01.12.2013

BIENVENUE

BIENVENUE


SUR LE PETIT MUSEE WEB

DE


SERGE LAMA


 

 

Toute la carrière et l'actualité de Serge Lama au travers de nombreux documents classés par années

 

047.JPG

 

30.11.2013

Tournée anniversaire 2013-2015

 

 

Serge Lama est en

 tournée en France et dans les pays francophones

jusqu'en Avril 2015



nouvelle-affiche-33b9b20.jpg

 

VOIR LES DATES ICI

et

OLYMPIA EN MARS 2015

Presse-papiers-3.jpg

 

 

03.01.2013

27 Septembre 2014: Hier encore

Samedi 27 Septembre à 20h45 sur France 2 , 5 ème édition de cette émission proposée par Charles Aznavour qui met en valeur le patrimoine de la chanson française.

index.jpg

Parmi les invités , Serge Lama

ob_b93f18_hierencore-preview.jpg

Juin 1991:Le Lundi

Le mariage de Serge Lama dans la presse Québécoise.

le-lundi---semain...in-1991a-47770d4.jpg

LIRE

le-lundi---semain...in-1991b-47770ed.jpg

18 Juin 1988: Echos Vedettes

"Napoléon "dans la presse Québécoise

tichos-vedettes--...in-1988a-477703b.jpg

tichos-vedettes--...in-1988b-477709a.jpg

LIRE

Mai 2003: Vivement dimanche Philippe Bouvard

index.jpg

En Mai 2003 , Michel Drucker recevait Philippe Bouvard sur son canapé rouge. Serge Lama faisait partie des invités et interprétait "Le 15 juillet à 5 heures"

Presse-papiers-13 [640x480].jpg

 

1974: Panini Hit collection

Album Panini consacré aux vedettes de la chanson paru en 1974

 

 

875406444.jpg

 

Vignette auto collante Serge Lama

Presse-papiers-1 [320x200].jpg

Presse-papiers-12 [320x200].jpg

 

 

 

 

Mars-Avril 1965: Music hall

Article sur Serge Lama de Mars 1965 dans ce magazine sur le Music Hall

numérisation0001.jpg

numérisation0002.jpg

LIRE

02.01.2013

7 Juin 1988: un journal au Quebec

1 million de spectateurs pour Napoléon

7-juin-1988-473cc15.jpg

LIRE

7 Juin 1988: Echos Vedette

tichos-vedettes--...uin-1988-473cc2e.jpg

LIRE

28 Décembre 2001: Les enfants de la télé

numérisation0048.jpg

16 septembre 1978: Jours de france

p1.jpg

p2.jpg

p3.jpg

p4.jpg

p6.jpg

p7.jpg

p5.jpg

2 Aout 2014: Nouvel observateur

Presse-papiers-11 (2).jpg

Serge Lama : ce que Charles Aznavour m'a appris

Rendez-vous tous les week-ends pour la série d'été chanson : un artiste nous raconte ce qu'un autre lui a appris. Aujourd'hui, Serge Lama dit son admiration pour Charles Aznavour, roi de l'épure.

7585087-serge-lama-ce-que-charles-aznavour-m-a-appris.jpg

J’ai beaucoup appris de Charles Aznavour, qui avait lui-même appris d’Edith Piaf des choses essentielles. Sur scène, si l’on a besoin d’un geste, on le fait. Quand on a besoin de deux gestes, éventuellement on les fait. Cependant, si on peut s’en passer cela signifie que la chanson est bien écrite, qu’elle a un auteur à la hauteur, que les mots que vous prononcez sont suffisants. Un geste ne doit venir que par nécessité. Il n’y a rien à ajouter, juste à interpréter. Faire le moins de geste possible, avec l’âge, tous les artistes y viennent, les peintres et les chanteurs. Nous allons tous de plus en plus vers la sobriété, l’épure, et cela Charles me l’a bien appris.

Si vous regardez Edith Piaf à l’époque, j’ai eu cet honneur quand j’étais petit, elle fait au maximum deux gestes pour ponctuer sa chanson, souvent pour la terminer, comme pour achever le travail. Comme sa petite danse à la fin de "La foule". Elle ne la fait pas avant, juste à la fin. C’est extraordinaire. Charles le fait merveilleusement dans "Comme ils disent", où il ne fait quasiment pas de gestes. A l’inverse, pour "La bohême", qui est une chanson descriptive, il peut se le permettre, à condition qu’ils soient précis et toujours au même moment.

 

J’ai beaucoup observé Charles au début des années 60, a l’époque où à l’Alhambra il chantait pour les première "Je m’voyais déjà". A cette époque, il n’était pas sobre : il tremblait, il bougeait, il dansait. Il était très expressif, très expressionniste. Peu après, quand je suis revenu du service militaire, je l’ai revu pour constater qu’il avait tout gommé, il était arrivé à cette épure. Je pense que c’est vers elle qu’il faut tendre.      

Propos recueillis par Sophie Delassein – Le Nouvel Observateur

Serge Lama sera à l’Olympia du 26 au 29 mars 2015.

 

 

 

27 Juillet 2014: Nouvel observateur

Presse-papiers-11 (2).jpg

Un artiste nous raconte ce qu'un autre lui a appris. Rendez-vous tous les week-ends pour la série d'été chanson.

Nicolas Peyrac : ce que Serge Lama m'a appris

7566576-nicolas-peyrac-ce-que-serge-lama-m-a-appris.jpg

Serge Lama est la première personne à m’avoir emporté dans ses bagages pour deux tournées au long court. C’était en 1976. J’étais un béotien, balancé de la fac de médecine sur la scène, devant entre 5 à 6.000 personnes tous les soirs. J’avais tout à apprendre, tout à comprendre. En étant plus que humble - je ne pouvais pas faire autrement -, j’ai beaucoup appris de lui.

J’ai appris qu’il y avait trois parties dans un concert : la répétition, le concert, la sortie de scène où l’on passe un certain temps à dédicacer des albums ou des photos à des gens qui ont payés leur place. Il m’a également appris qu’il faut toujours enchainer les chansons pendant les applaudissements, afin d’éviter les temps morts, que le public ait le sentiment que les deux heures de concert sont passées très vite, qu’il ne soit pas gavé mais qu’il en redemande au contraire. Ce sont des choses qu’un artiste ne peut pas savoir tant qu’il n’a pas été confronté à des salles d’envergure, avec un autre artiste, un grand-frère, un pote capable de tout expliquer avec l’envie de le faire avancer.

Serge ne s’est jamais pris pour une star, il a tout de suite instauré entre nous des rapports simples, évidents, sans hiérarchie. Je l’ai ressenti dès les premiers jours. Il m’a aussi expliqué que, lorsque je serai à mon tour tête d’affiche, je ne devrais pas choisir une première partie inconsistante en pensant arriver derrière comme le roi du monde. Au contraire : plus la première partie est forte, plus le public se sentira concerné, plus il l’appréciera et plus j’aurais besoin de me dépasser dans mon interprétation, dans mon envie de partager mes émotions.

Ses conseils semblaient simples, ils étaient essentiels.

Propos recueillis par Sophie Delassein - Le Nouvel Observateur

CD : "Et nous voilà" (Wagram). A Lire : "So far away, un certain 21 mars" (L'Archipel)