Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01.10.2016

25 avril 2003 : Invitations - RTL

Le 25 avril 2003, Serge Lama est un des invités de Patrick Poivre d’Arvor dans son émission « Invitations » sur RTL.

 

1.jpg

 

EXTRAIT

podcast 

 

23.12.2009

23 Décembre 2003: De l'autre côté du miroir

 En décembre 2003, Patrick Sébastien invitait Serge Lama dans l' émission "De l'autre côté du miroir".

serge lama

Dans cette émission (il y en a eu trois, toutes diffusées fin 2003)) l'invité se retrouvait soit face à une personne décédée qui lui était chère soit face à lui même. Patrick Sébastien s'était fait la tête de Serge Lama , Lama s'est donc retrouvé face à lui même . L'émission commençait par une chanson écrite et interprétée dans le pur style de Lama, s'en est suivi une rencontre entre les deux Lama. Une situation assez troublante pour l'artiste.

 

serge lama

serge lama

 
 
 
 
 

Le musicien s’endort la tête pleine de violons
Le magicien s’endort le cœur plein d’illusions
Il se croit pauvre le funambule
Sous le chapiteau majuscule
Ses chansons le mèneront à l’Olympia
Peut-être

La comédienne voit monter le grand escalier
La pianiste envole ses doigts sur le clavier
Elle se pend haut l’acrobate
Sous elle les bravos éclatent.
Ses chansons mèneront Sarah à l’Opéra
Peut-être

Saltimbanque
Rien en banque
Et tant de richesses à donner
Guitariste pour touriste
A la terrasse des cafés
Même si ça devient jamais
Même s’il fallait en crever
Pour rien au monde ils ne changeraient de métier

Il a jonglé pendant des heures
Il est épuisé
Il avait pourtant appris par cœur
Il s’est trompé
Les doigts brûlés par la guitare
Il s’endort sur un banc de gare
L’année prochaine il y sera à l’Olympia
Peut-être

Elle a raté le dernier trou
On ne l’a pas payé
Elle a chanté dans une cour
La voix cassée
Les pieds brûlés par quatorze heures
De répétition et de sueur
L’année prochaine elle y sera à l’Olympia
Peut-être

Saltimbanque
Rien en banque
Et tant de richesses à donner
Guitariste pour touriste
A la terrasse des cafés
Même si ça devient jamais
Même s’il fallait en crever
Pour rien au monde ils ne changeraient de métier

Saltimbanque
Rien en banque
Et tant d’amour à partager
Clown triste
Equilibriste
Sur le fil de la liberté
Même s’il fallait en crever
Pour rien au monde ils ne changeraient de métier

Pour rien au monde
Je ne changerai de métier.

 

   

19.12.2009

19 Décembre 2003:On a tout essayé

280px-Onatoutessayé.jpg

 

Ce jour-là, étaient présents sur le plateau : Dan Bolender, Pierre Benichou, Christine Bravo, Annie Lemoine, Raphaêl Mezrahi, Valérie Mairesse, Jean-François Derec.

Serge Lama était venu parler de son album "Plurielles" et Alice Dona de son spectacle à l'Olympia.

 

capture vlc2016-05-14-12h24m48s083.jpg

 

PASSAGE DE SERGE LAMA ET ALICE DONA A 34'


 

 

 

Ce jour là étaient présents sur le plateau:Dan Bolender,Isabelle Alonso,Gérard Miller,Claude Sarraute,Philippe Geluck, Raphaêl Mezrahi,Valérie Mairesse

Copy the BEST Traders and Make Money : http://bit.ly/fxzulu

13.12.2009

13 décembre 2003 : demi-finale Star academy

7.png

 

Le 13 décembre 2003, lors de la demi-finale filles – Star Academy - entre Elodie Frégé et Sofia Essaïdi, Serge Lama interprète la chanson Je suis malade avec Sofia.

 

4.png

 

 

 

04.12.2009

4 décembre 2003 : C'est au programme

serge lama

Serge Lama était l'invité de Sophie DAVANT dans l'émission C'est au programme le 4 décembre 2003. Il assurait la promotion de l'album "Plurielles".

 

serge lama

 

EXTRAIT DU PASSAGE DE SERGE LAMA


 

RechercheWeb

01.12.2009

Décembre 2003: Platine

numérisation0040.jpg

 

numérisation0041.jpg

LIRE

numérisation0042.jpg

LIRE

numérisation0043.jpg

LIRE

numérisation0044.jpg

LIRE

 

Fin 2003: Courrier de l'Escaut

Article publié dans le journal Belge Le Courrier de l'Escault lors de la sortie de l'album de duos Plurielles

IMG_0028.JPG

LIRE

24.11.2009

24 novembre 2003 : C’est au programme

vlcsnap-2017-07-30-10h04m48s720.png

Thème : Le baromètre des humeurs

vlcsnap-2017-07-30-10h04m21s779.png

 

23.11.2009

23 Novembre 2003: Vivement dimanche Linda Lemay

index.jpg

Le 23 Novembre 2003, Michel Drucker recevait comme invitée d'honneur la chanteuse quebéquoise Linda Lemay.

Capture.PNG

Etaient également présents, entre autres, Charles Aznavour, Carla Bruni, Robert Charlebois , Francis Lalanne

et Serge Lama avec lequel Linda Lemay interpréta en duo "L'enfant d'un autre".

 

EXTRAIT AUDIO

podcast
 

20.11.2009

21 novembre 2003 : 20h10 pétantes

medium_20h10.jpgLe 20 novembre 2003 après-midi, Serge Lama enregistre dans les studios de Boulogne Billancourt l'émission présentée par Stéphane BERN "20h10 pétantes". L'émission sera diffusée le lendemain à 20h10 sur la chaîne Canal +.

 

serge lama

 

 

 

 

 

Voici la Chronique de Stéphane Guillon

 


RechercheWeb

16.11.2009

16 Novembre 2003: Vivement Dimanche Patrick Sébastien

Pour ce vivement dimanche spécial Patrick Sébastien, étaient présent sur le plateau, Salvatore Adamo, Serge Lama, Le père Gilbert,Pierre Tchernia, Guy Savoy, Philippe Saint André, René Coll, Shirley et Dino

Capture.PNG

 

1046937--serge-lama-et-salvatore-adamo-a-l-620x0-1.jpg

 

 

vivementdimanche12novembre2003adamolama.JPG

Photo D.R.

 Serge Lama avait interprété "Je suis malade" en duo virtuel avec Dalida.

Capture 5.PNG

EXTRAIT AUDIO 

podcast

 

15.11.2009

15 novembre 2003 : la chanson numéro 1

serge lama

Le 15 novembre 2003 à 20h50 sur France 2, Serge Lama est l'invité de Daniela Lumbroso dans l'émission en direct "La chanson numéro 1". L'émission propose de classer les meilleurs chansons de l'artiste.

 

serge lama

 

serge lama

serge lama

 

VOICI DES EXTRAITS

 

Au cours de l'émission Serge a repris et modifié une chanson de Lara Fabian

"Je t'aime" qu'il lui a dédié.

 

Florent Pagny qui interprète "D'aventure en aventure"

 

Le "15 juillet à cinq heure" en duo avec Lena Ka

 

"Mon ami mon maître" par Patrick Fiori

 

Hors concours "Une petite cantate" de Barbara en duo avec Marie Paule Belle.

 

Serge Lama qui interprète "La chanteuse à 20 ans"

 

En duo avec les sweet génétation "Je t'aime à la folie"

 

La chanson numéro 1, sans surprise a été "Je suis malade"

Mais le résultat final n'avait pas été diffusé à l’antenne, l'émission ayant débordé de son créneau horaire a été subitement coupée. 

 

 


RechercheWeb

11.11.2009

11 Novembre 2003: La libre Belgique

pict_44342.jpgInterview de Serge lama au moment de la sortie de l'album Pluriel

 

Serge Lama: «Je suis un nouveau chanteur»

OLIVIER MOUTON

Mis en ligne le 11/11/2003

A soixante ans, le Bordelais se sent plus libre que jamais. Et plus rigoureux... Il sort un album de duo avec des femmes en guise d'hommage et de récréation. L'homme est disert, évoque son métier et dévoile sa personnalité. Sans fard.

Le cadre, c'est l'hôtel Amigo où descendent la plupart des grands noms de la chanson, française. Un décor stylé à deux pas de la Grand-Place. Un lieu de mémoire pour ceux qui sont venus en tournée à de nombreuses reprises. Serge Lama est de ceux-là. Cette fois, il vient présenter un nouvel album, une série de duos avec des femmes: Lara Fabian, Marie-Paule Belle, Enzo Enzo, Isabelle Boulay, Annie Girardot... et Dalida.

Avez-vous une affection particulière pour la Belgique?

Honnêtement, oui. En fait, j'ai une affection particulière pour vous comme pour les Suisses ou pour les Québecois. On sent qu'il y a une affection particulière pour la chanson française parce que vous avez une identité à défendre. Les Français, avec leur prétention de coq gaulois, ne se rendent pas comptent que leur langue est en train de s'appauvrir.

En outre, ici, j'ai un succès formidable. J'ai toujours été bien reçu. Il y a une spontanéité chez vous qu'il n'y a pas dans toutes les régions de France.

La langue est un matériau important pour vous?

Bien sûr. Et je m'inquiète parce que, de plus en plus, les phrases deviennent des mots que l'on met les uns derrière les autres. Cela me fait de la peine, moi qui suis un grand mangeur de langue française, particulièrement d'anthologies poétiques.

Quels sont les auteurs qui vous ont nourri?

Tchekhov, dans les Russes, même si on perd beaucoup à la traduction. En ce qui concerne la poésie, je mets Baudelaire en tête devant Rimbaud. J'aime Hugo, Musset. Même des auteurs dits mineurs comme Théodore de Banville ou Théophile Gauthier m'enchantent. Je suis plus un homme de vers qu'un homme de prose.

Parlons de votre nouvel album. Douze anciennes chansons pour une véritable recréation...

C'est marrant parce que dans «recréation», il y a «récréation». Nous sommes des «récréateurs», nous sommes là pour faire rêver, pleurer ou rire. C'est un disque de variétés au service des femmes. Ma vie a été entourée de femmes. Elles m'ont beaucoup apporté, même quand elles ont été des rivales sur le plan de la dualité entre l'homme et la femme. Ma mère, par exemple... Cette bataille entre nous a donné plusieurs chansons.

Moi, je voulais faire un duo avec Dalida. Ma maison de disques a proposé d'élargir cela à d'autres duos. A travers eux, j'ai pu rendre des hommages à des femmes disparues comme Dalida mais aussi Barbara, qui m'a imposé dans mon premier music-hall à Bobino avec une affiche incroyable, ou encore la pianiste de Barbara, qui était ma fiancée, décédée lors de mon accident de voiture.

Vous avez eu soixante ans en février dernier. Etait-ce le moment de rendre ces hommages?

J'ai eu un sentiment de liberté lorsque j'ai fêté mes soixante ans à Bercy. C'était comme si j'avais un «vingt ans différent». Je suis au début de la fin de ma vie. Et j'ai acquis ma liberté. A vingt ans, je n'étais pas libre parce que j'étais contraint de réussir...

Vous vous êtes forcé à réussir...

Pour moi, si je n'avais pas réussi, c'est comme si on m'avait enlevé l'oxygène. Mon père n'avait pas réussi, moi j'étais contraint de réussir. Il y avait une force en marche tendue vers cet objectif: être en haut de l'affiche, écrire de bonnes chansons, faire sa place dans le monde... Je n'étais pas libre! Ensuite, la gloire m'est tombée dessus. Pendant vingt ans, j'en ai été l'esclave.

Vous l'avez ressenti comme ça?

Quand même, oui. Vous semblez indispensable à tout le monde, on vous supplie sans cesse... Tout ça est fini. Je vis une nouvelle jeunesse.

Ce duo virtuel avec Dalida, «Je suis malade», représente beaucoup pour vous.

Je ne suis pas certain que «Je suis malade» serait devenu ce qu'il est devenu si Dalida ne l'avait pas chanté. Mon disque est sorti en 1972. Ce sont les «Petites dames de Pigalle» qui ont été balancées dans les radios. Dalida m'a demandé si elle pouvait l'enregistrer et les radios ont enfin suivi. Cette chanson a pris une place considérable. Techniquement, le temps était venu d'enregistrer un tel duo.

Vous en parlez avec émotion. Mais il y a quelques années, on aurait trouvé «curieux» de ressusciter une personne défunte...

Il faut vivre avec son époque et celle-ci a quelque chose d'exceptionnel: pour la première fois, les chanteurs vont devenir des gens qui passent les époques, comme les écrivains. Dassin est toujours vivant comme Balavoine, Brel, Piaf... C'était impensable avant.

Cela vous donne-t-il un sentiment d'éternité?

Il y a une postérité possible qui était impensable avant. Et il est merveilleux de pouvoir rendre hommage à ceux qui nous ont précédés. Tous les chanteurs en pleine force de l'âge devraient enregistrer un vidéo-disque avec des chanteurs disparus pour montrer cette pérennité. Cela réconcilierait les générations, aussi.

Avez-vous l'impression d'être lié à une génération?

J'ai plutôt le sentiment d'être intemporel dans mes compositions. Les chansons qui restent sont souvent celles qui se situent hors de la mode. Gainsbourg, qui était un grand novateur, avait une écriture très classique. «La Javanaise», c'est écrit comme du Baudelaire. Et qu'est-ce qui fait durer une chanson? C'est le texte.

Aujourd'hui, on ne retrouve une telle qualité d'écriture que dans le rap, MC Solar en tête. En revanche, les rappers ont perdu la mélodie. Qu'est-ce qu'une chanson? C'est une histoire d'amour entre trois notes et trois mots. «Mais d'aventure en aventure, de train en train, de port en port...» C'est aussi simple que ça. Et l'interprète que je suis devenu aujourd'hui peut utiliser le même matériel qu'il y a vingt-cinq ans.

En quoi votre interprétation a-t-elle changé?

J'ai apporté l'expérience d'un homme qui a fait du théâtre, qui a appris à jouer la comédie. Je sors des choses que j'aurais été incapable de sortir à 30 ans. En revanche, à l'époque, j'étais plus explosif...

Êtes-vous devenu plus sage?

Plus rigoureux. J'ai compris mes textes, d'une certaine façon. Je suis un nouveau chanteur. Je me suis renouvelé par d'autres disciplines comme ils le font dès le départ à la «Star Academy». On n'apprend pas à devenir star, c'est le mauvais côté de cette émission. Mais le bon côté, c'est de montrer qu'il y a tout ce travail à faire.

On vous connaît pour des chansons guillerettes. Mais la majorité des chansons sont tristes...

C'est le reflet de ma double personnalité. La partie émergée de l'iceberg, c'est le côté music-hall hérité de mon père. J'ai vu chanter Maurice Chevalier, j'ai ça en moi. Mais c'est 10 % de mon répertoire. On me voit comme quelqu'un de disert, qui s'exprime, mais on ne se rend pas compte que je suis foncièrement un tragique. Dans ma vie, j'ai été marqué par plusieurs tragédies.

Vous avez une autre dualité au fond de votre personnalité: homme/ femme.

Mon écriture est féminine, c'est sûr! Je ne suis pas un baroudeur. J'ai curieusement la même féminité qu'un Depardieu. Nous faisons un métier typiquement féminin de séduction. Même Brel, qui s'en défendait, n'aurait pas pu chanter l'amour comme il le faisait sans cette part féminine.

CD «Pluri-elles», Warner.

© La Libre Belgique 2003

10.11.2009

10 novembre 2003 : la tête dans les étoiles

 

serge lama

 

Le 10 novembre 2003, Serge Lama est l'invité sur RTL de Laurent Boyer dans l'émission la tête dans les étoiles à l'occasion de la sortie de l'album pluri'elles.

 

medium_boyer.jpg

 

EXTRAIT

podcast


RechercheWeb