Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20.11.2009

21 novembre 2003 : 20h10 pétantes

medium_20h10.jpgLe 20 novembre 2003 après-midi, Serge Lama enregistre dans les studios de Boulogne Billancourt l'émission présentée par Stéphane BERN "20h10 pétantes". L'émission sera diffusée le lendemain à 20h10 sur la chaîne Canal +.

 

serge lama

 

 

 

 

 

Voici la Chronique de Stéphane Guillon

 

 

16.11.2009

16 Novembre 2003: Vivement Dimanche Patrick Sébastien

Pour ce vivement dimanche spécial Patrick Sébastien, étaient présent sur le plateau, Salvatore Adamo, Serge Lama, Le père Gilbert,Pierre Tchernia, Guy Savoy, Philippe Saint André, René Coll, Shirley et Dino

Capture.PNG

 

1046937--serge-lama-et-salvatore-adamo-a-l-620x0-1.jpg

 

 

vivementdimanche12novembre2003adamolama.JPG

Photo D.R.

 Serge Lama avait interprété "Je suis malade" en duo virtuel avec Dalida.

Capture 5.PNG

 

 

15.11.2009

15 novembre 2003 : la chanson numéro 1

serge lama

Le 15 novembre 2003 à 20h50 sur France 2, Serge Lama est l'invité de Daniela Lumbroso dans l'émission en direct "La chanson numéro 1". L'émission propose de classer les meilleurs chansons de l'artiste.

 

serge lama

 

serge lama

serge lama

 

VOICI DES EXTRAITS

 

Au cours de l'émission Serge a repris et modifié une chanson de Lara Fabian

"Je t'aime" qu'il lui a dédié.

 

Florent Pagny qui interprète "D'aventure en aventure"

 

Le "15 juillet à cinq heure" en duo avec Lena Ka

 

"Mon ami mon maître" par Patrick Fiori

 

Hors concours "Une petite cantate" de Barbara en duo avec Marie Paule Belle.

 

Serge Lama qui interprète "La chanteuse à 20 ans"

 

En duo avec les sweet génétation "Je t'aime à la folie"

 

La chanson numéro 1, sans surprise a été "Je suis malade"

Mais le résultat final n'avait pas été diffusé à l’antenne, l'émission ayant débordé de son créneau horaire a été subitement coupée. 

 

 

11.11.2009

11 Novembre 2003: La libre Belgique

pict_44342.jpgInterview de Serge lama au moment de la sortie de l'album Pluriel

 

Serge Lama: «Je suis un nouveau chanteur»

OLIVIER MOUTON

Mis en ligne le 11/11/2003

A soixante ans, le Bordelais se sent plus libre que jamais. Et plus rigoureux... Il sort un album de duo avec des femmes en guise d'hommage et de récréation. L'homme est disert, évoque son métier et dévoile sa personnalité. Sans fard.

Le cadre, c'est l'hôtel Amigo où descendent la plupart des grands noms de la chanson, française. Un décor stylé à deux pas de la Grand-Place. Un lieu de mémoire pour ceux qui sont venus en tournée à de nombreuses reprises. Serge Lama est de ceux-là. Cette fois, il vient présenter un nouvel album, une série de duos avec des femmes: Lara Fabian, Marie-Paule Belle, Enzo Enzo, Isabelle Boulay, Annie Girardot... et Dalida.

Avez-vous une affection particulière pour la Belgique?

Honnêtement, oui. En fait, j'ai une affection particulière pour vous comme pour les Suisses ou pour les Québecois. On sent qu'il y a une affection particulière pour la chanson française parce que vous avez une identité à défendre. Les Français, avec leur prétention de coq gaulois, ne se rendent pas comptent que leur langue est en train de s'appauvrir.

En outre, ici, j'ai un succès formidable. J'ai toujours été bien reçu. Il y a une spontanéité chez vous qu'il n'y a pas dans toutes les régions de France.

La langue est un matériau important pour vous?

Bien sûr. Et je m'inquiète parce que, de plus en plus, les phrases deviennent des mots que l'on met les uns derrière les autres. Cela me fait de la peine, moi qui suis un grand mangeur de langue française, particulièrement d'anthologies poétiques.

Quels sont les auteurs qui vous ont nourri?

Tchekhov, dans les Russes, même si on perd beaucoup à la traduction. En ce qui concerne la poésie, je mets Baudelaire en tête devant Rimbaud. J'aime Hugo, Musset. Même des auteurs dits mineurs comme Théodore de Banville ou Théophile Gauthier m'enchantent. Je suis plus un homme de vers qu'un homme de prose.

Parlons de votre nouvel album. Douze anciennes chansons pour une véritable recréation...

C'est marrant parce que dans «recréation», il y a «récréation». Nous sommes des «récréateurs», nous sommes là pour faire rêver, pleurer ou rire. C'est un disque de variétés au service des femmes. Ma vie a été entourée de femmes. Elles m'ont beaucoup apporté, même quand elles ont été des rivales sur le plan de la dualité entre l'homme et la femme. Ma mère, par exemple... Cette bataille entre nous a donné plusieurs chansons.

Moi, je voulais faire un duo avec Dalida. Ma maison de disques a proposé d'élargir cela à d'autres duos. A travers eux, j'ai pu rendre des hommages à des femmes disparues comme Dalida mais aussi Barbara, qui m'a imposé dans mon premier music-hall à Bobino avec une affiche incroyable, ou encore la pianiste de Barbara, qui était ma fiancée, décédée lors de mon accident de voiture.

Vous avez eu soixante ans en février dernier. Etait-ce le moment de rendre ces hommages?

J'ai eu un sentiment de liberté lorsque j'ai fêté mes soixante ans à Bercy. C'était comme si j'avais un «vingt ans différent». Je suis au début de la fin de ma vie. Et j'ai acquis ma liberté. A vingt ans, je n'étais pas libre parce que j'étais contraint de réussir...

Vous vous êtes forcé à réussir...

Pour moi, si je n'avais pas réussi, c'est comme si on m'avait enlevé l'oxygène. Mon père n'avait pas réussi, moi j'étais contraint de réussir. Il y avait une force en marche tendue vers cet objectif: être en haut de l'affiche, écrire de bonnes chansons, faire sa place dans le monde... Je n'étais pas libre! Ensuite, la gloire m'est tombée dessus. Pendant vingt ans, j'en ai été l'esclave.

Vous l'avez ressenti comme ça?

Quand même, oui. Vous semblez indispensable à tout le monde, on vous supplie sans cesse... Tout ça est fini. Je vis une nouvelle jeunesse.

Ce duo virtuel avec Dalida, «Je suis malade», représente beaucoup pour vous.

Je ne suis pas certain que «Je suis malade» serait devenu ce qu'il est devenu si Dalida ne l'avait pas chanté. Mon disque est sorti en 1972. Ce sont les «Petites dames de Pigalle» qui ont été balancées dans les radios. Dalida m'a demandé si elle pouvait l'enregistrer et les radios ont enfin suivi. Cette chanson a pris une place considérable. Techniquement, le temps était venu d'enregistrer un tel duo.

Vous en parlez avec émotion. Mais il y a quelques années, on aurait trouvé «curieux» de ressusciter une personne défunte...

Il faut vivre avec son époque et celle-ci a quelque chose d'exceptionnel: pour la première fois, les chanteurs vont devenir des gens qui passent les époques, comme les écrivains. Dassin est toujours vivant comme Balavoine, Brel, Piaf... C'était impensable avant.

Cela vous donne-t-il un sentiment d'éternité?

Il y a une postérité possible qui était impensable avant. Et il est merveilleux de pouvoir rendre hommage à ceux qui nous ont précédés. Tous les chanteurs en pleine force de l'âge devraient enregistrer un vidéo-disque avec des chanteurs disparus pour montrer cette pérennité. Cela réconcilierait les générations, aussi.

Avez-vous l'impression d'être lié à une génération?

J'ai plutôt le sentiment d'être intemporel dans mes compositions. Les chansons qui restent sont souvent celles qui se situent hors de la mode. Gainsbourg, qui était un grand novateur, avait une écriture très classique. «La Javanaise», c'est écrit comme du Baudelaire. Et qu'est-ce qui fait durer une chanson? C'est le texte.

Aujourd'hui, on ne retrouve une telle qualité d'écriture que dans le rap, MC Solar en tête. En revanche, les rappers ont perdu la mélodie. Qu'est-ce qu'une chanson? C'est une histoire d'amour entre trois notes et trois mots. «Mais d'aventure en aventure, de train en train, de port en port...» C'est aussi simple que ça. Et l'interprète que je suis devenu aujourd'hui peut utiliser le même matériel qu'il y a vingt-cinq ans.

En quoi votre interprétation a-t-elle changé?

J'ai apporté l'expérience d'un homme qui a fait du théâtre, qui a appris à jouer la comédie. Je sors des choses que j'aurais été incapable de sortir à 30 ans. En revanche, à l'époque, j'étais plus explosif...

Êtes-vous devenu plus sage?

Plus rigoureux. J'ai compris mes textes, d'une certaine façon. Je suis un nouveau chanteur. Je me suis renouvelé par d'autres disciplines comme ils le font dès le départ à la «Star Academy». On n'apprend pas à devenir star, c'est le mauvais côté de cette émission. Mais le bon côté, c'est de montrer qu'il y a tout ce travail à faire.

On vous connaît pour des chansons guillerettes. Mais la majorité des chansons sont tristes...

C'est le reflet de ma double personnalité. La partie émergée de l'iceberg, c'est le côté music-hall hérité de mon père. J'ai vu chanter Maurice Chevalier, j'ai ça en moi. Mais c'est 10 % de mon répertoire. On me voit comme quelqu'un de disert, qui s'exprime, mais on ne se rend pas compte que je suis foncièrement un tragique. Dans ma vie, j'ai été marqué par plusieurs tragédies.

Vous avez une autre dualité au fond de votre personnalité: homme/ femme.

Mon écriture est féminine, c'est sûr! Je ne suis pas un baroudeur. J'ai curieusement la même féminité qu'un Depardieu. Nous faisons un métier typiquement féminin de séduction. Même Brel, qui s'en défendait, n'aurait pas pu chanter l'amour comme il le faisait sans cette part féminine.

CD «Pluri-elles», Warner.

© La Libre Belgique 2003

10.11.2009

10 novembre 2003 : la tête dans les étoiles

 

serge lama

 

Le 10 novembre 2003, Serge Lama est l'invité sur RTL de Laurent Boyer dans l'émission la tête dans les étoiles à l'occasion de la sortie de l'album pluri'elles.

 

medium_boyer.jpg

 

EXTRAIT

podcast

 

07.11.2009

7 novembre 2003 : on connaît la musique – Europe 1

musique.jpg

 

Le 7 novembre 2003, Serge lama est l'invité de Thierry Lecamp dans l'émission, on connaît la musique, pour présenter son album Plurielles.

 

EXTRAIT

podcast

 

05.11.2009

5 novembre 2003 : le journal people – Europe 1

3.png

Courte interview de Serge Lama par Guillaume Durand et Laurent Delpech dans le journal people du 5 novembre 2003 pour la sortie de l’album pluri’elles.

 

4.jpg

5.jpg

 

 

REPLAY

podcast

 

03.11.2009

3 novembre 2003 : Le fou du roi - France Inter

7.png

Serge Lama est l'invité de l'émission Le fou du roi le 3 novembre 2003 à l'occasion de la sortie de l'album Pluri'elles.

 

EXTRAIT AUDIO

podcast

 

3 Novembre 2003:CD d'Aujourd'hui

Capture.PNG

CD d'aujourd'hui était une émission de France 2 de très courte durée (moins de 2 mn) qui présentait chaque jour une nouveauté sortie en CD. Le spot était diffusé 3 fois dans la journée .

cd d'aujourd'hui.jpg

Le 3 Novembre 2003 c'est l'album "Pluriel" de Serge Lama qui était mis en valeur .

1072768740.jpg

01.11.2009

Novembre 2003: Album plurielles

numérisation0021.jpg

Cet album est un album de Duo entre Serge et des interprètes féminines.

 

Je voudrais tant que tu sois là avec Annie Girardot

Les ballons rouges avec Lara Fabian

Le 15 Juillet à 5 heures avec Lena Ka

L'enfant d'un autre avec Lynda Lemay

Je suis malade avec Dalida

Une île avec Anggun

Une petite cantate avec Marie paule Belle

Quand on revient de là avec Isabelle Boulay

Femme, femme, femme avec les L5

D'aventures en aventures avec Enzo Enzo

Les poêtes avec Lorie

je t'aime à la folie avec la Sweet Génération

 

 

Clip du duo virtuel avec Dalida


Serge Lama et Dalida Je Suis Malade par vieuxsnock