Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08.12.2012

8 Décembre 2014: Le Parisien

Interview de Serge Lama et de Vincent Niclo dans le Parisien du 8 Décembre 2014

 

numérisation0017.jpg

 

 

numérisation0018.jpg

LIRE

 

 

8 Décembre 2014: Album vincent Niclo

Vient de paraitre le premier album de chansons originales de Vincent Niclo, 2 titres sont signés Serge Lama," Jusqu'à l'ivresse" et "L'amour est enfant du poème" chansons misent en musique par Davide Esposito.

71YGkvKNpcL._SL1191_.jpg

 

1. Jusqu'à l'ivresse
2. Divino
3. Je ne suis qu'un homme
4. Pour une fois
5. L'amour est enfant du poème
6. Vivre d'espoir
7. Mea culpa
8. Sans avoir à le dire
9. Amore puro
10. Carmen
11. Le temps
12. A corps perdu

  Voici le clip de la chanson jusqu'à l'ivresse

 

 

L'amour est enfant du poème

 

B4Kc5NXIUAA--GK.jpg large (2).jpg

 

Reportage au JT de 20h de TF1 du 8 Décembre 2014 pour la sortie du CD de Vincent Niclo, petite participation de lama

 

 

07.12.2012

7 Décembre 2014: Du coté de chez Dave: Vincent Niclo

L'émission "Du coté de chez vous" présentée par Dave reçoit le Dimanche 7 Décembre à 17h  le jeune Ténor Vincent Niclo.

Serge Lama fait partie des invités.

10435594_717908351630313_5478642020385858706_n.jpg

 

Voici 2 extraits de cette émission.

 

 

 

 

 

 

06.12.2012

6 Décembre 2014: Ouest France

Serge Lama était en concert au Vendéspace vers la Roche- sur- yon

 

logo-of-167x72.png

serge-lama-50-ans-dencre-et-de-projecteurs.jpg

Loïc TISSOT.

La bande-son du week-end. Le chanteur est en concert au Vendéspace. Tout le monde a fredonné, un moment ou à un autre, l'une de ses chansons. Morceaux choisis dans une discographie dense.

 

Il fête cinquante ans de présence sur scène. 400 chansons à son compteur, dix mille textes, oui, Serge Chauvrier de son vrai nom, est un homme de paroles. Brisé par les coups du sort, - des accidents de voiture qui prennent la vie de sa fiancée, en 1965, de ses parents en 1984 -, l'artiste qu'on appelle « L'homme qui rit » se considère profondément triste.

Flammarion vient d'éditer l'intégrale de ses chansons. On y découvre un homme profond, militant d'une Pléiade chansons qui rend hommage à Yves Gilbert et Alice Dona, ses complices, « mes Joseph Kosma et Marguerite Monnot ».

Je suis malade

La dernière version manuscrite, datant de 1971, est écrite au rouge. Comme la couleur de l'album qui le propulsa au-devant de la scène. Je suis malade est son oeuvre-maîtresse, mot qu'il préfère à chef-d'oeuvre. Il appuie sur la dernière syllabe du mot malade, « une faute d'accent tonique ». Le charme est dans le défaut. C'est Alice Dona qui écrit la musique sur ses mots.

Serge Lama a dû batailler contre le directeur de sa maison de disques qui ne voulait pas reprendre le titre de la chanson : « Vous achèteriez, vous, un album, qui s'appelle Je suis malade ? » Serge Lama insiste, près de trois millions de personnes sont de son avis. Un succès porté aussi par la reprise de Dalida.

Les petites femmes de Pigalle

C'est aux yeux de Serge Lama, « la chanson type que la musique a transformée en chanson de revue. » Ce n'est pas son compère Yves Gilbert qui s'y colle : « Il l'aurait entraîné vers sa part mélancolique. » Jacques Datin garde toute une fraîcheur, « le système Offenbach, rythmique et entraînant » qui fait le bonheur des médias et permet à la « gent masculine de faire un transfert. » Son autre titre Femme, femme, femme fonctionne de façon similaire. En l'écrivant, - très bien trouvé « J'suis cocu mais content » -, après un tour de chant entre une ville sur la Durance et Cannes, il ne pensait pas que ces petites femmes de Pigalle allaient lui coller à la peau pendant plus de quarante ans.

Napoléoné

C'est la grande question que tout le monde se pose : est-ce que Serge Lama profitera de son passage en Vendée pour embrasser du regard la ville napoléonienne, La Roche-sur-Yon ? L'aventure Napoléon, chez l'artiste, c'est l'envie de marquer une pause. Celui qui assure 250 galas par an s'attelle à l'écriture d'une comédie musicale. Des chansons écrites en deux mois. Et une parenthèse qui durera trois ans au théâtre Marigny, sur une idée de Thierry Le Luron. « Dans mon entourage professionnel, personne n'y croyait et, pourtant, on a arrêté en plein succès. Le directeur du théâtre se demande encore pourquoi. » Les critiques ont été légion jusqu'à Marie la polonaise. Il a poursuivi son bonhomme de chemin. Brin de nostalgie ? Serge Lama a rejoué le spectacle en mai dernier, au Théâtre antique d'Orange. A l'heure où l'on crée une chaire Napoléon dans le département, voilà un parrain tout trouvé...

 

04.12.2012

4 Décembre 2014: RTL

Serge Lama est au sommaire de l'émission laissez vous tenter sur RTL le 4 Décembre à 9h

 

Presse-papiers-10.jpg

 

PODCAST

01.12.2012

Décembre 2014: Express hors serie

Dans ce hors série de l’Express sur Napoléon de 200 pages , l'épopée Napoléonienne de Lama n'a pas été oubliée, avec la publication de l'article publié en 1984

numérisation0010.jpg

numérisation0012 - Copie.jpg

Lire page 1

Lire page 2

 

30.11.2012

30 Novembre 2014: Vivement dimanche Nana Mouskouri

 

index.jpg

 
Le dimanche 30 novembre sur France 2, Michel Drucker recevait Nana Mouskouri dans “Vivement Dimanche” à l'occasion de sa tournée mondiale "Happy Birthday Tour".

Parmi les invités son ami Serge Lama

 

 

Serge-Lama-lors-de-l-enregistrement-de-Vivement-Dimanche-Nana-Mouskouri-le-26-novembre-2014.jpg

Photo Paris Match

Presse-papiers31.jpg

Photo purepeople

 

 Michel DRUCKER et Nana MOUSKOURI étaient entourés de : Nikos ALIAGAS, Jacques REVAUX, Pascal NEGRE, Serge LAMA, Hervé VILARD, Daniel GUICHARD et Elvis

 

 

 

30 Novembre 2014: SMS

Le 30-11-2014

 

Bonjour mes amis, ce long silence n'est que la conséquence d'une suractivité. Concerts, sortie de mon livre, promotions télévisuelles… Autant vous dire que je suis aux anges, car il est rare que je sois satisfait à 98 pour cent d'un opus quel qu'il soit et là vraiment, cette compilation presque exhaustive de mes textes me procure une satisfaction à 360 degrés. Ceux d'entre vous qui l'ont ou l'auront comprendront peut-être pourquoi. C'est la somme d'une vie. J'écris depuis 60 ans et c'est de cette partie de mon activité dont je suis le plus fier, d’autant qu’elle est sans doute la plus mal aimée parce que la plus mal connue. C'est une bio déguisée que mes textes, je retrouve mes thèmes obsessionnels bien rangés et disant aux yeux des vérités que la mélodie, avec talent d'ailleurs, dissimule. Cette profonde mélancolie congénitale affleure jusque dans les chansons les plus gaies en apparence. Vous le constaterez si vous faites l'effort de lire en oubliant la musique.

J'ai écrit une longue préface pour mettre tout ça en perspective.

 A part ça, eh bien, un spectacle qui ronronne comme un moteur de formule 1. Vous verrez il y a quelques surprises, mais là aussi je suis sensible à l'accueil que le public réserve à ce nouveau tour de chant. Si le monde allait mieux je serais presque heureux. Votre fidélité depuis plus de 40 ans m'émeut et chaque soir je retrouve l'âge de chaque chanson que j'interprète. Je traverse ma vie au pas de charge. Sergio Tomassi a écrit de nouvelles intros aux cordes qui font un écrin flatteur et rallument les mèches çà et là, bref, je sors de scène épuisé et ressourcé en même temps. Mes chansons sont mes albums de photos, j'y revis mon passé au présent et me réjouis déjà d'un avenir que je vous concocte. Mais ne mettons pas la poule avant les œufs…

 Soyez heureux, vivez chaque instant et préparez vos fêtes aussi modestes soient elles avec amour, et surtout fermez la télé régulièrement, pour lire…

 Tiens, mon ami Yves Charnet vient d'écrire une bio folle et amoureuse sur Claude Nougaro « Quelques boules de jazz » aux éditions Alter ego. Une façon rythmée de passer les fêtes.

 À bas les maux, vive les mots, et n'oubliez pas que je vous aime.

 S.L

 

 

22.11.2012

22 Novembre 2014: L'avenir .net

Serge Lama était en concert à Huy le 19 Décembre 2014

 

Presse-papiers-12.jpg

 


   

Lama : souvenirs, attention respect !





Avec sévérité et la force de ses 71 ans, Serge Lama, à Huy vendredi, a chanté l’amour, la vie, l’homme, les souvenirs aussi.

L’encre noire de ses mots saigne quand il chante l’amour, la vie, la lassitude. Et dans son regard d’homme un peu fatigué tremble le monde. «J’ai soixante et onze ans au compteur mais tout ça n’a d’importance que pour moi! » Serge Lama? Pour peu qu’on ne connaisse pas tous ses albums, on retient surtout de lui des titres tels que Les p’tites femmes de Pigale, Napoléon, et ses «Youpla boum » dans Femmes Femmes Femmes…
Au centre culturel de Huy vendredi pour ses 50 ans de scène, c’est dans un répertoire plus profond et humain qu’on a pu l’apprécier. Sévère mais pas trop quand même, émouvante, grave, sa voix a triomphé, un peu fragile parfois mais toujours bouleversante et sincère. À capella dans le noir, elle s’élève sur un premier titre: Je voudrais tant que tu sois là, sublime d’économie. Ainsi amorcé, le set creuse dans le silence de la salle un moment d’éternité où se blottissent les mots qui saignent. « Je ne suis pas un moraliste ni un chaman, ni un curé, mais j’ai vu trop de femmes pleurer » glisse le chanteur désabusé après avoir interprété Des éclairs et des revolvers. Avant cela, quelques autres titres puisés dans ses nombreux albums, dont les plus anciens.
Passant d’un registre à l’autre, d’un univers à son contraire, Serge Lama profile un autoportrait dont chacun des traits résume un peu sa manière émue de voir le monde, de le sentir. Nostalgique parfois avec notamment Le ballon rouge, coquin, un brin grivois, réaliste ou lucide, il ouvre grand la porte des possibles sur un monde qu’il sait merveilleux et tourmenté en même temps. Réarrangés par Sergio Tomassi (l’accordéoniste), chaque morceau a gagné en intensité sonore tandis que viennent se poser violons et violoncelle (le quatuor de charme). Piano, batterie, percussions et accordéon font le reste pour apporter au concert son relief nécessaire.
Le peintre amoureux, Les glycines, Le quinze juillet à quinze heures (sa préférée) poursuivent sur le même ton avec quelques refrains repris en chœur par le public.
Un peu trop dans la démonstration et tenant difficilement debout, Serge Lama reste pourtant cet homme fort, pétri d’ombres et de lumière, chantant encore tous ces titres qui ont traversé les décennies. « En 50 j’avais 7 ans ». Et aujourd’hui, 50 ans de scène et des cadeaux avec D’aventure en aventure, Mon ami, mon maître, Je t’aime à la folie, Souvenirs, attention danger… Plus coquin, L’ogresse avant un deuxième rappel, à capella et assis, pour lequel le chanteur fera couler une dernière fois l’encre noire de ses mots pour le titre Je suis malade.

PHOTOS SUR LE SITE DU JOURNAL

21.11.2012

21 novembre 2014 : Tapis rouge – France Bleu Azur

France_Bleu_Azur_logo_2015.svg

 

Serge Lama répond, par téléphone, aux questions d'Adrien Mangano le 21 novembre 2014 avant son concert au Canet.

 

 

tapis rouge.jpg

 

EXTRAIT