07.12.2009

7 décembre 1965 : Gala de solidarité

C'est le 7 décembre 1965, que Léo Noël, patron de "l'écluse" et Bruno Coquatrix, patron de "l'Olympia", ont organisé à l'Olympia un grand gala de solidarité au profit de Serge Lama incapable d'excercer son métier après son grave accident du mois d'août. Ce concert a réuni Georges Brassens, Marcel Amont, Pierre Perret, Régine, Barbara, Enrico Macias, Jean-Jacques Debout, Sacha Distel.

La recette s'est élevée à 3 millions d'anciens francs et sera remise le soir même à Serge, plus qu'ému par cette solidarité du métier envers un jeune débutant.

 


RechercheWeb

25.11.2009

25 Novembre 1965: 45 tours Régine

Un autre titre de Serge Lama et Emile Stern sur ce disque de Régine :"Ca n'sert à rien"

74976.jpg

01.10.2009

Octobre 1965 : Nous Deux

Article publié dans Noux Deux en octobre 1965.


NOUS DEUX 1965_1.JPG

30.09.2009

30 Septembre 1965: Une petite cantate Barbara

Dans l'accident du 12 Aout, Serge Lama avait perdu sa fiancée Liliane Benelli qui était une amie et la pianiste de Barbara.

Liliane avait  composé avec Barbara « Ni belle ni bonne » et « Ce matin-là » en 1963.

Pour rendre hommage à Liliane, Barbara composa une chanson qu'elle enregistra au studio Blanqui le 30 Sept 1965: UNE PETITE CANTATE


 

22.08.2009

1965 : Le soutien de Charles Aznavour

Charles Aznavour


Après l'accident du 12 août 1965, Serge Lama a reçu de nombreux messages de soutien, notamment celui de Charles Aznavour, lui aussi victime d'un grave accident :

"L'annonce de votre accident a réveillé d'anciennes douleurs me rapprochant de vous. Ce sera long, dur, douleureux, mais vous verrez, tout passe. Dix huit mois de plâtre et d'inactivité m'ont appris beaucoup. Entre autres, que je pouvais compter sur des amis connus et inconnus. Courage ! Espoir !".

SOUTIENAZNAVOUR.JPG
 
Serge Lama avait croisé Charles Aznavour quelques temps auparavent, Charles avait eu quelques mots très encourageant pour Serge
 

serge lama

D. R;

21.08.2009

Serge Lama parle de son accident

medium_lit_hopital.JPG« On m'a relevé avec la mâchoire fracturée, la jambe droite cassée, le bassin, la rate éclatée, les intestins perforés, les côtes enfoncées, la jambe gauche paralysée. Je n'étais plus qu'une chose sanglante... J'ai dû rester un an et demi couché, sans bouger. Sauf les bras et le crâne, tout était démoli... Mon docteur, qui avait vu la radiographie du total de mon squelette, ne cacha pas à mes proches que je ne pourrais jamais remarcher. Comme cette sentence m'avait été cachée, je me mis à la rééducation. Mais, réapprendre à marcher à l'âge de vingt-quatre ans, millimètre par millimètre, c'est vivre un martyre. D'autant que les progrès ne se voient pas. Ils sont internes. Les muscles se reforment, les os s'articulent de nouveau mais le malade l'ignore. Je suis resté trois mois à Valenton. J'en suis sorti avec des béquilles. Le docteur n'en revenait pas, car ma colonne vertébrale était atteinte. »


 

serge lama

Photo ici Paris n° 1493



 

serge lama


Voir aussi cet article de 1970

                                .......  Lecture pour tous

En 1988 lors d'une émission de prévention routière Serge revenait sur son accident

                                  ....... Voir 1988



 

RechercheWeb

13.08.2009

13 Aout 1965: coupures de presse

Presse-papiers-3.jpg

 

LIRE

Presse-papiers-4.jpg

LIRE

12.08.2009

12 août 1965 : accident

 

serge lama

Photo D.R.

12 août 1965, grave accident de voiture sur une route proche d'Aix en Provence. Serge chantait en première partie de Marcel Amont. Ils se rendaient vers le lieu du gala. Le frère d'Enrico Macias, Jean-Claude, était au volant de la 404 blanche. Liliane Benelli, pianiste de la première partie du spectacle et fiancée de Serge  était à l'arrière. Serge Lama était assis sur le siège passagé et il fut l'unique rescapé. Jean Claude s'est ptobablement endormi au volant , la voiture qui roulait assez vite est sortie de la route et s'est encastrée dans des platanes. Très grièvement bléssé, Serge Lama  ne remontera sur scène que 2 ans plus tard après 14 interventions chirurgicales et une très longue rééducation.

05.07.2009

ETE 1965: Première tournée, Marcel Amont.

Presse-papiers-9.jpg

Première tournée pour Serge Lama qui assure la première partie de Marcel Amont. Marcel Amont connaissait bien Georges Chauvier le papa de Serge tous deux étaient passés par le Conservatoire de Bordeaux.

Cette tournée se terminera tragiquement pour Serge Lama, puisque le 13 Aout la voiture dans laquelle il a pris place fut accidentée.

Marcel Amont se souvient très bien de ce drame , lui qui arriva un des premiers à l'hopital dès la fin de son  concert.

En 2009 dans son livre de souvenirs 'sur le boulevard du temps qui passe ' il écrivait ceci:

"Je fonce à l'hôpital d'aix -en- Provence. J'ai vu là une scène terrible que rien ne pourra jamais me faire oublier. (...)

C'était deux jeunes vies en train de lutter pour ne pas sombrer dans le néant. Des poulies, des bouteilles de sérums et de liquides de toutes sortes, des machines soufflant , pulsant leurs liquides, des tuyaux entrant et sortant de ces jeunes corps martyrisés, couverts de bandelettes comme de pauvres momies. Côte à cote , leurs corps étaient secoués de soubresauts, leurs plaintes se mêlaient au bruit sinistre de cette machinerie de la dernière chance.Le frère d'Enrico n'a pas émergé du coma. Serge s'en est sorti, comme on le sait, au bout de bien des souffrances et à force de volonté farouche"


04.07.2009

4 juillet 1965 : TOP n°346

 

Le 4 juillet 1965, soit moins de 16 mois après le début de carrière de Serge Lama, et un mois avant son terrible accident, le journal TOP consacrait un article sur Serge Lama.

 
 
medium_top_juil_1965.jpg

La chanson ? Dans mon cas particulier, c'est une manie héréditaire ! Mon père était chanteur. Je suis né à Bordeaux dans un univers de si bémol, de livrets d'opérette et de contre-ut...

11  février 1964, date mémorable : mes débuts à «l'Ecluse», petit cabaret de la place Saint-Michel,  qui coïncidèrent avec mon anniversaire : j'ai vingt et un ans.

Depuis j'ai enregistré deux disques : « Tes quinze ans » et  « Fais ta valise » ont plu au public. Mais ma préférence va au « Fou du roi ».

Je suis allé jusqu'au bac. Ensuite,  mon  modeste  coup  de crayon m'entraîna dans une école de dessin publicitaire. Et, j'ai fait mon service militaire tout en écrivant des poèmes et des chansons. J'en ai cent cinquante dans mes tiroirs... que je sortirai plus tard.

J'ai le sentiment profond de n'avoir pas changé depuis l'âge de treize ans. A cette époque il  y a eu comme un déclic dû à je ne sais trop quoi, car mon enfance a été sans histoire. Ni les pays, ni la peinture, ni la musique ne m'étonnent. Je me sens imperméable à tout ce que j'ai déjà créé dans mon imagination. J'ai l'impression de ne rien ressentir.

J'ai composé plusieurs mélodies bien que je ne sois pas musi cien. Je suis surtout parolier.
Dans le tour de chant, la compétition me passionne. Régner dix minutes sur une foule, sortir de là vainqueur, imposer sa présence m'exaltent à un très haut point. D'ailleurs, d'une façon générale, j'aime les vainqueurs, les hommes qui ont du courage, de l'esprit de décision, qui réalisent  ce  qu'ils  ont  décidé  de réussir. Je déteste les mauviettes.

Mon plus mauvais souvenir d'enfance est lié aux vacances. J'habite Paris depuis l'âge de huit ans et mes parents m'envoyaient régulièrement à la campagne. Or, je détestais la campagne. Pour moi, le cauchemar commençait avec les grandes vacances  et,  chaque fois, je comptais les jours qui me ramèneraient vers  la ville. Je m'ennuyais désespérément et pour chasser l'ennui, j'écrivais. C'est resté.  J'écris  par  représailles.

N'allez pas conclure que j'ai beaucoup écrit parce que je me suis beaucoup ennuyé ! Non. Je suis un solitaire mais j'aime les villes, le quartier latin parce que c'est  un  quartier  qui  bouge. Chaque fois que je descends le boulevard Saint-Michel, j'ai la sensation de suivre un estuaire qui va déboucher sur un port. Ostende, le plus beau que je connaisse.  Les  ports,  c'est la route ouverte à l'évasion. J'aime mes amis. J'en ai très peu mais je leur consacre beaucoup de temps. Nous dégustons ensemble des gratinées de ma confection. La gratinée, c'est ma spécialité.

Et puis, j'aime le théâtre. Et c'est là mon grand rêve, écrire pour le théâtre.

Si un jour je gagne beaucoup d'argent, je ne  sais pas trop ce que j'en ferai car je n'ai aucun besoin personnel en dehors d'un  appartement.  Peut-être achèterai-je une librairie pour un de mes amis qui rêve d'être libraire ou quelque chose dans ce genre. Oui, rien n'est trop grand pour un ami.

Discographie : « Le Fou du roi », « Tes quinze ans » (Bel air). « Ils viendront », « Clara »,
« Fais ta valise », « le Jugement dernier » (Pathé EGF 819).


 

 

 

01.07.2009

1 Juillet 1965: Régine 45 tours

Sur ce 45 tours 2 titres sont signés Serge Lama: "Aimez vous les pommes ?" et "Dès que je danse"

11483.jpg

 

20.05.2009

20 mai 1965 : Second 45 tours La voix de son maître EGF 819

serge lama

 

   Serge Lama sort son second 45 tours le 20 mai 1965. Le disque produit par Renée Lebas comporte : Ils viendront, Clara, Fais ta valise, Le jugement dernier

 

 

18.05.2009

18 Mai 1965: Ciné Monde

Article paru avant la sortie du deuxième 45 tours de Lama


numérisation0002 (3).jpg

 

 

LIRE

 

numérisation0003.jpg

 

numérisation0004.jpg

05.03.2009

1965 : Serge Lama auteur pour Téreza

Née a Dubrovnik Térésa  Kesovija arrive en France le 18 Janvier 1965, accueillie par Serge Lama, elle commence tout de suite à chanter dans des cabarets. Renée Lebas, alors productrice lui permet de conclure un contrat avec Pathé Marconi (EMI) Elle sort un premier disque dont 3 titres sont signés serge Lama


serge lama


serge lama


 Quelques année plus tard en 1998, Serge et Téresa se retrouveront à Zagreb pour chanter ensemble