Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01.09.2009

1 Septembre 2011: Concert à Châlons en Champagne

foire_chalons_2011.jpg

 

Concert de Serge Lama dans le cadre de la 65 ème foire de Chalons en Champagne

 

Chalons.JPG

s.l.-foire-de-ch-...800x600--2c8855d.jpg

s.l.-foire-de-ch-...800x600--2c90eb8.jpg

 

s.l.-foire-de-ch-...800x600--2c98d02.jpg

Merci à Patrick pour les photos.

27.08.2009

27 Aout 2011: Iles était une fois en chansons sur France 2

 Le 27 aout Serge lama participait à l'émission proposée par France 2: "iles" était une fois en chansons.

 

 

télé star du 22 Aout 2011.jpg

coupure télé Star du22 Aout 2011

 

Et Serge Lama interpréta "UNE ILE"

 

 

26.08.2009

26 Aout 2011: Midi Libre

Article paru suite au concert de Serge Lama à Narbonne le 25 Aout dans le cadre du festival Trenet

 

articlesl2-2c379d7.jpg

agrandir

25.08.2009

25 Aout 2011: l'indépendant

Voici une interview de Serge Lama avant le concert de Narbonne, concert suivit d'un repas de gala servit à 620 convives et confectionné par le chef Lionel Giraud (en photo)

 

OBJ1913806_1.jpg

 

Votre tournée, comme votre album, s'appelle "L'âge d'horizons" : que mettez-vous derrière ce titre ?

C'est en quelque sorte l'âge de la liberté. D'ailleurs, je l'ai atteint il y a pas mal de temps. Tous les dix ans, on change un peu. On change beaucoup plus à partir de la cinquantaine, c'est à mon avis là que l'on entre dans une forme d'âge différent. On a derrière soi une masse d'expérience importante, et on peut regarder les choses d'un peu plus haut, d'un peu plus loin, et à la fois de manière plus précise et plus profonde. En fait, l'âge d'horizon, ce n'est pas regarder l'horizon, c'est regarder plus haut.

 

"J'ai conquis ma liberté"

 

C'est cette liberté dont vous parlez ?

J'ai conquis ma liberté dans la bataille de la chanson. C'est un travail considérable de devenir vedette, de prendre la tête de l'affiche, de la garder. Ce sont des années de lutte effrénée. Et à moment donné, on arrive à un âge où l'on décide que l'on fera ce que l'on a envie de faire. D'où l'âge d'horizons !

C'est votre dernière tournée ?

Non, je termine cette tournée-là en décembre. J'ai effectivement dit qu'il faudra que je pense un jour à mes adieux. C'est mon corps qui dictera ma ligne de conduite. J'ai un corps qui a été extrêmement mis à l'épreuve. Un accident à 22 ans m'a complètement brisé de partout. J'ai traîné des séquelles toute ma vie. Alors forcément, avec le temps et l'âge... Et je n'ai pas envie de me retrouver comme certains chanteurs, pathétiques. Je veux encore être capable d'avoir une certaine liberté de mouvement sur scène.

  Qu'évoque Charles Trenet pour vous ?

Le renouveau de la chanson française, à un moment où cette chanson était dans un registre marrant, style Chevalier, ou réaliste. Tout à coup, est arrivé un vent de fraîcheur, un vent de swing, un vent qui a compris ce qu'était l'avenir. Quand on parle de Trenet, il ne faut jamais oublier Mireille et Jean Nohain qui avaient déjà compris ça. Avec en plus, un univers Trenet un peu surréaliste. Une phrase comme "Bonjour bonjour les hirondelles", c'est formidable. Encore aujourd'hui, elle pourrait être écrite par un jeune auteur.

 Quelques mots sur votre spectacle...

 C'est un tour de chant de plus en plus proche de ce que je fais depuis quelques années. Ça tient du théâtre, avec plusieurs actes et une parenthèse dont je garde la surprise. Dans les années 70, c'était le chanteur qui passait devant l'auteur, maintenant j'ai mis les deux à la même hauteur.

 

La tradition veut que la soirée de lancement du Festival se déroule au Château de Montplaisir. Pour la quatrième édition, les prévisions météo bouleversent les habitudes. Face aux risques d'orages, Jacques Bascou a en effet décidé de déplacer le concert de Serge Lama et le dîner de gala de ce soir au Parc des expositions, à couvert. Un apéritif de bienvenue sera servi à partir de 18 h 30.

Serge Lama lancera ensuite l'événement en entrant en scène devant le public narbonnais ce jeudi 25 août, à 20 h 30 .

Le dîner, lui sera servi à 22 h. A une star de la chanson française succédera alors une vedette des fourneaux, puisque c'est Lionel Giraud (photo) et son équipe qui prépareront quelque 620 repas. Un sacré défi pour le chef qui arbore une étoile Michelin et 4 toques au Gault et Millau. Quatre vins du terroir de la Clape (terroir retenu cette année) accompagneront les mets choisis pour ce dîner de gala.

 

 

25 Aout 2011: Narbonne, festival Trenet

Ce soir Serge Lama se produira à Narbonne dans le cadre du festival Trenet. Le concert prévu initialement en plein air dans le parc du château de Montplaisir aura lieu finalement au Parc des expositions à cause des conditions météroloqiques défavorables.

 

fly festival trenet 23 27 aout 2011.jpg

16.08.2009

16 Aout 2011: le nouvelliste Suisse

Le 12 Aout 2011 Serge Lama se produisait sous chapiteau dans la station de ski Suisse de Zinal

 

 Quel plaisir d'être chez vous"

16 août 2011 - CLAUDE-ALAIN ZUFFEREY  - 

Sierre-Zinal, ce n'est plus seulement de la course à pied le dimanche. Depuis dix ans, c'est aussi un concert le vendredi soir. Cette année, Serge Lama a accepté de se produire sous un chapiteau installé à Zinal. Entre kermesse et véritable concert, les conditions sont toujours un peu spéciales. Mais une fois de plus, l'ambiance a été bon enfant. "Ce fut parfait, commente Sergio Tomassi, accordéoniste de Serge Lama. C'est un peu plus difficile que dans un théâtre, mais le public a été très attentif à notre musique."

En mode semi-acoustique

Alternant ses titres incontournables et les chansons de son dernier album, Serge Lama a comblé ses fans. Quant aux spectateurs qui s'étaient déplacés juste pour voir, ils sont quelque peu restés sur leur faim. La manière qu'a eu le Français de revisiter ses succès en mode semi-acoustique a dérouté les moins grands connaisseurs de son répertoire. Essayez de jouer "Les petites femmes de Pigalle" seulement avec un accordéon et une guitare...

Mais au fait, combien étaient-ils sous la tente anniviarde? Entre 2800 et 3000 personnes. Lorsque l'on demande le chiffre officiel à Jean-Jacques Melly, organisateur des réjouissances, il répond avec son style inimitable: "Je dirais plutôt entre 250 et 300 personnes..."

Serge le solitaire

Lorsqu'il est en tournée, Serge Lama n'est pas homme à s'afficher dans les établissements publics des régions visitées. Il choisit souvent de s'isoler dans sa chambre d'hôtel pour se concentrer avant d'entrer en scène. Lors de son escale anniviarde, l'artiste a été logé au Manoir à Vissoie. Un court séjour - de jeudi soir à samedi en fin d'après-midi - qui ne lui a pas vraiment permis de découvrir la région. En revanche, il a eu droit à la traditionnelle raclette.

Serge Lama s'est dit enchanté par l'accueil et la disponibilité des gens qu'il a rencontrés tout au long de son escapade alpine. "C'est rare que j'aille aussi haut, lance-t-il dans un de ses éclats de rire qui ont participé à sa célébrité. Mais quel plaisir d'être ici." Un brin démagogue ces artistes? "Non, je ne pense pas. Il est resté les deux soirs avec nous à Vissoie pour manger. Il était très sympathique et décontracté. On sentait bien qu'il était à l'aise dans le val d'Anniviers", commente Jean-Jacques Melly. Un organisateur heureux qui avant Lama, avait déjà fait venir à Zinal Raphaël, Kaas, Sanson, Aufray, Barbelivien avec Lenorman, Boulay, Bachelet, Adamo, Delpech, et Lenorman (dans l'ordre inverse de leur apparition sur scène).

08.08.2009

8 Aout 2011: Carnet de Notes RSR.ch

 

Presse-papiers-1.jpg

 

Quelques jours avant le concert de Serge Lama en Suisse à Zinal (le 12 Aout) , la radio Suisse Romande proposait cette émission sur Serge Lama

 

Serge Lama et Alice Dona, une efficace complicité

 

Alice Dona [George Gobet - AFP]

Alice Dona [George Gobet - AFP]

Ce vendredi, Serge Lama donne un concert en Valais. A Zinal précisément, sous un chapiteau géant, à 1700 m d'altitude.

"Carnet de Notes" revient sur la carrière de ce grand nom du music-hall, sur ses débuts, ses influences, ses chansons.

Nous écoutons également les confidences d'Alice Dona, qui vient de sortir un livre de mémoires, intitulé "Quelques cerises sur mon gâteau", et qui a composé un nombre impressionnant de succès pour le chanteur.

Ainsi, elle nous dévoile en détail les évènements qui ont conduit à la création de "Je suis malade", chanson majeure dans le répertoire de Serge Lama.

 

ECOUTER L'EMISSION


podcast

 

03.08.2009

3 Aout 2011: La marseillaise

Article publié dans la Marseillaise avant le passage de Serge lama le 5 Aout sur la scène du théatre de verdure de Gémenos

 

 « J’ai réalisé tous mes rêves de gosses »

Les Arts Verts de Gémenos. Le chanteur sera le vendredi 5 août prochain en concert à Gémenos.

SERGELAMA2011.jpg


 

Serge Lama aime son métier. C’est indéniable. Il admet que son corps lui impose chaque jour un peu plus de limites mais a l’intention de profiter au maximum de ses moments près de son public. Car Serge Lama est avant tout un artiste de music-hall. Fait par et pour la scène.


Vous n’êtes pas un habitué des concerts estivaux. Votre dates sont elles des cadeaux de dernières minutes ?
C’est la continuité de la tournée que j’ai entamée il y a un an. C’est vrai que je ne chante d’habitude pas l’été. cela fait des années que je ne faisais pas de festival. Là, pour les amis, j’ai décidé de m’y remettre un peu.


En même temps, votre public sera ravie de vous retrouver sur scène, là où vous semblez vous sentir le plus à l’aise.
Mon public me réserve à chaque fois un bon accueil. Il est fidèle. Je tiens toujours par le public, pas par l’intelligentsia, ni les médias. C’est le public qui m’a fait.


Vous êtes-vous donné des limites ? Lama sur scène c’est jusqu’à quand ? Appréhendez-vous le moment où vous ne pourrez plus le faire ?
Ce qui m’arrêtera c’est mon corps. Les séquelles de mon accident se font de plus en plus ressentir.
Après, je me suis tellement goinfré de scène que je n’ai pas à me plaindre. J’en ai eu ma dose. Dans les années 70 et 80, je tournais entre 220 et 250 concerts par an. C’était mon rêve de gosse, je l’ai réalisé. Tout ce qui vient ensuite c’est du rab.


Quel regard portez-vous sur la nouvelle génération de chanteurs français ?
A l’époque, les nouveaux chanteurs arrivaient par vague : Brel, Aznavour, Brassens, Bécaud… La dernière grande vague a été celle des Bruel ou Obispo. Aujourd’hui, la vague est petite. A part Christophe Mahé…


Tout cela est peut-être dû au milieu de la chanson qui a évolué.
En effet. C’est la fin d’un cycle. C’est pas la joie. On a l’impression que l’industrie du disque a cassé le music-hall et qu’aujourd’hui c’est le music-hall qui peut sauver l’industrie du disque. C’est la scène qui fera renaître le métier. Le disque peut mourir, pas la scène.


Vous avez souvent été porteur d’une image plutôt pessimiste du monde qui vous entourait. A 68 ans, votre vision de la société est-elle toujours la même ?
Quand on est lucide, on est toujours un peu pessimiste. Pas que dans le métier de chanteur d’ailleurs. On est tous des petits face aux puissances qui nous entoure. Mais bon, il y a toujours de l’espoir. Alors j’attends.


Quels sont vos projets artistiques ?
J’ai toujours plein de projets. J’écris en permanence, même si les textes ne sortent pas. J’ai tellement de chansons dans les tiroirs. Le choix de telle ou telle chanson est arbitraire.


Des textes qui parleront encore et toujours d’amour…
Oui, l’amour, le couple. Tous les chanteurs ont a peu près les mêmes thèmes. Après c’est le style qui change. Moi, ce qui m’intéresse, c’est l’idée de finitude de l’amour, l’ennui, la solitude, l’enfance et le temps qui passe.


PROPOS RECUEILLIS
PAR SEBASTIEN MADAU

24.07.2009

24 Juillet 2011: Alès

Le 24 juillet 2011, Serge Lama se produisait à Alès, devant 3500 spectateurs. Voici un article paru dans midi libre le lendemain.

 

midi libre.jpg

midi libre.jpg

20.07.2009

20 Juillet 2009: La provence

Le 20 Juillet 1911 Serge Lama se produisait dans la ville de Carpentras.

Avant ce concert Serge Lama donnait une interview au journal La ¨Provence.

 

Lifestyle56b069ed3c11c.jpg

 

Serge Lama : "J'ai connu des sommets émotionnels"

 

 

En concert à l'hôtel-dieu ce soir, le chanteur français nous parle de ses goûts et de ses projets

 
 

En presque 50 ans de carrière, le succès de Serge Lama n'est plus à démontrer. Depuis son premier tube, D'aventures en aventures en 1968, en passant par ses morceaux devenus cultes, Je suis malade (1973), Les p'tites femmes de Pigalle (1974), le chanteur de 68 ans est toujours habité par la même passion pour la chanson française. Il porte le poids des années et de son accident de voiture en 1965, qui lui a paralysé la jambe, mais n'en perd pas moins de sa puissance et de son aura.

- Depuis le début de votre tournée "Tour d'horizons" en mars 2009, vous êtes passé par le Québec et donnez des concerts partout en France. Comment ça se passe pour vous ?
Serge Lama : Tout va bien, le public est toujours formidable. On a un peu de difficultés avec la météo, comme dimanche à Saint-Maxime où le vent était glacial. C'était difficile pour les musiciens, et pour ma voix aussi.

- Vous passez par l'Olympia les 7, 8 et 9 octobre, et sur votre blog vous affichez votre volonté de perdre du poids. Vous aimez soigner votre image ?
S.L : J'ai pris pas mal de poids au Québec, c'est difficile de tenir un régime quand on est en tournée. Je tiens à donner une bonne image à mon public, et c'est aussi pour ma santé. Depuis mon accident à 22 ans, mon métabolisme est affecté et je dois faire un régime tous les deux ans, c'est très dur.

- Cette année, vous avez retrouvé les Enfoirés après plusieurs années d'absence. Que représente ce retour pour vous ?
S.L : Ça s'est fait naturellement. J'avais déjà participé il y a une dizaine d'années et là j'ai trouvé que c'était très physique. Avec les costumes, les décors, les spectacles peuvent durer 6 heures, c'est épuisant.

- En 2007 vous avez publié votre livre "Sentiment, sexe et solitude". Est-ce pour vous une façon de vous diversifier ?
S.L : Je me considère comme un auteur, un auteur qui chante. J'adore écrire. Quand je chante, je me mets au service d'un auteur qui a mon nom et j'essaie de lui rendre honneur. Longtemps j'ai fait passer l'interprète avant l'auteur, maintenant j'essaie d'y faire attention.

- En presque 50 ans de carrière vous avez côtoyé des artistes mythiques, comme Brassens et Barbara. Quel regard portez-vous sur la scène musicale actuelle ?
S.L : C'est difficile d'avoir un regard sur des gens qui ont 30ans de moins que moi. Je pense que l'écroulement de l'industrie du disque va forcer les jeunes artistes à prendre les choses par le bon bout, en commençant par chanter dans des cafés-concerts pour se faire un nom. L'argent ne vient qu'ensuite, ça ne doit pas être le but premier. Il faut chercher à faire le meilleur travail possible, et si ça marche on gagne de l'argent.

- Quels sont les artistes que vous appréciez en ce moment ?
S.L : J'aime bien Bénabar, Benjamin Biolay, dont j'apprécie beaucoup les textes. J'aime énormément Christophe Maé, je l'ai rencontré aux Enfoirés. Il est bosseur et en a encore sous la pédale, comme on dirait en sport. C'est un vrai chanteur populaire, il remplit les salles, il existe un vrai phénomène Maé. Autrement, j'admire toujours les grands interprètes que j'ai connu, comme Barbara. Leur rencontre reste un moment privilégié dans ma mémoire. On connaît des sommets dans sa propre carrière, et aussi des sommets d'émotions.

- Votre tournée s'achève en décembre. Quels sont vos projets ?
S.L : Je vais refaire un album, puis dans deux ans une tournée, qui sera peut-être la dernière. À 68ans, je ressens plus lourdement les séquelles de mon accident. Quand mon corps ne suivra plus mon âme, je m'en irai. Je ne voudrais pas me ridiculiser sur scène.
 

Serge Lama en concert, 49€ au guichet.

Propos recueillis par Nolwenn GUYON