Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28.01.2011

28 Janvier 2013: Album Alice Dona

 

51FOuBey0fL._SL500_.jpg

 

Dans cet album qui vient de sortir, Alice Dona reprend des chansons qui ont marqué son existence. Certaines sont interprétées en duos, d'autres non. Parmi ses partenaires on retrouve Mimie Mathy, Michel Delpech, Banabar et Serge Lama

Avec Serge elle reprend la chanson 'sans vous'de Paul Misraki

Ce disque a été réalisé sous la direction artistique de Jean Felix Lalanne.

 

Sans vous

 

28 Janvier 2013: Le Figaro

Dans une chronique de Jacques Pessis

Le Figaro 26 Janvier 2013

preview-le-figaro-26-01-13-1 - Copie.jpg


 

preview-le-figaro-26-01-13-1.jpg

LIRE

25.01.2011

25 Janvier 2013: Marseille

Le 25 Janvier 2013, Serge Lama se produisait dans la salle du Silo à Marseille, le succès était au rendez vous 

 

 

silo-3b5aa66.jpg

 

Je suis fier d'avoir véritablement fait exploser mon new show hier soir à Marseille. Merci au public qui a tout compris. Serge

 

Janvier 2013: Programme de la tournée anniversaire

Voici le très beau programme de la tournée anniversaire et de l'Olympia 2013

 

PREMIERE PARTIE

numérisation0031.jpg

page 1.jpg

page 2.jpg

page 3.jpg

page 4.jpg

page 5.jpg

page 6.jpg

Page 7.jpg

Page 8.jpg

page 9.jpg

page 10.jpg

page 11.jpg

page 12.jpg

page 13.jpg

page 14.jpg

page 15.jpg

page 16.jpg

 

Janvier 2013 : Programme tournée anniversaire

Programme de la tournée anniversaire, 50 ans de carrière .

DEUXIEME PARTIE

page 17.jpg

page 18.jpg

page 19.jpg

page 20.jpg

page 21 .jpg

page 22.jpg

Page 23.jpg

Page 24.jpg

Page 25.jpg

Page 26.jpg

page 27.jpg

page 28.jpg

page 29.jpg

page 30.jpg

page 31.jpg

page 32.jpg

Page 33.jpg

page 34.jpg

 

 

 

 

24.01.2011

24 Janvier 2013:Dates premier semestre

Dates du premier semestre de la tournée anniversaire 2013

226936_10151463588629015_1768242290_n.jpg

 


JANVIER

- Le 24 à Digne-les-Bains (06) - Palais des Congrès
- Le 25 à Marseille (13) - Le Silo
- Le 26 au Cannet (06) - La Palestre
- Le 31 à Amiens (80) - Cirque Jules Verne

554880_10151463600694015_1613841244_n.jpg



FEVRIER

- Le 8 à Paris (75) - Olympia
- Le 9 à Paris (75) - Olympia
- Le 10 à Paris (75) - Olympia
- Le 11 à Paris (75) - Olympia
- Le 13 à Paris (75) - Olympia
- Le 14 à Paris (75) - Olympia
- Le 15 à Paris (75) - Olympia
- Le 16 à Paris (75) - Olympia
- Le 17 à Paris (75) - Olympia
- Le 23 à Liège (Belgique) - Le Forum
- Le 24 à Charleroi (Belgique) - Palais des Beaux Arts

225231_10151463604234015_1629811761_n.jpg



MARS

- Le 14 à Rouen (76) - Zénith
- Le 15 à Caen (14) - Zénith
- Le 16 à Nantes (44) - Cité des Congrès
- Le 22 à Sausheim (68) - Espace Dollfus et Noack
- Le 23 à Strasbourg (67) - P.M.C.
- Le 28 à Lyon (69) - Bourse du Travail
- Le 29 à Clermont-Ferrand (63) - Zénith d'Auvergne
- Le 30 à Roanne (42) - Le Scarabée

485105_10151463602699015_1804028027_n.jpg


AVRIL

- Le 5 à Mâcon (71) - Le Spot
- Le 11 à Grenoble (38) - Summum
- Le 19 à Toulouse (31) - Casino Théâtre Barrière

226996_10151463586749015_828299629_n.jpg



MAI

- Le 3 à Genève (Suisse) - Théâtre du Léman
- Le 4 à Genève (Suisse) - Théâtre du Léman
- Le 16 à Lille (59) - Casino Barrière
- Le 17 à Marche-en-Famenne (Belgique) - Wallonie Expo
- Le 18 à Bruxelles (Belgique) - Cirque Royal
- Le 24 à Tours (37) - Le Vinci

11569_10151463587109015_1137466664_n.jpg

 



JUIN

- Le 1er à Orléans (45) - Zénith
 

426386_10151463592904015_1202709434_n.jpg

Merci à Florence pour les photos faites à Charleroi 24 Février 2013)

 

JUILLET

 

- 19 Juillet: Festival de SPA (Belgique )

 
 

24 Janvier 2013: Le Dauphiné.com

1957616137.jpg

Serge Lama fête ses cinquante de carrière ce soir à Digne-les-Bains “À bientôt 70 ans, j’ai encore retrouvé un nouveau souffle”

 

la-tournee-anniversaire-de-serge-lama-passe-ce-soir-par-le-palais-des-congres-de-digne-les-bains-ph.jpg

La tournée anniversaire de Serge Lama passe ce soir par le palais des congrès de Digne-les-Bains. Photo Archives Le DL/ Lisa MARCELJA




Vous fêtez vos 50 ans de carrière mais votre histoire avec la chanson et l’écriture remonte à plus loin encore. Comment est née cette vocation ?
“Par la lecture. J’ai tout de suite, très jeune, été attiré par les lectures. Et puis mon père écrivait déjà des chansons, j’ai grandi au milieu de gens qui créaient. Mon premier texte, je l’ai écrit à 8 ans et ma première chanson à 11 ans. C’est elle qui donne son nom à mon dernier album, “La Balade du Poète”. »

Dans cet album figurent donc trois chansons que vous avez écrites quand vous étiez adolescent. Pourquoi les avoir enregistrées maintenant ?
« J’ai un peu de mal à répondre à cette question. J’y avais pensé avant, mais les choses se font à un moment, c’est comme ça. Je faisais un réenregistrement et une réorchestration de mes anciennes chansons. Je me suis dit : pourquoi ne pas y adjoindre les toutes premières, pourquoi ne pas les proposer à mes fans ? En les enregistrant, j’ai été moi-même étonné de la gravité de ce que j’écrivais à dix ans. »

Toutes ces années, toutes ces chansons, et pourtant vous vous présentez dans cette tournée anniversaire comme un “homme neuf”…
« Oui, je pense que tous les 10 ou 15 ans - ça peut être tous les 20 ans - il y a une maturation nouvelle de l’être. On retrouve quelque chose comme une nouvelle jeunesse. Pas celle de ses vingt ans bien sûr, mais une autre jeunesse.
La jeunesse se cache derrière tous les âges de la vie, il faut savoir la débusquer et je crois que j’y réussis pas mal. À bientôt 70 ans, j’ai encore retrouvé un nouveau souffle. »

Vous rendez souvent hommage à vos fans, que vous préférez appeler vos “amis anonymes”. Que vous inspire votre succès toujours intact auprès du public ?
« Je crois que le succès est fluctuant. Quand vous devenez tête d’affiche - c’était pour moi au début des années 1970 - on ne sait pas pourquoi, mais les gens ont besoin de vous tout à coup. Ils font de vous un chanteur à succès. Puis de nouveaux chanteurs arrivent et vous restez sur une voie parallèle. Et là, le public me suit à nouveau, il y a un nouvel engouement. Il fait peut-être écho à ma nouvelle jeunesse ...»

Quel regard portez-vous sur la chanson française d’aujourd’hui ?
« Elle est très inégale et, je trouve, très mal exploitée par les maisons de disques qui ont tendance à faire de la “conserve”. Là, je n’ai pas voulu faire de compil, j’ai récréé du nouveau avec de l’ancien. Il faut faire de la création. J’essaie de suivre la voie de la chanson française tracée par les Béranger, Chevalier ou Tranchant. »

Connaissez-vous les Alpes du Sud ?
« Après tout ce temps, il n’y a pas beaucoup d’endroits que je ne connais pas. Je suis venu plusieurs fois à Gap, à Digne. Sur cette tournée, Digne est la seule date où ça n’est pas plein : peut-être est-ce dû au fait que c’est une ville où il y a des festivals. Les gens viennent peut- être moins aux concerts... »

Que peut-on vous souhaiter pour 2013 ?
« Que ça continue comme ça, avec le public extraordinaire qui me suit. Demander davantage serait demander trop. »

Ce soir à 20h30, au palais des congrès de Digne-les-Bains.

23.01.2011

23 Janvier 2013: Var Matin.com

Interview de Serge Lama avant le concert du 26 Janvier 2013 au Cannet

 

logo.png

 

Lama: "Je suis un homme neuf, un enfant adulte"

19788396.jpg




 À bientôt 70 ans, l’immense auteur et interprète célèbre cette année son demi-siècle de carrière et nous entraîne dans sa très belle Balade du poète, son nouvel opus
Un homme neuf et un enfant adulte. » C'est ainsi que Serge Lama apparaîtra, dixit l'intéressé, au public du Cannet, à La Palestre, après-demain. Du moins aux petits veinards qui se seront empressés d'acheter leurs billets, car cet artiste aux 25 millions de disques vendus va se produire à guichets fermés à l'Olympia et dans tout l'Hexagone, jusqu'en octobre. À bientôt 70 ans, cette figure emblématique de la chanson française célèbre aussi ses cinquante ans de carrière, soixante même, en réalité.
L'occasion de revenir avec lui sur cette exceptionnelle Balade du poète,pour reprendre le titre de son dernier opus, déjà disque d'or. Une balade jalonnée d'autant d'épreuves que de trésors, et commencée à l'âge de 8 ans…
 

Vous allez souffler vos 70 bougies sur scène le 11 février, face à une salle comble. Qu'est-ce que cela vous inspire ?
J'ai d'abord envie de remercier le public, parce que, vu la conjoncture internationale et celle de la France, cela devient de plus en plus rare, hélas. À travers ce nombre, je vois à quel point les gens me suivent, me poursuivent et combien ils m'aiment. J'espère leur apporter un maximum de plaisir et de rêve en retour.

Vous célébrez en même temps vos 50 ans de carrière. On devrait plutôt parler de 60 ans d'ailleurs ?
J'ai commencé officiellement il y a cinquante ans, mais officieusement, avec beaucoup de certitudes pour le jeune enfant que j'étais, j'ai écrit mes premiers textes à 8-9 ans et mes premières chansons à 11 ans. J'en présente d'ailleurs trois dans La Balade du poète. Alors, en tant qu'auteur en tout cas, je fêterai mes 60 ans de carrière.

De quoi êtes-vous le plus fier ?
D'être encore là surtout ! Fier, je ne sais pas si c'est le terme, mais honoré en tout cas de cet amour du public. Sans lui, à l'âge que j'ai, j'aurais déjà arrêté, je mènerais une vie de retraité. Bien au contraire, je repars sur les routes pour un an. Cette volonté, ce désir, ce bonheur d'être encore présent, ce sont les gens qui me l'insufflent. Et c'est une véritable jouissance quand on y est. C'est pour eux que je fais constamment des efforts - comme de perdre du poids !

Vous avez entrepris ce régime pour vous préparer physique-ment à la tournée ?
Plutôt après l'opération de la hanche que j'ai subie en mars. Je ne me prive pas, mais je fais très attention à tout ce que je mange.

« 2012, écrivez-vous sur Facebook, a été l'année de toutes les souffrances, et de toutes les résurrections. » Une allusion à cette opération ?
Oui, ça a été très dur physique-ment. Durant ces cinq dernières années, en fait, j'ai souffert le martyr. Parce que la hanche, ça ne se déclenche pas d'un coup, vous traînez une jambe qui vous fait souffrir.

Vous êtes reconnaissant à vos fans de vous avoir porté. Pour quelle raison d'ailleurs n'aimez-vous pas ce terme de « fan » ?
Parce qu'il recèle une mauvaise connotation. Fan est l'abréviation de fanatique, en fait, et je ne suis pas fan, justement, de tous les extrêmes. Je préfère le mot « inconditionnel » ou « admirateur ».4

Ne craignez pas les éclairs et les revolversmais restez vigilants, préconisez-vous…
C'est une chanson qui met à plat toute l'époque, sans faire de prophétie, mais qui est une espèce de constat douloureux d'un état de faits. C'est une sorte de chanson à sentence, comme les tables de la loi, mais à l'envers. Ce titre m'est venu très vite ; à la fin de la préparation du disque, il s'est imposé comme une évidence. Je vais la chanter avec le moins d'intention possible, à la manière d'une pythie de Delphes.

Vous avez été auteur, avant de devenir interprète, puis les deux à la fois…
C'est exactement ça. J'ai toujours été un grand admirateur de poésie et de littérature devant l'Éternel. Je suis donc devenu un auteur par la logique des choses. Et je le reste davantage qu'un interprète. L'auteur écrira encore lorsque le chanteur ne chantera plus.

Qui êtes-vous aujourd'hui ?
Je suis un homme neuf et un enfant adulte. Je garde une part d'enfance extrêmement vive, parce que je n'en ai pas vraiment eu. J'étais trop adulte, lucide. Il suffit de lire les textes que j'écrivais à cette époque-là pour s'en rendre compte. Mais tout le monde a une part de jeunesse, qui refait surface tous les dix ou vingt ans. Cela se traduit généralement par une nouvelle naïveté, une façon de redébuter, et c'est cette jeunesse-là qui vous tient debout.

À l'instar de Juliette Gréco, à nouveau en tournée à 86 ans ?
Oui, cela m'étonne et m'inquiète même un peu, parce que je me dis : « Tu en as encore pour seize ou dix-sept ans ! » Mais je ne crois pas que j'irai jusqu'à un âge aussi avancé.

Que vous inspirent les hommages de la jeune génération, comme ceux de Jenifer, Sophia Essaïdi, Lorie et Anggun à votre égard ?
Je suis très touché. L'hommage que je trouve le plus réussi est celui rendu à Goldman. Ses chansons n'ont pas pris une ride, c'est extraordinaire.

Les vôtres non plus…
Parce qu'elles étaient intempo-relles au départ. Je n'ai pas basé ma carrière sur le rythme, mais en m'inscrivant plutôt dans une ligne classique. Je me positionne dans la lignée des anciens, de Bruand à Maurice Chevalier, de Brassens à Aznavour. Dans ce creuset où l'on avait à cœur de parler le français le plus correct possible, chacun à sa manière, avec son style. Chacun était vraiment un porteur de phrases, de langue.

Cet amour de la langue française, tel est votre leg ?
Oui, et ce respect que j'ai pour les artistes que je considère dignes de ce nom, que ce soit Julien Clerc, Cabrel, Souchon ou Sardou, qui est le grand chanteur populaire des trente dernières années avec Johnny. Je suis inquiet pour la chanson, je me demande si elle va perdurer comme telle.

Cette tournée est-elle en forme d'adieux ?
Non. Tout le monde m'incite à ne pas faire d'adieux, mais je ne suis pas dans cette perspective-là, de toute façon. Je suis dans la perspective de faire ce que j'ai à faire du mieux que je pourrai, dans une joie d'être revenu à ce niveau-là, parce que ce n'était pas une certitude, une évidence.

Avez-vous une devise ?
« Aimer ce que jamais l'on ne verra deux fois. » C'est signé Alfred de Vigny.
 


Serge Lama.
Vendredi 25 janvier, à 20 h 30. Le Silo, à Marseille. Tarifs : de 52 à 56 €. Rens. 04.91.19.30.80.
Samedi 26 janvier, à 20 h 30. La Palestre, au Cannet. Tarifs : de 51 à 55 €. Rens. 04.97.25.81.36.
C'est l'amour du public qui me porte, qui m'a tout fait surmonter
 
 

22.01.2011

22 janvier 2013 - Limpact.fr

Image1.jpg

Serge Lama – Portrait

Image2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est une longue histoire que je partage avec Serge Lama car je le suis depuis des décennies grâce à celle qui fut longtemps son ange gardien : Simone Marouani à qui, pour l’occasion, je veux rendre hommage aujourd’hui car j’ai travaillé près de 40 ans avec elle, comme Serge et c’est elle qui a toujours facilité mes rencontres avec l’artiste.

Je fis une tournée avec eux et Nicolas Peyrac, puis une autre tournée avec notre complice commune Alice Dona. Mais il y eut de nombreuses rencontres avec “l’ami Lama” en tournée, à Ramatuelle, à Toulon, à Sanary où je l’invitai pour une rencontre avec le public, ce qu’il fit toujours avec gentillesse, simplicité, patience… Comme le grand professionnel qu’il est.
Cette année il fête 50 ans de carrière… Déjà… Mais tous ceux qui sont nés des années 60 en sont là aujourd’hui !
Et pour lui, ce sera une tournée* et c’est ce splendide double album “La balade du poète” (Warner) où il reprend tous ses succès revus et corrigés et surtout corrigés car il y a carrément changé nombre de paroles dont il n’était pas heureux. ça donne, avec aussi ces nouvelles orchestrations de son complice Sergio Tomassi, des chansons, ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait autres. C’est magnifique. Et en prime, en bonus, quelques chansons écrites entre 9 et 12 ans, d’une maturité, d’une force, déjà, dans les mots et dans les sujets, qui surprennent et forcent l’admiration tant elles sont abouties.
Je lui dis toute la joie que j’ai eue de découvrir ce disque et de redécouvrir toutes ces chansons qui ont bercé quatre décennies d’un public fidèle.

“C’est gentil de me le dire et c’est toujours bon à entendre car les artistes ne sont jamais sûrs d’eux. Ils sont plus fragiles qu’ils ne veulent le montrer et donc, lorsqu’on nous fait un compliment sincère, ça fait toujours plaisir… et on le prend.

Vous dites, Serge, que cet album est un OVNI…
Disons… un demi OVNI. C’en serait un si j’avais changé toutes les paroles des chansons, ce qui n’est pas le cas. J’ai changé, un mot, une strophe, deux lignes, une phrase. Mais c’est vrai que j’ai fait quelque chose qui ne se fait jamais ou très rarement. J’ai même réécrit “Rien ne vaut vous” en entier !

Pourquoi ?
Parce que, depuis longtemps, certaines choses ne me convenaient pas, je n’étais pas satisfait de certains textes mais lorsque c’est enregistré on n’y revient plus. Et là, j’y reviens ! J’ai profité de cet événement pour changer ce que j’avais du mal à chanter. Voilà. J’ai en fait remis les choses – les mots – à leur place.

On découvre aussi ces chansons d’enfance et l’on est impressionné de la maturité de ces textes…
Vous savez, à 10 ans j’étais déjà un adulte… Nous vivions à quatre, avec mes parents et ma grand-mère  dans une seule pièce où il n’y avait pas de place et malgré cela, je vivais dans une grande solitude. J’étais livré à moi-même et comme j’étais souvent seul, je lisais beaucoup. Mais personne ne surveillait ce que je lisais. Je lisais donc des livres qui n’étaient pas de mon âge, Anouilh, Verlaine… Beaucoup de choses me passaient au-dessus de la tête mais ces lectures m’ont donné une dextérité psychologique et ont aussi orienté ma façon d’écrire.

Pourquoi dévoiler ces textes ?
D’abord parce que je pense qu’ils méritent d’être découverts, je n’en ai pas honte et puis, pour en faire cadeau à ceux qui me suivent depuis des années. Je crois que ça leur a fait plaisir parce que ces chansons font partie de moi, de ma vie, de mon parcours. Et je dois vous confier qu’en les écoutant, je me suis surpris à me découvrir une incroyable lucidité que je dirais… glaciale ! Mais je trouve que ces chansons sont cohérentes avec les autres.

Pourquoi avoir repris cette vingtaine de chansons plutôt que d’offrir de nouvelles chansons ?
J’aurais pu le faire car j’ai des dizaines de chansons écrites mais aujourd’hui, le public vient écouter les chansons qu’il aime. Il est moins curieux des nouveautés et s’ennuie vite s’il ne s’accroche pas à des mélodies qu’il connaît. A une époque, les artistes « rodaient » leurs chansons devant le public, avant de les enregistrer, afin qu’elles soient fin prêtes au moment de l’enregistrement. Aujourd’hui le public préfère les chansons qui lui rappellent des souvenirs, plutôt que des découvertes. C’est encore un cadeau car ces succès qui ont parsemé ma carrière relient ma vie à la leur.

2012 a été l’année de l’Algérie. Vous y avez fait votre service militaire. Quel souvenir en gardez-vous ?
Forcément des bons souvenirs car, comme je le dis dans ma chanson : “C’était beau, l’Algérie”. J’ai connu Alger, Blida. Je dois avouer qu’il y avait un peu de peur, d’appréhension car je quittais famille et amis pour la première fois, je prenais aussi le bateau pour la première fois, nous étions en fin de guerre et nous ne savions pas ce que nous allions y trouver. Mais c’est grâce à ça que j’ai découvert le désert que je n’aurais peut-être jamais vu.

Vous auriez pu le visiter à un autre moment !
Je ne sais pas, car je voyage plus dans ma tête et par télévision interposée que physiquement !
Par exemple, lorsque j’ai découvert New York j’ai été extrêmement déçu. Je m’en étais fait une idée très surfaite car les images que l’on voit sont toujours plus belles que la réalité. De tous les voyages que j’ai pu faire, rares sont ceux qui m’ont vraiment ébloui… comme ce que je voyais à la télé. Aussi, comme Jules Verne, je préfère voyager dans ma tête !

Dans votre carrière, vous avez participé à quelques concours. Est-ce que c’était quelque chose qui vous excitait ?
Pas du tout ! Les quatre auxquels j’ai participé au début de ma carrière étaient surtout faits pour me faire connaître mais ça ne m’excitait pas plus que ça. Il se trouve que j’en ai gagné trois : J’ai gagné le premier à 15 ans. C’était “Les relais de la chanson française” organisé par l’Humanité. Puis j’ai gagné le concours de chant de la chanson francophone avec “Le 15 juillet à 5heures”. J’ai gagné la Rose d’Or d’Antibes avec “Une île” en 69. J’ai perdu le quatrième en arrivant 10ème au concours de l’Eurovision avec “Un jardin sur la terre”, ma première collaboration avec Alice Dona.

Alice qui sort un nouvel album “Mes petites madeleines” et elle en partage une avec vous !
Oui, elle sort un album de chansons qui ont marqué sa vie, ses coups de coeur. Elle a invité Bénabar, Catherine Lara, Michel Delpech… et moi qui chante donc avec elle une chanson de Paul Misraki, un succès de Jacques Hélian : “Sans vous”. Je l’ai fait avec plaisir, comme tout ce que je fais avec Alice et de plus, le disque a été conçu en collaboration avec un ami commun : Hubert-Félix Thiéfaine, avec qui je viens aussi de faire un duo avec la reprise de Léo Ferré : “Vingt ans”.

Entre deux disques et nombre de concerts, vous avez quand même fait ce recueil de poèmes intitulé “Sentiments, sexe et solitude” !
Oui mais ça fait plus de 30 ans que j’accumule ces textes. Il fallait bien un jour les éditer. Mais je ne pensais pas que ça pourrait marcher… Un livre de poèmes, qui plus est, érotique… Et si Anne Carrière m’a édité c’est parce que c’était moi. Vous pensez, parler d’amour c’est désuet en poésie mais parler de sexe !!! J’avoue moi-même que je ne pensais pas que ça marcherait comme ça et dans tous les pays francophones.
Lorsqu’on sait qu’un poète connu vend entre 1000 et 1500 livres, moi j’en ai vendu 75000… Mais c’est surtout parce que je m’appelle Lama.

Est-ce que dans ces textes, il y avait matière à chansons ?
Peut-être pour certains, à condition d’être remaniés. Mais j’ai bien dissocié les deux. Ces textes-là ne sont pas des textes écrits pour en faire des chansons. D’ailleurs, certains sont très courts. Et puis, là encore, je risquerais d’avoir la barrière de la censure à la télé. Le CSA, c’est quelque chose ! Déjà que j’y passe difficilement et en chantant mon sempiternel « Je suis malade »…
Regardez Brassens, Gainsbourg, le mal qu’ils ont eu, souvent, à faire passer certaines chansons, quand elles n’ont pas carrément été interdites… Aujourd’hui c’est encore pire, on revient au galop vers la censure… Les gens sont plus choqués par les mots que par les faits. Aujourd’hui on régresse et je pense avoir sorti le livre au bon moment. Dans quelques temps, ce ne sera plus possible. Aujourd’hui, on vous empêche de dire certains mots, ce qui en soi n’est pas grave mais qui risque d’engendrer d’autres interdictions.

Vous vous êtes essayé avec succès au théâtre. Y reviendrez-vous ?
Je ne pense pas. ça a été une jolie parenthèse dans ma vie, tout comme l’a été “Napoléon”. C’étaient des envies, des expériences que je voulais tenter. Je dois dire que cela m’a beaucoup apporté pour le tour de chant car j’ai appris à mieux jouer mais aussi et surtout l’importance de l’auteur qui défend son texte et que l’on doit respecter. Je suis aussi un auteur donc je peux comprendre cela et croyez-moi, ces expériences ont fondamentalement changé ma façon de chanter.

Et votre bio… Quand l’écrirez-vous ?
Alors là, c’est un autre problème ! On me le demande depuis plus de vingt ans. D’abord, comme je vous l’ai dit, je ne sais écrire que des poèmes et puis j’ai un énorme problème, je n’ai aucune mémoire. Je passe mon temps à chercher le nom des gens. Lorsque ma femme, Michèle, me rappelle quelque chose, moi je ne m’en souviens jamais, alors vous pensez, écrire mes mémoires !

Je ne vis que dans le présent, dans l’instant, le passé, je l’oublie. J’aurais peut-être dû tenir un journal au quotidien mais aujourd’hui, c’est trop tard !

Propos recueillis par Jacques Brachet
Photos : Luc Valigny – Jean-Jacques Bertrand

*Toulon n’ayant pas daigné recevoir Serge Lama, vous pourrez aller l’applaudir le 25 janvier au Silo, à Marseille, et le 26 janvier à la Palestre, le Cannet. Il sera également à l’Olympia du 8 au 17 février.

 

20.01.2011

20 Janvier 2013: Chabada spécial Lama

Dimanche 20 Janvier 2013, Chabada Spécial Serge Lama

avec Daniel Guichard et Daphné

Présentation : Danièla Lumbroso

150007_10151351094568007_442697331_n.jpg

Au programme de cette émission

 

A l’occasion des 50 ans de carrière de Serge Lama, Daniela Lumbroso a choisi de consacrer ce chabada aux chansons emblématiques du chanteur.

Aux côtés de Serge Lama donc, sont réunis Daniel Guichard, qui connaît tous les titres de Lama par cœur. Une jeune artiste, Daphné chantera des titres de Barbara, la chanteuse préférée de Serge Lama. Ce sera également l’occasion de voir des archives inédites de la chanteuse qui se révèle très taquine avec les hommes.
Un Chabada placé sous le signe de l’amitié indéfectible entre Lama et Guichard, mais aussi de l’émotion avec un très beau duo Serge Lama et Daphné sur « Göttingen ».

Et bien sûr, comme chaque dimanche, « la saga Piaf en 30 chansons », avec Jacques Pessis et Nathalie Lhermitte avec cette semaine : « Bravo pour le clown ».

 

 

Quelques photos des répétitions

chabada-sp-ciale-...-titions-390334b.jpg

 

 

 

A5_LQsVCMAAxNpF.jpg

 

Quelques extraits

Daphné qui a repris le répertoire de Barbara interprète "une petite cantate"

 

 

Daphné et Serge Lama "Göttingen"

 

 

 

Daniel Guichard et Serge Lama "Les ballons rouges"

 

Daniel Guichard et Serge Lama "Mon vieux"

 

Serge Lama "Comment veux tu que je la quitte"


Serge Lama Comment veux-tu que je la quitte par vieuxsnock