurent Ruquier étaient présents : Roselyne Bachelot, Caroline Diament, François Rollin, Laurent Baffie, Elie Semoun et Steevy Boulay.

 

2.png

 

REPLAY DE LA SEQUENCE L'INVITE MYSTERE

podcast

 

24.01.2016

24 Janvier 2018: France bleue

Serge Lama était en direct sur France Bleue ce 24 Janvier

Capture.PNG

REPLAY

22.01.2016

22 Janvier 2018: DH.be

Serge Lama était en concert le 20 Janvier à Louvain la neuve

Capture.PNG

Serge Lama: les femmes, femmes, femmes sont toujours là

C'était le temps bénit de la rengaine. C'était le temps où les chanteurs avaient de la voix. A 74 ans, Serge Lama n'a perdu ni le sens de l'un ni la qualité de l'autre.

Samedi soir, dans une salle Aula Magna de Louvain-la-Neuve sol out, il a distillé un de ces concerts où vous vous laissez bercer. Où l'artiste parvient à créer une atmosphère, un univers. Intelligemment entouré d'un quatuor violon/violoncelle (quatre musiciennes plutôt mignonnes ce qui ne gâche rien...), de son accordéoniste et guitariste traditionnels mais aussi d'un percussionniste tout en délicatesse, Serge Lama a distillé sa poésie, mais aussi ses prises de position comme sa chanson sur les dictateurs ainsi qu'un hommage à Léonard Cohen « le plus grand poète américain ».

Même s'il ne vend plus des centaines de milliers de disques, Serge Lama reste un amoureux de la scène. Il s'y sent bien et converse régulièrement avec son public. Ce public fidèle qui le suite depuis les années 60. Ce public qui fredonne ses tubes même s'il doit attendre les rappels pour l'incontournable « Je suis malade » (« la seule chanson pour laquelle vous êtes venus », ironise-t-il). Ce public qui frissonne devant la qualité de ses textes. Certains méritent une citation quasi littéraire par la qualité de cette écriture qui, malheureusement, a tendance à s'effriter de nos jours. Il reste un pilier et ce n'est pas un hasard si, sur son dernier album, des gens comme Julien Clerc, Calogero, Maxime Leforestier ou Pascal Obispo lui ont concocté des musiques.

Serge Lama est en concert du 9 au 14 février à l'Olympia (Paris)

J.-M.Gh.
DH.be

20.01.2016

20 Janvier 2018:Télé matin

d922d56e-phpd6uvai.jpg

Retrouvez demain Serge Lama  dès 7h du matin dans l'émission télé matin. Une émission présentée par Laurent Bignolas qui a succédé à William Leymergie

 

LA VIDEO

15.01.2016

15 Janvier 2018:Message de Serge

Serge annonce que Marie Paule fera sa première partie à l'Olympia

 

26733854_10156082180988007_8547797213532621993_n.jpg

 

Mes chers amis,

Tout le monde m’a demandé : « Mais qu’est-ce que tu veux pour ton anniversaire à l’Olympia ? »

Pour mes 75 ans, ce que je veux ! Mais ça va de soi, la plus talentueuse qui soit... MARIE-PAULE BELLE en première partie ! Elle était déjà là, en première partie, quasiment au matin de ma vie, il est naturel qu’elle y soit à son soir... C’est avec elle que j’ai commis mes plus dingues folies... Depuis dix ans, elle répond à tous mes rendez-vous télévisuels (enfin, quand j’ai droit à la parole). C’est un drôle de temps celui qui laisse sur sa route les plus grands artistes. Je ne veux pas être de ce temps-là et tant qu’il me restera un peu de pouvoir, je me tiendrai sur cette crête-là.

Cher public, je sais intuitivement que c’est aussi un cadeau pour vous.

Une petite demande, je vous en prie soyez à l’heure, ne manquez pas le rendez-vous de l’amitié, portez-la où elle doit être : aux nues…

Serge

14.01.2016

14 Janvrier 2018:BFM Paris

Capture.PNG

Un reportage sera diffusé sur Serge Lama dans la rubrique culturelle "Scène sur Seine" à 12h45 sur BFM Paris ce Dimanche 14 Janvier 2018.

26906465_10213160729005827_1741517561_o.jpg

 

VIDEO

01.01.2016

1 Janvier 2018:Mot de Serge

Message de Serge Lama pour cette nouvelle année 2018

26055784_10156046914013007_283445273741776100_n.jpg

Mes amis,

En cette nouvelle année 2018, ceux qui ont tout se doivent de penser à ceux qui n’ont rien. Et je sais, je suis sûr, que parmi vous, il y en a qui n’ont pas beaucoup. Et cependant vous faites l’effort de venir me voir dans mes spectacles. Je vous en suis reconnaissant comme vous ne sauriez vous l’imaginer. Quand je vois à la fin du spectacle vos bonnes bouilles éclatantes de soleil, je me dis que peut-être je vous ai remboursé en partie.

Vous savez, vous, mes fidèles, que sans vous je ne suis rien, que sans l’amour que vous m’avez porté depuis plus de 50 ans, je n’aurais jamais rien été.

Le public est tout, c’est notre ami, c’est notre maître, il peut être aussi notre juge, il l’est certainement d’ailleurs, et quand je rentre sur scène chaque soir, c’est en pensant à tout cela que je me motive. J’ai besoin de vous, vous avez besoin de moi je l’espère.

On use abusivement du mot amour, mais je pense que c’est ce qu’il y a toujours eu entre vous et moi « ma plus longue histoire d’amour c’est vous », je vous le dis à la fin d’ « Une île » chaque soir, mais je le pense profondément.

Un artiste qui fait une longue carrière n’est pas un homme comme les autres. C’est quelqu’un qui a déplacé son amour vers le public, quand d’autres l’offrent tout à leur famille ou à leurs amis. Ce qui fait de nous un peu des êtres à part, car avec son public on trompe toujours plus ou moins ceux qui vous touchent de près, malgré le sentiment qu’on a de les aimer.

Cette année s’annonce sous des auspices internationaux difficiles, voire pire. Sans fermer nos yeux, sans boucher nos oreilles, essayons tout de même d’être heureux, c’est le mieux qu’on puisse faire. Le bonheur se reproduit, donc quand on est heureux, on rend service à la planète.

Je ne veux pas davantage faire de morale, ni proclamer des sentences qui dépassent mes compétences, néanmoins efforçons-nous de faire le bien autour de nous pour que le mieux arrive. On n’est pas habilité à régler les problèmes qui nous dépassent, mais à notre humble niveau si.

Donc mon maître-mot pour commencer cette année sera : bonheur à tout va, avec un bon rire qui part du ventre et une belle émotion qui part du cœur.

N’ayons pas honte d’être ce que nous sommes.

Si je le pouvais, je vous étreindrais tous sur mon cœur, mais je n’ai pas les bras assez longs.

À bientôt mes amis et bonne, très bonne année 2018.

Serge

31.12.2015

31 Décembre 2017:Toute la musique qu'on aime

Serge Lama est au sommaire de cette émission du 31 Décembre 2017

DQ29GYuXcAAHN53.jpg

Scan.jpg

télé Z du 30 Décembre 2017

 

toute_la_musique_du_31.jpg

3758353-exclusif-serge-lama-jonathan-lambert-950x0-1.jpg

3758209-exclusif-serge-lama-enregistrement-d-950x0-2.jpg

 



29.12.2015

29 Décembre 2017: Bon anniversaire Monsieur Gerra

Serge Lama, invité surprise lors de cette émission qui célèbre les 50 ans de Laurent Gerra

Scan 7.jpg

Télé Z du 23 Décembre 2017

Capture 5.PNG

3760810-exclusif-serge-lama-enregistrement-d-950x0-1.jpg

3760813-exclusif-serge-lama-enregistrement-d-950x0-1.jpg

3760822-exclusif-serge-lama-et-michel-drucker-950x0-1.jpg

 

27.12.2015

27 Décembre 2017:300 Choeurs pour les fêtes

Le 27 Décembre, Serge Lama était  au programme de cette émission qui mettait à l'honneur la chanson française .

Scan 8.jpg

Télé Z semaine du 23 Décembre 2017

Capture.PNG

25.12.2015

25 Décembre 2017: Le regard libre

Un compte rendu des concerts donnés les 19 et 20 Décembre 2017 à Genève

Capture.PNG

Serge Lama et ses souvenirs à Genève

Les lundis de l’actualité – Loris S. Musumeci et Jonas Follonier

Au Théâtre du Léman, les 19 et 20 décembre derniers, passait un débutant. Ou pour le moins un artiste qui prit plaisir à se laisser considérer comme tel par le nom de la tournée : « Je débute ». Le Regard Libre était présent à ce moment haut en poésie. Impressions.

Un corps claudiquant s’avance sur la scène, pas à pas. Et voilà que la lumière se braque sur le visage d’un homme, aux traits vieillis par la nostalgie. Pourtant, malgré des jambes paraissant déjà en souffrance, et les lignes du temps passé dessinées sur le front, le personnage s’annonce puissant. Dès son premier sourire, Serge Lama transmet déjà la vivacité et la tendresse qu’il a acquises au prix de la même nostalgie, et du décès de son épouse survenu une semaine avant la sortie de son dernier album.

Les salutations au public sont chaleureuses, tout en restant dans la sobriété qui a toujours ressemblé au pâle noiraud. Il présente d’emblée ses musiciens pour lesquels il accompagne à chaque nom un petit propos d’éloge. Le chanteur se retrouve avec seulement neuf accompagnants, dont deux choristes. L’ambiance de la scène est alors quasiment familiale. Elle révèle une nécessaire collaboration entre ses membres. Serge Lama fait corps avec ses sept instrumentistes et ses deux choristes.

L’interprète

L’artiste entame les titres d’un répertoire au ton intimiste, qu’est celui de son dernier album : Où sont passés nos rêves. Pour ce faire, il est indispensable d’établir un lien de confiance avec le spectateur. Toute révélation de soi a cependant des limites. Pour ne se livrer que jusqu’aux frontières qu’il a voulues, un masque préserve sa pudeur. Comme une femme voilée, lui, porte les cheveux longs plaqués à l’arrière. Au-dessus du nez, ses yeux crayonnés dessinent le contour de la personnalité. En-dessous, se logent moustache et barbichette, lui donnant un air d’antique poète ou de prophète oriental. Les vêtements complètent le masque facial : noirs, hormis la teinte de rouge vin de l’un des deux vestons du concert.

Dans son costume de messager, Serge Lama chante la vie d’un homme, ses pensées, les mots à attribuer aux sentiments les plus banals du quotidien. La manière de prononcer les paroles n’est pas la même qu’un Aznavour à ses heures les plus lyriques, ou qu’un Johnny plus rockeur. Tout en gardant un style totalement personnel dans la forme vocale qu’il donne aux consonnes, la diction se rapproche en une certaine mesure de celle qu’avait Jacques Brel dans ses chansons les plus révoltées et profondes. Les syllabes exposées aux oreilles de l’auditeur sont parfaitement distinctes, voire découpées, et très dures. Elles ont ainsi la capacité de s’imprimer chez le spectateur qui s’en imprègne.

Un décor qui laisse place à la parole

D’autant plus que l’atmosphère toute entière de la salle met en valeur le texte. Sombre et légère, elle centre l’attention sur les mots, pris un par un, précisément. Ainsi, sous les projecteurs qui illuminent les instrumentistes, Serge Lama chante la Lettre à mon fils : « Cueillons des cerises pour la commune / Et pour les rêves de Jaurès ». La prononciation de « commune » et « Jaurès » est si aigue qu’elle semble aussi faire partie du décor. L’ambiance visuelle se veut plus tragique avec Des éclairs et des revolvers, chanson tirée de son album de 2012, La balade du poète.

A l’arrière, pour éclairer l’obscurité ambiante, des jeux de lumière et des diffusions d’images. C’est le point plutôt moyen du concert dans son pendant quelque peu kitsch, surtout en ce qui concerne les images projetées. Néanmoins, il est des moments où les lumières ont ajouté de la majesté au chansonnier Lama. « L’Algérie / Ecrasée par l’azur / C’était une aventure / Dont je ne voulais pas », et gicle à l’arrière une lumière orange qui ramène dans le désert celui qui pense que, tout de même : « Avec ou sans fusil / Ça reste un beau pays / L’Algérie ». Ou encore pour Les ballons rouges, avec des lueurs d’une teinte écarlate sur tout le fond de la scène.

Quant aux images, elles touchent réellement le spectateur lorsqu’elles concernent directement l’interprète. En ouverture, voir les débuts de Serge Lama sous les notes de Je débute, donnant son nom à la tournée, exprime le trac demeurant après plus de cinquante ans de carrière. « Malgré mon statut de héros / Si demain on dit dans les journaux / Que c’était le combat de trop / Je dirai / Je débute ». Sans oublier également le portrait de son ami, de son maître, pour la fameuse chanson qui dégage toujours la même ardeur.

Des souvenirs

Dans Le souvenir, dont la sublime musique a été composée par Calogero, les photographies du petit Serge arpentent le temps de son enfance. On le voit avec sa famille, qui n’a pas toujours su l’aimer. « On avance l’âme à l’envers / En quête de nos cœurs d’hier / Où sont-ils dans notre passé / Les cailloux du Petit Poucet / Il y a cette étoile dans la nuit / Qui nous laisse seul mais qui luit / C’est du chagrin sans avenir / C’est sans le sou / Le souvenir / Le souvenir »

Dans Bordeaux, il est encore question de l’enfance. Douce malgré tout : « Papa m’emmenait à bicyclette / A l’école du cours Saint-Louis / Le bruit des roues me faisait fête / Quand je me serrais contre lui / J’aimais ce papa d’opérette / Ce papa musique et velours / Ma mère était toujours inquiète / Etait-ce d’angoisse ou d’amour ? »

Et les propres souvenirs du public sont également à l’honneur dans l’interprétation qui a fait sourire tout le monde : Les petites femmes de Pigalle avec ses « Et j’suis content, j’suis content, j’suis content, j’suis content / J’suis cocu, mais content ». Ou celle qui sonné la forte émotion pour chacun, Je suis malade, juste après que l’artiste se fut excusé auprès des spectateurs d’avoir plusieurs côtes cassées, ce qui lui a valu quelques larmes au moment de sortir de scène. Lama a tout donné ; Genève s’en souviendra.

18.12.2015

18 Décembre 2017:Fémina

Capture.PNG

Serge Lama, la voix de la nostalgie

Monument de la chanson française, l’artiste se sent toujours «débutant». Rencontre avec un mélancolique magnifique, qui chante au Théâtre du Léman, à Genève, les 19 et 20 décembre 2017.

 

 
 

Creditt_Bruno-Charoy.jpg

Serge Lama, c'est une voix à vous coller les frissons, un regard profond et doux et des textes d'une poésie exceptionnelle. photo: Bruno Charoy

 

Une voix qui vous file des frissons, un regard intense à vriller l’âme, des textes superbes et tellement incarnés que vous les croiriez écrits pour vous… Comme le prouve son album, «Où sont passés nos rêves», Serge Lama n’a rien perdu de sa flamme ni de son aura. Malgré ses 74 ans. Malgré les accidents et les blessures. Malgré le décès de sa femme, Michèle, il y a un an.

Du coup, quand il chante «Je débute et j’ai peur du KO, serait-ce le combat de trop?» on a du mal à le croire. Un peu de cabotinage, peut-être? Même pas. Car comme tous les grands, il parle vrai. Alors oui, quitte à surprendre, il a encore le trac, se sent débutant: «Je n’ai évidemment pas les mêmes trouilles que celles que j’avais à 20 ou à 50 ans. Mais aujourd’hui, avec les possibles fragilités de l’âge, je redoute les embûches liées à un tour de chant… Et puis, j’ai depuis toujours une angoisse viscérale de ne pas faire bien, comme un gosse à l’école!»

Un gros malentendu

Pourtant… plus de 50 ans de succès, des salles systématiquement combles et des milliers de fans fidèles devraient le rassurer, non? Il se tait un instant. Reprend, le ton grave: «Au fond, tout cela est un mystère… si les gens continuent à venir m’écouter, depuis tout ce temps, c’est peut-être parce que mes chansons parlent à des émotions auxquelles s’adressent rarement d’autres artistes. Ils doivent avoir envie de recevoir ce courant-là…» Un courant essentiellement teinté de tristesse et de nostalgie, d’ailleurs. «C’est vrai, j’ai un fond mélancolique qui vient de loin. De plus loin que la vie… en fait, je suis né avec ce sentiment!»

Songeur, il regarde les miroirsde son passé, remonte le temps. Se souvient de l’enfance morose, pleine d’ennui. Sans ballons rouges mais «cloué» dans une famille à laquelle il voulait échapper. Puis repense à «sa vocation», son besoin d’écrire et d’être sur scène «pour ce partage, cet échange si beau, si violent avec les gens» qui le tient aujourd’hui encore. Se remémore ses débuts, ses premières chansons, dont «Et puis on s’aperçoit», la plus noire, la plus désespérée, sans doute: «Je l’ai écrite à 20 ans mais elle est la synthèse de ce que j’ai fait par la suite et aborde tous les sujets dont j’ai parlé plus tard: l’amour, l’amitié, le désir de partir et de voyager, d’être aventurier. Et, pour finir, le constat amer qu’on fait en se regardant dans une glace en fin de parcours. Elle est d’une précision et d’une lucidité… c’était une forme de voyance sur ma propre carrière!» Peut-être. Il n’empêche que dans l’esprit du grand public, Serge Lama reste l’homme des «Petites femmes de Pigalle», de «Femme Femme Femme» ou de «C’est toujours comme ça la première fois». Un grand malentendu, donc. Qui s’explique tout simplement, sourit l’artiste aux allures de mousquetaire: sur l’entier de son répertoire, qui compte plus de 100 titres, il n’a que «10 ou 12 chansons gaies». Or, insiste-t-il, ce sont essentiellement celles-ci qui ont été diffusées pendant des années à la radio. «C’était logique, notez: on n’allait pas proposer des thèmes cafardeux à 7 h du matin!»

Tout en douceur, Serge Lama ajoute: «Bon, franchement, cette image de joyeux luron qui m’a collé à la peau n’était pas tout à fait incohérente. Il faut quand même avouer que dans les années 1970-80, j’étais un sacré paillard! Je riais tout le temps, j’étais dans l’excès et j’avais vraiment l’air d’être une espèce de Pantagruel!» Le débit s’accélère: «Je pense qu’à la suite de mon accident de voiture, survenu en 1965, j’avais échafaudé une sorte de plan de survie, de rebond… de surbond, même. Du fait que j’avais frôlé la mort, je voulais montrer quatre fois plus que je vivais et j’en faisais trop. J’étais dépassé par quelque chose qui me submergeait et qui m’obligeait à être comme ça, survolté et depardiesque…» C’est cette posture-là que les médias et le public qui ne le suivaient pas par disque ou en concert ont retenue. «Mais ce n’était pas moi! Je crois que je suis enfin ce que je suis vraiment depuis toujours.»

Une vie presque «monacale»

La voix de velours, il explique que feuille à feuille, doucement, ces derniers 25 ans, il s’est calmé, recentré, et mène désormais une vie simple. «Presque monacale», rigole-t-il. «Je suis prisonnier de mes jambes. Mon accident m’a laissé des séquelles à cause desquelles je ne peux plus rester debout longtemps, si bien que les jours où je ne suis pas sur scène, il faut que je me tienne tranquille… mais ça me convient très bien!» A l’entendre, on le croit. Ce d’autant qu’il s’enthousiasme, maintenant, en évoquant ses amis, avec qui il «discute et échange». Ou les cinéastes qui le font vibrer – de Marcel Carné à Xavier Dolan, en passant par David Fincher, dont il est très client: «Il est sombre et pas joyeux et c’est pour ça que je l’aime!» Et surtout, surtout… ses chers «classiques» de la littérature ou de la poésie dans lesquels il se plonge et replonge avec délices.

Vous avez dit nostalgie ? Evidemment. Mais l’écriture, la lecture ou le cinéma ne l’empêchent pas de se tenir au courant de la marche du monde. De s’en inquiéter. Et, malgré tout, de croire quand même «un peu» au futur et au bonheur – comme «un mélancolique espère d’une façon mélancolique.» Parce qu’au fond, conclut-il, «je reste en quête d’un paradis perdu à regagner…»

Saskia Galitch

 

Son actualité Il est en concert les 19 et 20 décembre au Théâtre du Léman, à Genève, et réédite l’album «Où sont nos rêves» avec 5 titres supplémentaires.

Ce qui le ressource «La lecture. Et notamment les grands classiques, comme Les mémoires d’outre-tombe, de Chateaubriand.»

Son don inattendu «La cuisine. Comme je suis en tournée, je dois faire un peu attention… alors ce n’est pas le moment. Mais autrement, j’aime vraiment ça!»

Sur sa shamelist «J’ai un peu honte de certaines choses que j’ai pu faire ou dire pendant des soirées de picole, dans les années 1970-1980.»