Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03.04.2009

3 Avril 2011: Vivement Dimanche Michèle Morgan

Le Dimanche 3 Avril Michèle Morgan était l'invitée de Michel Drucker sur le canapé rouge. Cette dernière a souhaité écouter  Serge lama .

 

584555-michele-morgan-et-michel-drucker-sur-637x0-3 [320x200].jpg

 

 

02.04.2009

2 Avril 2011: Soirée pour le Sidaction

Le 2 Avril 2011 était diffusée sur France 2 une soirée musicale" les grandes voix chantent pour le sidaction" le but étant de récolter des fonds afin d'aider  la recherche contre le sida.

 

 

Logosidaction.jpg

 

Serge Lama participait à cette soirée et interprétait en duo avec Chimène Badi les ballons rouges.

 

 

 

01.04.2009

1 Avril 2011: France Dimanche

numérisation0012.jpg

 

LIRE

23.03.2009

23 Mars 2011: SMS

Proposition de lecture par Serge .....

 

Le 23-03-2011,

"Homo Erectus" de Tonino Benacquista

Ne me croyez pas partisan, même si ma passion pour Tonino Benacquista ne date pas d’hier, même si j'ai tout lu de lui sans exception, même ses bandes dessinées, et bien là Tonino a réussi à me surprendre avec ce qu'il fait le mieux, le thriller. Mais un thriller érotico romantique, oui vous lisez bien, lui italien d'origine et d'une nature si pudique, se livre à une étude au scalpel des mystères palpitants de l'amour, du cœur, et du sexe, de celui de l'homme et de la femme si peu faits peut-être pour se comprendre, mais qui survivent grâce, par et pour cette merveilleuse damnation divine, le titre en est "Homo Erectus" vous verrez comme il aime les femmes et comme il plaint les hommes de n'être que ce qu'ils peuvent face à ses êtres aux ailes invisibles, le livre du suspense insoutenable de l'amour existe enfin, lisez-le, parlez m'en, c'est une fête que je vous propose.

S.L

20.03.2009

20 mars 2011 : France bleu creuse

1.jpg

Courte interview téléphonique

 

15.03.2009

15 Mars 2011: L'avenir.net

Le 11 Mars 2011 Serge lama se produisait à tournais. Compte rendu du concert

 

 Serge Lama : «J'arrive à l'heure"

 

 

«Voilà ce que c'est d'être une star»,

dit le chanteur en entrant en scène, sous les applaudissements fervents. Murmuré comme une confidence, le texte s'offre en complicité avec ceux qui donneraient des nuits pour que les lueurs existent. Serge Lama est de ceux-là : avec lui, L'Âge d'horizons s'impose comme un manifeste, un testament provisoire.

Les ailes noiresSobrement impérial, l'homme demeure un pilier de la chanson française. Auteur et compositeur, il ne cesse d'émouvoir et de surprendre. «Souvenirs, attention danger !» Des chansons récentes témoignent d'une attention à l'itinéraire qui traverse les grands paysages de tout le monde. La vie, l'amour, la mort, et leurs ombres, leurs phares. «J'arrive à l'heure où le soleil jette son gant.» Entre une page dédiée à un ami très cher et une fantaisie rimée, c'est la passion qui se décline en toutes lettres. Qu'il célèbre sa Marie polonaise ou rappelle de lointaines conquêtes, Serge Lama ne cesse de tarauder le coeur des femmes. Elles le lui rendent bien, en reprenant ses refrains d'antan avec la docilité des armées. «Je t'aime à la folie, la vie...» Dans un halo géomètre ou sous des faisceaux croisés, l'artiste glisse d'une atmosphère feutrée à une romance en couleurs. Les éclairages n'ont rien de tapageur : ils inventent des instants portés par l'accordéoniste Sergio Tomassi et, à toutes les guitares, un certain Philippe Hervouët. Sans doute est-ce avec «Les glycines» que l'on saisit le meilleur d'un renouveau, quand le pathétique puise aux ressources du rock.

Cette force, on la cueille également au coeur du dernier album, des désenchantements de Grosso Modo aux surprises des Objets hétéroclites. Avec aisance, le trio tutoie la mélancolie et la fièvre, l'engagement ou le désamour. «Souvenez-vous à Nanterre/j'étais presque un oiseau/et voyez mon plumage/a séché sur mes os.» Rimbaud et Verlaine n'en croiraient pas leur échappée duelle.

Il affiche un envol français au long cours, avec des ailes napoléoniennes, une gestuelle toujours conquérante. Si bien que le clin d'oeil au Belge Brel, qu'il tente en clôturant le concert, ne passe pas vraiment. On le lui pardonne volontiers, en se demandant quelle tête de pipe il choisira lors de sa tournée proche au Québec. Et s'il a omis de préciser que «Le gibier manque», c'est pour mieux souligner de ses mots un horizon qui file, droit devant. «Je ne pourrai jamais être de ceux qui restent...»

15 Mars 2011: Ici Paris

 

 

23882.jpg

numérisation0015.jpg

13.03.2009

13 Mars 2011: La dernière heure

 

Presse-papiers-2.jpg

 

 

Serge Lama : l’expérience et la ruse remplacent la santé

 

HUY “Ma vie s’éloigne à vue de deuils… J’arrive à l’heure où même vivre est fatigant…” C’est dans le texte d’une des chansons du nouvel album de Serge Lama (L’âge d’horizons sorti en novembre). Le chanteur ne le cache pas : c’est pétri d’arthrose qu’il entreprend ce retour en Belgique qui s’est achevé hier soir à Louvain-la-Neuve.

Scéniquement, ça le diminue certes un peu. Le mouvement est parfois plus difficile. Il chante deux ou trois chansons assis. Dans une évocation en plusieurs tableaux de sa comédie musicale Napoléon, il s’appuie sur un bâton de maréchal. Tout cela est vrai. Mais la personnalité est toujours là.

Pour la voix, c’est pareil. Le velouté est au rendez-vous. La puissance aussi, même s’il ne la sert plus qu’avec parcimonie. Souvent, il ruse et apporte au demeurant une couleur nouvelle à ses plus célèbres chansons.

La ruse… C’est le maître-mot du Serge Lama 2011. Il n’amène sur scène que deux musiciens. Un guitariste qui vient avec cinq guitares et une mandoline en plus pour la chanson truculente du dernier album, Objets hétéroclites. Et un accordéon synthétiseur. Mais allez faire Les petites femmes de Pigalle avec deux instruments dont une guitare ! Eh bien, il y arrive !

Et ailleurs, c’est à travers des orchestrations toutes repensées qu’on découvre les succès de jadis. Il en reprend de très vieilles (La première fois).

Entre deux chansons, Serge Lama a son humour pour ravir le public. Les éclairages sont léchés. C’est sous une véritable tente de lumière que son guitariste joue l’intro de L’Algérie. Lama termine, en triomphe, par Je suis malade qu’il finit a capella et sans micro. Dans D’où qu’on parte, une de se ses nouvelles chansons, il dit : “Saviez-vous qu’avant-hier J’étais presque un oiseau. Et voyez mon plumage affaissé sur mes os.” En vérité, Serge Lama reste un géant.

Eddy Przybylski

C’est un triomphe que Serge Lama a fait, jeudi à Huy.

12.03.2009

12 Mars 2011: L'avenir

Après le passage de Serge Lama en concert le 11 Mars 2011 à Huy , le journal belge l'avenir publiait ce papier

 

Serge Lama, l'ami intime et grave

 

HUY - Grave en même temps que léger, Serge Lama, de passage à Huy jeudi, se joue des paradoxes en les sublimant dans le secret de ses silences.

En plein coeur d'un rai de lumière, intime et grave, porté par le silence, il récite a cappella et du plus profond de son âme les paroles de Star .

Et tremble dans sa voix un grain puissant, généreux à la fois, où se profile déjà un tour de chant qui mêlera entre rire et mélancolie le sombre et le lumineux, le futile et le sérieux.

Chanteur de tous les paradoxes, Serge Lama? Peut-être bien un peu.

Intense, complice de son public et sobre, certainement. Le public hutois ne s'est d'ailleurs pas trompé, jeudi, en réservant un accueil chaleureux à celui qui a su garder ce regard clair où danse encore la malice de ses 20 ans bien qu'il en ait trois fois plus et même davantage. Suffisamment en tout cas pour présenter avec le recul nécessaire et la faculté de regarder au loin, des morceaux pétris de cette humanité qui nourrit chacun des mots chantés sur la pointe du coeur. Presque. Et qu'ils soient puisés dans son dernier opus L'âge d'horizon, ou empruntés à son répertoire riche de 45 années, chaque titre procède de ce même enchantement qui mêle à la sobriété du chant une rythmique enlevée ou étourdissante selon que s'élèvent les notes de l'accordéon ou celles de la guitare. Ce qui est notamment le cas pour Mon ami, mon maître,

Alors qu'on s'est tant aimés ou encore, D'où qu'on parte, à la fois féroce de sens et porté par ce besoin de réflexion sur la vie et sa fugacité.

Plus intime encore et appuyé par une scénographie économe de lumière, D'aventures en aventures témoigne de cette faculté qu'a le chanteur de tout remettre en question, à l'instar d'un J'arrive à l'heure, porté par la douceur de la mélodie.

Pour sûr, celui ou celle qui attendait de ce concert les solides refrains populaires qui ont fait la renommée du chanteur, auront dû se contenter de quelques titres seulement.

Dont Les petites femmes de Pigale, joyeux et rebondissant précédé d'un morceau de son dernier album, Les hommes et les femmes, sublime de légèreté rapidement en accord avec un pas de danse joliment exécuté.

Dans un registre plus coquin et cocasse, La salle de bain et Objets hétéroclites valent leur pesant de volupté et d'élégance tandis qu'ils rappellent que Serge Lama aime se jouer des paradoxes en conjuguant fantaisie et chansons plus littéraires. En témoigne encore, s'il le fallait, et bercé par sa version acoustique, Je suis malade ( morceau des années 70), dans le sillage d'un final étourdissant où le chanteur récitera a cappella et sans micro, la Tristesse d'Alfred de Musset. À en perdre le souffle!

09.03.2009

9 mars 2011 : Radio RMB

Logos-2013-20141007LOGO-RMB-2013-2014-JPG-avec-contours-blanc-.jpg

 

La radio RMB présente une interview de Serge Lama réalisée au téléphone avant son concert à Montluçon.

 

EXTRAIT