Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14.02.2009

14 Février 2009: Le Soleil

Article paru au Quebec suite à la sortie de l'album l'age d'horizon au Canada

 

Serge Lama : d'or et d'horizons

 

47679.jpg

 

Sur son nouveau disque, Serge Lama chante la fin de la vie, mais aussi la mort de la culture, cannibalisée par l'image et la rapidité

 

 

Valérie Lesage
Le Soleil

(Québec) Serge Lama souffle 66 bougies le jour de l'entrevue, mercredi 11 février. Il vit désormais dans L'âge d'horizons, celui qui a donné son titre au nouvel album, attendu chez nous mardi prochain. Les horizons, c'est une jolie façon de regarder la vie, même si à l'âge d'or, il en reste moins devant que derrière. Derrière, le chanteur n'y retournerait pas forcément.

«L'âge de raison n'est pas un bon âge. On est obligé de composer avec la vie, on a pris cons-cience que l'âge de déraison de la jeunesse ne peut plus continuer. À l'âge d'horizons, on entre dans une liberté nouvelle parce qu'on n'a plus rien à perdre. C'est un nouvel âge de déraison d'une certaine manière. Il y a de la liberté dans l'air!»

Serge Lama offre ses premières nouvelles chansons depuis sept ans, en abordant les thèmes qui lui sont chers, comme les amours brisées, les airs coquins et la mort qui vient. Quand il chante «qu'il arrive à l'heure où le bonheur n'est qu'un slogan» et «que sa vie s'éloigne à vue de deuils», on a tendance à penser que la tristesse dans ses paroles est inhérente au temps qui passe trop vite.

«Mais j'ai écrit des chansons qui disaient ça à 25 ans. J'ai toujours été comme ça. Dès que j'écris des chansons tristes, les gens ont l'impression que je suis démoralisé, mais j'ai toujours été comme ça; à 15 ans c'était déjà dans mon caractère», dit-il.

Évidemment, le grave accident de voiture qui a brisé son corps et tué son premier amour en 1965 a pu accentuer la présence de la mort dans son esprit. Mais, précise-t-il, le drame a aussi relancé sa force de vie.

«Ce n'est jamais noir ou blanc dans la catastrophe. Dans la victoire, il y a la défaite et dans la défaite, il y a la victoire. Et parfois, il y a plus d'enseignements dans une défaite, car elle vous prépare à la victoire.»

Sur son nouveau disque, Serge Lama chante la fin de la vie, mais aussi la mort de la culture, cannibalisée par l'image et la rapidité. «Le dictionnaire perd ses mots/Les anciens livres se suicident/Les bibliothèques se vident/On redevient des animaux.»

Se peut-il que l'homme, quand il avance en âge, ne voit toujours dans la jeunesse que son ignorance? «À toutes les époques, on se dit c'était mieux avant parce que c'était sa jeunesse. Mais depuis la moitié du XIXe siècle, le changement se fait en permanence et on n'a jamais vu les choses changer à une telle vitesse. Les gens n'ont pas le temps de tout apprendre, donc ils n'ont plus le temps d'apprendre le passé. On tue le passé et un monde sans passé n'a plus d'avenir. Je ne rigole pas, les jeunes ne savent plus si c'était César ou Napoléon en premier. On va vers une inculture générale que je n'ai jamais vue depuis que je suis né.»

Serge Lama, qui manie la plume avec une admirable verve poétique, s'inquiète de l'évolution du vocabulaire, qui rétrécit, qui se perd dans des mots courts, dans l'imprécision, dans le grosso modo.

«L'appauvrissement de la lan-gue est un appauvrissement de l'âme aussi», dit-il.

Celle de Serge Lama brille comme la richesse car il la polit depuis tout petit. Bien avant la chanson et la scène, il a trouvé dans les mots la motivation de sa vie. Après avoir longuement pris le temps d'écrire, il reprend la route des concerts en mars, pendant quelques semaines, et puis pendant des mois à l'automne.

«Je suis plus à l'aise sur scène que chez moi. Je suis maladroit dans la vie et à l'aise sur scène. Quand je suis bien dans mon corps, quand je suis dans un état de grâce ? ça peut durer une demi-heure ?, c'est une sensation extraordinaire», raconte-t-il d'une voix qui s'adoucit, qui se fait rêveuse.

Si tout va bien, Serge Lama souhaite venir chanter au Québec en 2010. Comme il a été «élu» ici avant la France, le public d'ici lui rappelle des souvenirs heureux.

«C'est mon corps qui décidera de ce qui arrive. Il ne fait plus tout ce que je veux, mais tant qu'il tiendra, j'essaierai de tenir les rênes et de réaliser mes promesses.»

 

14 février 2009 : Ca donne envie

NIKOS.jpgLe 14 février 2009, Serge Lama est l'invité sur LCI de Nikos Aliagas dans son émission CA DONNE ENVIE. Diffusion à 11h30 et 15h30. Rediffusion le dimanche 15 à 13h30. lci.jpeg

12.02.2009

12 février 2009 : France Bleue

 

serge lama

 

Le 12 février 2009, Serge Lama est l'invité de ELodie SUIGO et de Denis FAROUD de 13h00 à 13h30 dans leur émission FRANCE BLEUE MIDI à l'occasion de la sortie du coffret collector l'âge d'horizon.

 

serge lama

 

serge lama

 

 

EXRAIT DE L'EMISSION

podcast

 

11.02.2009

11 février 2009 : La compil - France Bleu

 

serge lama

 

Le 11 février 2009, Serge Lama est l'invité d'Evelyne ADAM sur France Bleu dans son émission "LA COMPIL".

 

EXTRAIT

podcast

 

11 février 2009 : Europe 1

 

europe1-7.jpg

 

Le 11 février 2009, Serge Lama est l'invité d'Olivier Fogiel sur Europe 1 dans Y'EN AURA POUR TOUT LE MONDE.

 

fogiel.jpg

 

EXTRAIT

podcast

 

 

09.02.2009

9 février 2009 : CD + DVD de l'Age d'Horizons

Le 9 février 2009, sortie d'une nouvelle version de l'album L'AGE D'HORIZONS en édition collector CD + DVD.  La chanson Victor Hugo s'ajoute à l'album.

Presse-papiers-9.jpg

 

- D'ou qu'on parte

- J'espère

- Les hommes et les femmes

- Les filles d'Abraham

- Une histoire de rien

- Grosso modo

- J'arrive à l'heure ( le cocotier)

- Accident d'amour

- Alors que l'on s'est tant aimés

- Que viva Vvaldi

– Socrate

- Vertbaudrimlaine ( chanté avec Gelisdéa Tomassi)

- La lampe à pétrole

- Objets hétéroclites (tu te fais l'amour)

- Cathy (chantée avec Marie christophe)

- L'âge d'horizons.

 

Paroles de la chanson "Victor Hugo"

Victor Hugo

Victor Hugo
Qui prônait la famille
Aimait que les p'tit's bonnes se dévêtent pour lui
Victor Hugo
Leur disait « sois gentille
Laisse-moi fair' ton croquis »

Faut dire que les p'tit's bonnes
Bien qu'ell's ne fussent pas
Sorties de la Sorbonne
Avaient d'autres appâts
Et bien qu'encor' jeunettes
Ell's avaient des envies
Que les mots du poète
Apprivoisaient la nuit
Est-ce un blasphème ?

Victor Hugo
D'l'Académie française
Aimait que les p'tit's bonn's s'assoient sur ses genoux
Victor Hugo
Aimait croquer la fraise
De leurs seins suaves et doux

Alors les petit's bonnes
Prenaient la position
Qu'exigeait le grand homme
Et son inspiration
Et c'est en tenue d'Eve
Avec leurs corps en fleur
Qu'elles réveillaient la sève
Endormie du penseur
Est-ce un blasphème ?

Victor Hugo
Romancier prolifique
Avait bien avant l'heure inventé « Lolita »
Victor Hugo
Avare et tyrannique
Aimait les fruits délicats

Alors les petit's bonnes
Dévoilaient bout par bout
Leur aimable personne
Contre de petits sous
Et c'était en cachette
Qu'le vieux faune amoureux
Incitait les nymphettes
À ranimer son feu
Est-ce un Blasphème ?

Victor Hugo
Qui était pair de France
Et qui pour ses enfants conçu de si beaux vers
Victor Hugo
Avait en alternance
Un autre art d'être grand-père

Texte Serge LAMA
Musique : Sergio TOMASSI

08.02.2009

8 février 2009 : Le magazine du week-end - 98,5 Montréal

98,5.jpg

 

Serge lama est en direct au téléphone pour répondre aux questions de Jasmin Roy et présenter l'album l’âge d’horizon.

98,5 1.jpg

 

EXTRAIT AUDIO

podcast

 

07.02.2009

7 février 2009 : Cyberpresse.ca

 Presse canadienne, sortie de l'album feuille à feuille

 

Article de Marie-Christine BLAIS

 

 

En novembre, Serge Lama a lancé en France un nouvel album, L'âge d'horizons, qui sera offert ici à compter du 17 février. Un disque aux textes magnifiques, où Lama et ses 65 ans assumés s'enivrent de femmes, de poésie, de volupté... et de mort.

«Je suis malade de l'écriture, j'écris tout le temps», explique d'emblée Serge Lama au bout du fil quand on lui demande combien d'heures il peut bien écrire par jour pour ainsi ciseler d'aussi beaux textes. Que ce soit pour parler d'une passion toute physique (Une histoire de rien), de crime passionnel (Accident d'amour), de jouets sexuels (Objets hétéroclites), d'amour à trois (Que viva Vivaldi), de Socrate et de son amour pour les petits garçons (Socrate), du conflit israélo-palestinien (Les filles d'Abraham), des hommes et des femmes (très joyeuse et intitulée... Les hommes et les femmes!) - qui est d'ailleurs le premier extrait et vidéo du disque (sur YouTube) -, tous les sujets se prêtent à son talent d'auteur de chansons «à texte populaire», ce qui n'est pas une mince affaire.

Il est aussi beaucoup question de la mort et de la déchéance dans les 16 chansons de L'âge d'horizons. C'est le cas de D'où qu'on parte, qui ouvre l'album avec panache et fatalisme: «Avance/vieux foetus/Du berceau à la gloire/de la gloire à l'humus» ! Tout est dit en quelques mots: «C'est d'ailleurs à partir de cette phrase que la chanson s'est construite, mais j'avoue que, dans cette chanson en particulier, on peut s'arrêter à toutes les deux phrases et y trouver quelque chose», explique Lama, sans fausse modestie - car il a raison.

Ça ne fait pas de l'album un disque lourd pour autant, puisque certains morceaux ont des allures de comptines (Verbaudrimlaine) ou des arrangements très tendres (La lampe à pétrole, dédiée à Brassens et à sa grand-mère), sans oublier les chansons plus légères, rigolotes, qui seront évidemment celles qui tourneront davantage à la radio.

Mais, comme sur la plupart des albums de Lama, ce sont les chansons avec un propos moins guilleret qui frappent fort. Le cas de Grosso modo est à cet égard révélateur («Dieu est mort, Sartre aussi d'ailleurs/Heidegger et nihiNietzche/Cette philisophaille kitsch/Qui a plus de tête que de coeur»). «C'est très à la mode de parler d'écologie - et avec raison, c'est une grande préoccupation. Mais je trouve qu'il y a une «déculturisation» extrême, et pas juste dans les forêts. C'est aussi vrai dans les cerveaux. On est en train de perdre la culture du passé, les métiers, l'histoire, la culture... Les enfants français ne savent plus qui est Louis XIV ou ce qu'est l'Antiquité - ils ne savent d'ailleurs pas si Louis XIV, c'était avant ou après l'Antiquité. J'ai donc essayé de faire une chanson qui part de l'écologie «naturelle», si je puis dire, pour parler ensuite d'une écologie plus intellectuelle.»

Toujours prêt à écrire, il a notamment signé un morceau (J'en veux) du récent album de Bruno Pelletier sur une musique de Daniel Lavoie: «C'est Daniel qui m'a demandé s'il pouvait la lui proposer et moi, j'ai tellement de chansons, c'est pas un problème, ça me fait toujours plaisir qu'une de mes chansons vive en dehors des cartons et des oubliettes!»

Lama devrait venir au Québec dans un an. Si son instinct le lui conseille: «On fait beaucoup un métier d'instinct. Je pense que les artistes qui font une grande carrière sont plus instinctifs qu'intelligents. C'est l'intelligence qui est plutôt un handicap, c'est elle qui fait hésiter, alors que l'instinct prend des décisions, décisions que l'intelligence rejette. Alors, il faut toujours se battre entre les deux. Car plus on vieillit, plus on est intelligent: l'intelligence, c'est comme l'huile, elle remonte toujours au-dessus de l'eau», conclut-il en riant.

06.02.2009

6 Février 2009: Là où je t'emmenerai

Petits spots diffusés sur TF1 dans lesquels des personnalités présentaient un lieu qu'elles souhaitaient  voir préserver.

Serge Lama a souhaité présenter l'île des pins en Nouvelle Calédonie.

 

06/02/2009 : c’est bien meilleur le matin – 1ère chaîne de radio-canada

matin.png

 

Interview téléphonique pour la sortie de l'album L'âge d'horizon au Canada.

130823_ll1zo_cbmlm-derniere_sn635.jpg

 

EXTRAIT DE L'EMISSION


podcast