Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16.11.2014

16 Novembre 2016:La bande passante RFI

Serge Lama en interview dans cette émission de RFI "La bande passante"

Capture.PNG

Capture.PNG

REPLAY

15.11.2014

15 Novembre 2016:Le télégramme

Publié dans le Télégramme, presse bretonne.

logo-letelegramme-min.png

N'allons pas au delà de superlatifs que certains prendraient pour de la bienveillance au regard des états de services de cet auteur-interprète éminent de la chanson de qualité. Et pourtant ! Cet album à coeur ouvert de Serge Lama pique plein centre en sa cible émotive. Vraiment ! D'où l'évidence de voir les « collègues » compositeurs du métier, complices et amis pour la plupart, concernés par sa force d'écriture intemporelle. Pour preuve : Francis Cabrel (en duo sur « l'Arbre de Noël »), Julien Clerc, Pascal Obispo, Adamo, Maxime Le Forestier, Patrick Bruel, Gérard Lenorman, Calogero, Christophe Maé, Carla Bruni (en duo sur « Casablanca ») et consorts, ont tous été été bluffés. Comme nous le sommes par ces textes qui nous prennent aux tripes comme un miroir du rétro en restituant notre propre vécu, heureux parfois, souvent fataliste, mais rarement désabusé.

Et s'il fallait placer en exergue « celle-ci plutôt qu'une autre », avançons « Lettre à mon fils » et sa litanie « non exhaustive » de noms des pires dirigeants meneurs de foule et massacreurs au nom de leur mégalomanie. Maxime Le Forestier ne pouvait impliquer ses notes ailleurs que sur ces lignes plus que jamais actuelles.



15 Novembre 2016: France bleu

Serge Lama est invité ce soir de 19h15 à 20h sur France Bleu pour présenter son nouvel album

Capture.PNG

ECOUTEZ ICI

12.11.2014

12 novembre 2016 : Club Music sur Bel RTL

bel rtl 4.png

Serge Lama est l'invité de Serge Jonkers dans l'émission Club Music du 12 novembre 2016 sur Bel RTL pour évoquer l'album Où sont passés nos rêves.

bel rtl.png

bel rtl2.png

 

POUR ECOUTER


12 Novembre 2016: On n'est pas couché

Serge Lama est l'invité de Laurent Ruquier, le samedi 12 Novembre 2016 dans "on n'est pas couché " sur France 2 vers 23h , rediffusion le dimanche vers 14h

 

Capture 2.PNG

Ce samedi, Laurent Ruquier reçoit l'ancien ministre du travail François Rebsamen, le chanteur Serge Lama, le dessinateur Jul, les acteurs Amelle Chahbi, Lucien Jean-Baptiste et les hommes de télé Alexandre Amiel, Thierry Ardisson et Laurent Baffie.

12 Novembre 2016:Tweet

CxC_Ha2XcAAfSn6.jpg

Léonard Cohen est décédé. Lui aussi aurait mérité le prix Nobel. S. Lama

10:27 Publié dans 2016, tweets | Lien permanent | Commentaires (0)

11.11.2014

11 Novembre 2016: Le Parisien

arton912.png

Capture.PNG

Serge Lama : « Je n'ai jamais eu confiance en moi »

A 73 ans, l'auteur-interprète sort un grand disque qui réunit des compositeurs prestigieux comme Calogero, Pascal Obispo, Julien Clerc, Patrick Bruel ou Francis Cabrel.

Il a maigri et rajeuni ! » La pochette du nouvel album de Serge Lama provoque souvent cette réaction. C'est vrai qu'il fait penser à Al Pacino dans « Heat » avec son élégant bouc et ses cheveux libérés. Comme quoi, à 73 ans, on peut encore changer d'image. Et après un demi-siècle de carrière, on peut vivre un nouvel âge d'or avec de nouvelles chansons. « Où sont passés nos rêves » en compte dix-sept, qui nous entraînent dans un voyage en première classe, porté par des mélodies sur mesure et des textes de haut vol, où Lama se livre comme rarement.

D'où vient ce nouveau look ?

Serge Lama. Pris par l'enregistrement de ce disque, je ne me rasais pas. Et des gens ont commencé à me dire que cela m'allait bien. Je suis allé voir une barbière à Paris. Elle m'a proposé ce look qui semble plaire à tout le monde.

 

Comment avez-vous réussi à réunir Cabrel, Bruni, Clerc, Calogero, Obispo, Bruel, Le Forestier, Maé, Bénabar... ?

 

A l'exception de Calogero, qui m'a appelé, c'est moi qui leur ai proposé. Je ne pensais pas qu'ils me diraient oui. J'avais commencé un album avec Davide Esposito et un jour Cabrel m'appelle pour me dire qu'il a trouvé une musique sur « les Muses », que je lui avais envoyée il y a longtemps. Ça m'a donné envie d'appeler Julien Clerc, puis j'ai croisé Carla Bruni. A un concert, j'ai pris mon courage à deux mains : « Madame, je prépare un disque... »

 

Serge Lama n'ose pas aller voir Carla Bruni...

Mais c'est la vérité (il sourit). Je suis très timide, je n'ai jamais eu confiance en moi. Sans Obispo, je n'aurais pas réussi à écrire sur ma ville d'origine, Bordeaux. J'essayais depuis trente ans. Le « Toulouse » de Nougaro me complexait.

Tous mettent vos textesen valeur...

Cela me touche beaucoup parce que les gens ne savent pas trop que j'écris. J'écris tous les jours, depuis que j'ai 11 ans et demi, mais les gens ont toujours voulu voir en moi le chanteur. Je me considère d'abord comme un auteur avant d'être un chanteur. C'est pour cela que je publie ce livre, L'intégrale de mes chansons (NDLR : aux Editions Flammarion). Et je remercie Bob Dylan. A travers son prix Nobel, on a tous reçu, les auteurs, notre petite part de reconnaissance. La chanson est enfin un genre reconnu.

 

Dans « l'Idole », vous remerciez aussi Johnny Hallyday...

Des gens autour de moi étaient contre, mais j'y tenais. Si quelqu'un devait écrire sur ce mec qui fait rêver les Français, cet aventurier, c'était moi. Il est beaucoup plus intelligent que les gens ne pensent, car il a l'instinct de l'intelligence. C'est le dernier chanteur qui me fait sortir les poils. Il fallait lui dire tant qu'on est vivant.

 

Vous auriez aimé être Johnny ?

Non, être une star, ce n'était pas pour moi. J'aurais pu à un moment, mais cela demandait des sacrifices que je n'étais pas prêt à payer, mettre toujours les bons habits, les bonnes lunettes... Je suis un chanteur populaire, cela me convient.

 

Quand vous chantez « Quand on est pauvre, c'est pour toujours », c'est autobiographique ?

Oui, j'ai grandi dans une famille très modeste, voire pauvre. Un sou était un sou. Nous avons vécu dans le quartier parisien où je vis aujourd'hui (NDLR : près des Invalides), mais à quatre dans la moitié de mon salon. Aujourd'hui, je suis aisé, mais je me sens toujours rapporté dans les milieux riches. J'ai connu bien des honneurs, mais à chaque fois, je sentais une distance chez les gens, dans leur politesse. Ils vous invitent un peu comme un clown.

 

Pour reprendre le titre de l'album et d'une chanson, où sont passés vos rêves ?

C'est la seule chanson que j'ai écrite sans ratures. Parce qu'elle vient du plus profond de moi. Le XXe siècle a été épouvantable. On a vu s'écrouler tous nos rêves, le communisme, le capitalisme, la démocratie... Je n'ai jamais voté, car j'ai toujours eu l'impression d'être manipulé. Ce n'est pas citoyen, je sais, mais il n'y a personne qui me fasse rêver.

 

« Ma femme était une sainte »
 

Il n'a pas voulu annuler son interview, malgré la disparition brutale de sa femme une semaine plus tôt. Michèle Lama est décédée à 71 ans d'un AVC dans leur résidence secondaire du Loir-et-Cher. « Dans les périodes où tout va bien, il m'arrive toujours une catastrophe, soupire-t-il. Ma fiancée meurt en 1965 dans un accident de voiture, mes parents, dans un accident en plein triomphe de ma comédie musicale « Napoléon » et maintenant Michèle... Comme si on me prenait toujours d'une main ce que l'on me donne de l'autre. »

 

Ils se sont rencontrés en 1969 à Chamonix. « Nous avons vite fait logement à part car Michèle était très indépendante, explique-t-il. Et moi, j'avais une vie de patachon. C'est moi qui ai fait le forcing pour que l'on se marie, pour notre fils Frédéric. Le mariage a eu lieu en 1991. Regardez les photos, c'était une princesse et moi un paysan mal dégrossi... Une sainte qui a tout accepté des fautes commises dans mes années de feu. Depuis quinze ans, notre amour s'était transformé en tendresse. Mais elle gérait toujours ma vie, mes affaires. Il était hors de question de divorcer, tant nous tenions à notre lien. Elle était sans ego et sans égale. »

 

VOIR LES VIDEOS

Sur son album

Sur Bordeaux

Sur sa femme Michele

14980701_10154713224818007_6324057870574003197_n.jpg

 

 

10.11.2014

10 novembre 2016 : magazine des espaces culturels Leclerc

76557852.jpg

Le 17 octobre 2016, Serge Lama est interviewé téléphoniquement par François Alquier pour le magazine des espaces culturels Leclerc du mois de novembre 2016.

 

leclerc.jpg

 

Je n'avais encore jamais interviewé ce grand de la chanson française. J'ai pourtant beaucoup d'admiration pour Serge Lama depuis quelques décennies. Voilà qui est enfin fait à l'occasion de la sortie de son nouveau disque Où sont passés nos rêves. Pour Le Magazine des Espaces Culturels Leclerc (daté du mois de novembre 2016), voici la synthèse de notre demi-heure de conversation téléphonique qui s'est tenue le 17 octobre dernier.

 

Après le succès de son précédent album, certifié disque de Platine, Serge Lama nous livre l’un des plus grands albums de sa carrière. Francis Cabrel, Julien Clerc, Christophe Maé, Bénabar, Carla Bruni, Maxime Le Forestier, Patrick Bruel, Gérard Lenorman, Pascal Obispo ou encore Calogero ont habillé ses textes. En tout, 13 artistes ont participé à ce magnifique album.

Comment avez-vous concocté ce casting de rêve ?
Serge Lama : Je suis tout simplement allé vers des artistes que j’admire. Certains depuis longtemps et d’autres plus récemment parce qu’ils sont plus jeunes dans la chanson. Je les ai tous contactés, sauf Calogero. Comme le métier savait que je faisais cet album avec des cadors de la chanson française, il s’est proposé gentiment. J’adore son travail, donc j’ai été flatté. Je lui ai envoyé un texte que je venais de finir le matin même et il m’a fait une musique formidable. Les treize compositeurs avec qui j’ai travaillé ont tous un style différent, ce qui rend les chansons si particulières.

Il y a deux duos, l’un avec Carla Bruni, l’autre avec Francis Cabrel.
Quand Carla m’a envoyé sa maquette, en l’écoutant, je me suis dit qu’il était impossible de ne pas avoir cette voix si particulière avec moi sur cette chanson, Casablanca. Quant à Francis Cabrel qui chante sur L’Arbre de Noël, là aussi c’était un souhait de ma part que cet immense artiste chante dans un de mes disques.

Quand vous avez envoyé vos textes à vos compositeurs, n’avez-vous pas eu peur d’être déçu par le fruit de leur travail ?
J’aurais été bien malheureux de dire à un des artistes de ce niveau-là : « Ta musique n’est pas terrible. » Ça n’est heureusement jamais arrivé. Toutes leurs musiques étaient les bonnes. Parfois, j’ai dû changer un peu mes textes pour qu’ils collent encore mieux à la composition. J’ai beaucoup travaillé pour ce disque.

Dès le début de votre carrière, vous n’avez pas voulu avoir de style propre, ni dans la musique ni dans les mots.
Ce qui m’importe, c’est la chanson. Ce qu’elle veut, ce qu’elle doit être. Mais j’ai toujours admiré des artistes qui ont un style très reconnaissable, que ce soit Georges Brassens avant mes débuts ou Michel Berger et Alain Souchon, qui ont apporté quelque chose de très neuf à la chanson alors que j’étais déjà chanteur.

Le premier single est Les Muses, une chanson sur le manque d’inspiration. C’est amusant parce qu’en vrai, je sais que vous n’avez jamais le syndrome de la page blanche.
J’avais écrit Les Muses pour Francis Cabrel à l’époque où il n’arrivait pas à finir son dernier album. Mais, vous savez, il m’arrive quand même d’avoir des difficultés à écrire un texte. C’est dur de trouver toujours quelque chose d’original, de nouveau, de beau à chanter. Ce qui me sauve, c’est que j’écris tous les jours. C’est ce qui fait que ma plume est toujours à mon service. Je suis un peu graphomane.

Vous écrivez tous les jours par besoin ?
Je pars du principe que plus on travaille, plus on réussit. Au bout d’un moment, ça devient une maladie. Mais une jolie maladie.

Avez-vous conscience que vous êtes considéré comme un monument de la chanson française ?
Depuis le passage de mes 70 ans et ma tournée extraordinaire qui a duré deux ans et demi, j’ai bien constaté que le public avait beaucoup d’amour pour moi. Mais, comme j’ai connu une grosse notoriété et une grande euphorie quand j’avais 30 ans avec des chansons comme Femme, femme, femme, Les P’tites Femmes de Pigalle ou Je suis malade, je trouve qu’aujourd’hui, c’est plus calme. Je ne me rends pas compte de ce que les gens pensent de moi et quelle trace je laisse dans leur cœur.

Vous avez beaucoup de disques à votre actif, mais est-ce que le dernier est toujours celui que l’on préfère ?
Dans ce cas particulier, forcément. C’est un disque qui ne ressemble à aucun autre. Pour moi, mes disques les plus importants sont Je suis malade en 1973, l’album Napoléon en 1982 et celui-ci. Je ne peux pas mieux dire.

09.11.2014

9 novembre 2016: Ici Paris

ici paris.jpg

 

08.11.2014

8 Novembre 2016:Clip Les muses

Très joli clip sur la chanson "Les muses"

07.11.2014

7 Novembre 2016: Id FM

logo_idfm_favicon.png

Une heure de chansons de Serge Lama était diffusée sur cette radio Valdoisienne

 

Capture.PNG

LIEN POUR ÉCOUTER l’EMISSION ICI

7 au 11 Novembre 2016:Radio Nostalgie

8187318-12785191.jpg.png

Retrouvez Serge Lama toute la semaine sur radio Nostalgie de 20 à 21 h

media.nrj.fr_436x327_2016_11_serge-lama-animateur-affiche-_9174.png

Animateur sur Nostalgie

Du 7 au 11 novembre, de 20h à 21h, Serge Lama est animateur sur Nostalgie aux côtés de Philippe Llado. Il choisira ses chansons préférées et nous présentera son nouvel album« Où sont passés nos rêves », le premier depuis 8 ans.

Capture.PNG

 
 
Mercredi
 

7 Novembre 2016:Ouest France

logo-of-274x120.png

LH44_SERGE-LAMA.jpg

Michel TROADEC.

Pour Où sont passés nos rêves, l'auteur-interprète a demandé à une douzaine de compositeurs d'habiller ses textes.

Ce qui surprend le plus dans cet album, c'est… la pochette. On ne reconnaît pas, au premier coup d'œil, l'homme de 73 ans, amaigri, avec barbiche et moustache. La voix, en revanche, n'a nullement changé, chaude, grave, au timbre si reconnaissable.

Depuis les années 1990, Serge Lama ne déroge pas à une règle : trois albums par décennie. Depuis quelque temps, ses disques sont devenus plus intimistes, plus acoustiques. Il a varié les genres avec un album de reprises de chansons françaises, puis un album de duos. Il a aussi réarrangé ses anciennes chansons dans La balade du poète, son précédent disque.

Carnet d'adresses

Cette fois, Serge Lama a fait marcher son carnet d'adresses. Avec une telle carrière, on peut se permettre de demander aux meilleurs compositeurs d'écrire des mélodies pour ses textes. On retrouve ainsi trois compositions de Francis Cabrel, deux de Julien Clerc, une de Maxime Le Forestier…

Outre le classique titre sur le manque d'inspiration, qui ouvre le disque, Serge Lama revient sur son enfance en Aquitaine dans la très belle Bordeaux, mise en musique par un autre Bordelais, Pascal Obispo. Calogero lui offre la jolie mélodie du Souvenir, avec cordes et piano. On retient aussi deux agréables duos : le premier avec Carla Bruni pour Casablanca ; le second avec Francis Cabrel pour L'arbre de Noël.

Pour un texte cynique qui raconte que « quand on est pauvre, c'est pour toujours », Salvatore Adamo lui a envoyé une musique country… Bien vu. Plus surprenant, Gérard Lenorman a écrit une musique jazz pour quelques phrases amoureuses. Un album qui navigue ainsi sur des inspirations différentes, avec toujours, de la part de Lama, une grande exigence pour les textes.

05.11.2014

5 Novembre 2016:Mot de Serge

Serge s'adresse à son public au lendemain de la mort de Michèle

 

Mes chers amis,
Je cite en entrée ce quatrain célèbre de Gérard de Nerval :
« Je suis le ténébreux, le veuf, l'inconsolé
Le prince d'Aquitaine à la tour abolie
MA SEULE ÉTOILE EST MORTE, et mon luth constellé
Porte le soleil noir de la mélancolie »

Ce poème définit parfaitement mot par mot ce que je ressens aujourd'hui, à sortie de ce qui est probablement le meilleur disque de ma déjà longue carrière. Cabrel, Julien Clerc, Adamo, Christophe Maé, Yves Gilbert, Calogero, Bénabar, Davide Esposito, Gérard Lenorman, Maxime Le Forestier, Carla Bruni, Obispo, Bruel, tous m'ont offert le meilleur de leur talent, leurs notes d'âme et je suis d'autant plus triste que Michèle, ma chère épouse disparue subitement, tenait absolument à n'entendre cet album que définitivement terminé, avec pochette et tout. Ce qui fait que je n'ai pas eu l'opportunité de lui offrir cet ultime cadeau. Elle adorait « Les Muses » et « Bordeaux », les deux seules chansons qu'elle connaissait par le biais de la télé.

Je fais interview sur interview pour essayer de noyer ma peine sous le travail mais ça ne marche qu'à moitié. Je sais, je sens qu'elle est au-dessus de moi, qu'elle tente de m'apaiser comme elle l’a fait depuis 45 ans. Je sais même qu'elle est fière de moi et du travail que j’ai accompli avec Sergio Tomassi, mon génial réalisateur, sans lequel ce disque n'aurait pas cette cohérence musicale.

J'ai beau me répéter toutes ces certitudes, mon coeur est « comme une étoile au fond d'un trou ».

Public, cher public, avec mes deux fils, Fréderic et Nicolas, vous êtes ma dernière, ma seule famille. Si le ciel le veut, je viendrai vers vous dans exactement un an.

N'hésitez pas à me dire ce que vous pensez de cet enfant unique.

Je vous aime