Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25.08.2009

25 Aout 2011: l'indépendant

Voici une interview de Serge Lama avant le concert de Narbonne, concert suivit d'un repas de gala servit à 620 convives et confectionné par le chef Lionel Giraud (en photo)

 

 

OBJ1913806_1.jpg

 

Votre tournée, comme votre album, s'appelle "L'âge d'horizons" : que mettez-vous derrière ce titre ?

C'est en quelque sorte l'âge de la liberté. D'ailleurs, je l'ai atteint il y a pas mal de temps. Tous les dix ans, on change un peu. On change beaucoup plus à partir de la cinquantaine, c'est à mon avis là que l'on entre dans une forme d'âge différent. On a derrière soi une masse d'expérience importante, et on peut regarder les choses d'un peu plus haut, d'un peu plus loin, et à la fois de manière plus précise et plus profonde. En fait, l'âge d'horizon, ce n'est pas regarder l'horizon, c'est regarder plus haut.

 

"J'ai conquis ma liberté"

 

C'est cette liberté dont vous parlez ?

J'ai conquis ma liberté dans la bataille de la chanson. C'est un travail considérable de devenir vedette, de prendre la tête de l'affiche, de la garder. Ce sont des années de lutte effrénée. Et à moment donné, on arrive à un âge où l'on décide que l'on fera ce que l'on a envie de faire. D'où l'âge d'horizons !

C'est votre dernière tournée ?

Non, je termine cette tournée-là en décembre. J'ai effectivement dit qu'il faudra que je pense un jour à mes adieux. C'est mon corps qui dictera ma ligne de conduite. J'ai un corps qui a été extrêmement mis à l'épreuve. Un accident à 22 ans m'a complètement brisé de partout. J'ai traîné des séquelles toute ma vie. Alors forcément, avec le temps et l'âge... Et je n'ai pas envie de me retrouver comme certains chanteurs, pathétiques. Je veux encore être capable d'avoir une certaine liberté de mouvement sur scène.

 

 

Qu'évoque Charles Trenet pour vous ?

Le renouveau de la chanson française, à un moment où cette chanson était dans un registre marrant, style Chevalier, ou réaliste. Tout à coup, est arrivé un vent de fraîcheur, un vent de swing, un vent qui a compris ce qu'était l'avenir. Quand on parle de Trenet, il ne faut jamais oublier Mireille et Jean Nohain qui avaient déjà compris ça. Avec en plus, un univers Trenet un peu surréaliste. Une phrase comme "Bonjour bonjour les hirondelles", c'est formidable. Encore aujourd'hui, elle pourrait être écrite par un jeune auteur.

 

 

Quelques mots sur votre spectacle...

 

C'est un tour de chant de plus en plus proche de ce que je fais depuis quelques années. Ça tient du théâtre, avec plusieurs actes et une parenthèse dont je garde la surprise. Dans les années 70, c'était le chanteur qui passait devant l'auteur, maintenant j'ai mis les deux à la même hauteur.

 

La tradition veut que la soirée de lancement du Festival se déroule au Château de Montplaisir. Pour la quatrième édition, les prévisions météo bouleversent les habitudes. Face aux risques d'orages, Jacques Bascou a en effet décidé de déplacer le concert de Serge Lama et le dîner de gala de ce soir au Parc des expositions, à couvert. Un apéritif de bienvenue sera servi à partir de 18 h 30.

Serge Lama lancera ensuite l'événement en entrant en scène devant le public narbonnais ce jeudi 25 août, à 20 h 30 .

Le dîner, lui sera servi à 22 h. A une star de la chanson française succédera alors une vedette des fourneaux, puisque c'est Lionel Giraud (photo) et son équipe qui prépareront quelque 620 repas. Un sacré défi pour le chef qui arbore une étoile Michelin et 4 toques au Gault et Millau. Quatre vins du terroir de la Clape (terroir retenu cette année) accompagneront les mets choisis pour ce dîner de gala.

 

 

Commentaires

Dommage qu'ils aient choisi une photo du chef cuisinier pour illustrer un article comprenant en majorité cette belle entrevue de Serge Lama.

Écrit par : Teresa | 25.08.2011

Les commentaires sont fermés.