Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09.10.2009

9 Octobre 2011: La traversée du miroir

 

traversee-du-miroir.jpg

 

Emission de Patrick Poivre d'Arvor diffusée sur france 5


 

 

 

08.10.2009

8 Octobre 2011: L'express.fr

Serge Lama retrouve l'Olympia à guichets fermés jusqu'à dimanche

 

Jean-Pierre Muller

 

 

195782_serge-lama-se-produisant-sur-la-scene-du-theatre-marigny-a-paris-le-29-septembre-2005.jpg

PARIS - Serge Lama a retrouvé l'Olympia, vendredi soir, pour trois récitals à guichets fermés jusqu'à dimanche, 44 ans après ses débuts en première partie de Nana Mouskouri qui, cette fois-ci, assistait au concert en fan, tout comme Pascal Obispo et Line Renaud, a constaté un journaliste de l'AFP.

En tournée depuis plusieurs mois, le chanteur qui doit être opéré de la hanche début 2012, a annoncé récemment sur son blog être contraint d'annuler quelques dates pour se ménager. Serge Lama, 68 ans, a maintenu notamment ces trois dates parisiennes.

Depuis un accident de la route en 1965 lors de sa première tournée, le chanteur est confronté à des difficultés de mobilité. Cette opération de la hanche est rendue incontournable en raison de "douleurs permanentes", a-t-il confié.

Vendredi soir, face à un Olympia comble, Serge Lama, à la voix impeccable, a fait preuve d'une belle énergie, malgré quelques discrètes pauses assises au côté tour à tour de ses deux musiciens, l'accordéoniste Sergio Tomassi et le guitariste Philippe Hervouët.

Pour ce retour sur une scène parisienne, le chanteur a offert un récital intimiste qui laisse place à plusieurs belles interventions A cappella, après un coup d'envoi sur "Etre star".

Dans des versions acoustiques inédites, Serge Lama a interprété ses grands succès ("L'Algérie", "D'aventures en aventures", "Les petites femmes de Pigalle", "Une Île", "Je t'aime à la folie la Vie"...) souvent repris en choeur par la salle, et ses nouvelles chansons extraites de son dernier album, "L'âge d'horizons", jonglant entre pure mélancolie et gourmandises dont les très polissons "Objets hétéroclites".

Accompagnée simplement à l'accordéon, avant un final sans micro ni musique, la chanson "Je suis malade" a déclenché une longue standing ovation, avant un final en hommage à Charles Aznavour avec "cette jeunesse qu'il faut boire jusqu'à l'ivresse".

7 ,8 et 9 octobre 2011: Olympia

Les 7 , 8 et 9 Octobre 2011 Serge Lama était sur la scène de l'Olympia

65326-lama-affiche-definitive-2.jpg

 

080.JPG

720750-concert-exceptionnel-de-serge-lama-a-637x0-2.jpg

 

numérisation0006.jpg

 

 

07.10.2009

2011 Olympia: quelques photos en coulisses

Olympia Octobre 2011

720760-concert-exceptionnel-de-serge-lama-a-637x0-3.jpg

720743-annie-cordy-lors-du-concert-637x0-3.jpg

720742-line-renaud-lors-du-concert-637x0-3.jpg

720759-pascal-obispo-lors-du-concert-637x0-3.jpg

720749-l-accordeoniste-sergio-tomassi-et-le-637x0-2.jpg

720739-rachida-dati-lors-du-concert-637x0-3.jpg

olympia 2011.jpg

7 Octobre 2011: France Soir

francesoirlogo_0.jpg

Serge Lama : La scène à bras-le-corps

S’il a dû écourter sa tournée , le chanteur tient bon la rampe. Il est pour trois soirs à l’Olympia.


 Une force de la nature, un chanteur à voix, un type au rire paillard parti dans la chanson comme on part en croisade. Serge Lama assure une énième tournée qui démarre vendredi soir à l’Olympia. Et pourtant… « J’ai toujours vécu avec l’ombre de la diminution physique, explique-t-il. J’ai 68 ans et je suis toujours là, même si le vaisseau craque et grince de partout. » De fait, le chanteur a dû écourter cette série de concerts pour cause d’opération de la hanche, en février prochain. « On me met un truc neuf, parce que la douleur est devenue insupportable. J’espère qu’après ça ira mieux. »
 

Surveillance

Pas le genre à baisser les bras, Lama. Il a en effet appris depuis des décennies à lutter contre son propre corps, à jongler avec la souffrance, à dompter ses démons en chansons. L’histoire est connue : un accident de voiture survenu au beau milieu des années 1960, le laissant un an et demi sur le carreau, immobilisé sur un lit d’hôpital. « J’ai su alors que je serais toujours menacé par des problèmes d’ossature. Depuis, je suis sans cesse en surveillance de moi-même. » Une surveillance de plus en plus attentive, à mesure que sont passés les années, les succès, les kilomètres parcourus sur les routes. Véritable stakhanoviste de la scène, Serge Lama, en effet, dans les années 1970, est monté sur scène jusqu’à près de 250 fois par an, s’imposant au public à grands coups de Je suis malade, Femme, femme, femme, D’aventures en aventures et autres Ballons rouges. Il s’amuse : « A l’époque, j’étais aux côtés de Michel Sardou, de Gérard Lenorman… Un chanteur populaire, quoi ! Puis, peu à peu, avec les mêmes chansons, je suis devenu presque intellectuel, littéraire. »

Il a une explication à cette réévaluation permanente de son œuvre : le niveau culturel de la population qui aurait baissé, et des chanteurs qui désormais se sont adaptés à ceux qui les écoutent en utilisant un langage inspiré de la publicité. « Ils savent ce qui ne sera pas susceptible d’être compris, évitent les mots trop compliqués, constate-t-il. C’est aussi pour ça que les anciens comme moi sont devenus des références. »

Revanche

Soit une génération sacralisée en bloc, emmenée par Charles Aznavour, leur maître à tous : « Il sait imposer sur scène ses nouvelles chansons, même si le public déteste la nouveauté. » Et si le moteur d’Aznavour, 87 ans, semble tenir autant de l’orgueil que du geste artistique, celui de Lama recèle également une part de revanche. « Je suis né pour être chanteur, assène-t-il. Toute ma vie, j’ai essayé de faire aussi bien que mon père, lui qui n’a pas réussi à faire ce métier. En fait, je porte ses couleurs comme les miennes, ça fait beaucoup de poids. » Quant à ses adieux, il y pense et, une fois encore, c’est sa condition physique qui en décidera. « Mon corps va trancher de deux façons : par sa façon d’être digne sur scène et par la tête que j’aurai. Si je fais trop vieux con, je saurai dire au revoir. Ce serait odieux de ma part de ne pas faire mes adieux… » Un homme de mots, donc.

En concert à partir de vendredi soir et jusqu’à dimanche à l’Olympia, Paris IXe, puis en tournée dans toute la France.

06.10.2009

6 Octobre 2011: Notre temps

Article paru dans le magazine notre Temps

 

numérisation0009.jpg

Cliquez ici pour lire

 

Voir la vidéo sur notretemps.com

6 Octobre 2011: Le Parisien

Serge Lama : «Je souffre trop»

TOURNEE. Le chanteur assure tout le week-end ses concerts à l’Olympia avant d’enchaîner en province. Mais sa tournée devra ensuite s’interrompre à cause de terribles douleurs à la hanche qui vont nécessiter une opération.

EMMANUEL MAROLLE

 

1642524_967068_640x280.jpg

 


souffre. Mais il a l'habitude. «Depuis l'âge de 22 ans, je marche de travers, je suis sur roulement à billes.» La faute à un terrible accident de la route, en 1965, qui a coûté la vie à sa compagne de l'époque, Liliane Benelli, et son régisseur de tournée, Jean-Claude Ghrenassia, le frère d'Enrico Macias. Lui a survécu mais en est ressorti en miettes, cassé de partout

«J'ai eu 14 opérations à l'époque. J'ai toujours eu mal depuis, mais là ça dépasse tout», explique-t-il avant d'entamer, à partir de ce soir, son week-end de concerts à l'Olympia. Quelques-uns des spectacles qu'il a pu sauver au milieu d'une tournée en partie annulée.

«Jusque là, je me soignais avec des conneries, des Aspegic. Mais je souffre trop, je ne peux pas descendre des escaliers, marcher trop longtemps. Les déplacements pendant les tournées me tuent. Donc, il faut que je me fasse remplacer la hanche gauche.» L'opération aura lieu en février et sera suivie de trois bons mois de convalescence. Un comble pour l'artiste de 68 ans, boulimique de spectacle. «Ce n'est pas vraiment dans ma nature. J'ai fait parfois 250 concerts par an, 300 même en 1976. J'étais un malade mental, sans doute pour combler un manque, celui de mon père, qui n'avait pas pu faire carrière en tant que chanteur d'opéra. A cette époque, je chantais pour deux.»

Désormais, le répertoire de Serge Lama, subtilement habillé d'arrangements sobres - un accordéon, une guitare - vieillit bien, en attendant de nouvelles chansons, malgré la convalescence. «Cela ne m'empêchera pas d'écrire. Et puis, j'ai des centaines de textes en stock. Parfois, j'en fait des chansons des années plus tard. Cela me fait toujours marrer quand elles arrivent sur un disque et qu'on me dit: "Oh, c'est formidable, le texte est tellement actuel". Alors que je l'ai écrit quinze ans auparavant», conclut-il avec son éclat de rire légendaire. Serge Lama ne va pas si mal que ça.

Ce soir, demain et dimanche à l'Olympia. Le 29 à Arras, le 5 novembre à Tours, le 6 à Nantes, le 19 à Lyon...

 

04.10.2009

4 Octobre 2011: Nous Deux

Article paru avant le passage de Serge Lama à l'Olympia

 

 

numérisation0008.jpg

02.10.2009

2 Octobre 2011: La Montagne

Au lendemain du concert de Serge Lama au Zenith de Clermont Ferrand le journal la Montagne publiait cet article

 

Presse-papiers-1.jpg

.

27.09.2009

27 Septembre 2011: Concert à Amsterdam

Concert de Serge Lama au théatre Carré à Amsterdam

 

big-Carre.jpg

 

488_fullimage_amsterdam theater carre zaal_560x350.jpg

 

Petite vidéo avant le concert