Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01.11.2015

1 Novembre 2017:l'avenir.net

Capture.PNG

«Je débute depuis l’âge de 21 ans. J’ai toujours la peur au ventre»

 

Serge Lama s’apprête à prendre la route une nouvelle fois, pour une nouvelle tournée. Et il demande à avancer l’interview, parce que juste après: «J’ai rendez-vous chez mon laryngologue, il va vérifier le matos avant la tournée».

C’est très sérieux votre truc…

Pourtant, je n’ai jamais trop travaillé ma voix. Contrairement à mon père, qui était chanteur lyrique. Je l’entendais faire ses vocalises. Il était toujours très étonné, il me disait «Mais toi tu peux sortir du lit et aller directement chanter sur scène comment tu fais?» C’est sans doute de t’avoir écouté, j’ai pris tous tes trucs! J’ai toujours fait ça avant de partir en représentation. Parce que la scène, c’est une représentation de l’individu, on est sublimé à certains moments, excessif, c’est une autre représentation de soi.

En quoi le Serge Lama sur scène est différent de vous? Il est moins réservé?

Oui, surtout à une époque, j’étais plutôt dans l’excès, pas toujours équilibré dans la manière d’interpréter un texte. Et puis en 1995, j’ai joué au théâtre et dans une comédie musicale. Là, j’ai appris à respecter l’auteur. Et je me suis dit que ça pouvait aussi me servir dans mon tour de chant. J’ai redécouvert d’anciennes chansons.

Votre album est sorti il y a tout juste un an. Comment vivez-vous avec lui?

Bien! Il est réédité avec cinq titres en plus, dont Je débute qui est le nom de ma tournée. Je débute depuis l’âge de 21 ans, j’ai toujours la peur au ventre, ça n’est pas passé. C’est comme un boxeur qui monte sur le ring pour remettre son titre en jeu. Et c’est un jeu dangereux parce que les modes passent, et de plus en plus vite. On peut vite se faire balayer, il faut rester vigilant.

C’est pour ça que vous avez fait appel à des compositeurs très différents pour cet album?

J’ai surtout eu la chance qu’un ou deux disent oui au départ et ça a emballé la suite. Je pense que si Francis Cabrel ou Julien Clerc avaient dit non, les autres compositeurs n’auraient peut-être pas suivi. Mais ça n’a pas été le cas, j’étais très étonné. Calogero, c’est lui qui m’a appelé… C’était un travail passionnant avec toutes ces musiques loin de mon univers.

Pourquoi?

Vous savez, la chanson à l’ancienne disparaît, la chanson telle que je la pratique. C’est l’évolution, c’est comme ça. Quelqu’un comme Stromae a créé quelque chose, ses chansons ont trois leviers: il y a le texte, la musique, et, visuellement, ça amène à l’art. Les chansons deviendront des triptyques avec peu de mots.

Vous avez contacté plein de gens pour cet album, pourquoi pas lui?

Je pense qu’il n’a pas le temps de s’occuper de moi. Et puis, ce n’est pas à mon âge que je vais faire la révolution. Il y a un chemin qui est le vôtre, auquel on vous reconnaît. Ce n’est pas à 74 ans que je vais changer ça.

Un peu avant l’album, vous avez publié un livre avec l’intégrale de vos chansons. Qu’est-ce que vous avez retenu de cette démarche de compilation?

Ça a eu beaucoup de succès, c’est étonnant. Il y a des chansons et des explications. On est heureux quand on est reconnu dans quelqu’un chose où on n’est pas attendu.

Le point commun, c’est le plaisir d’écrire?

La chanson est une toute petite chose, ça reste un art mineur. Même si ça doit être bien fait et que pour ça, ça demande de beaucoup travailler. Ce n’est pas à comparer à de grands auteurs ou de grands poètes…

Mais le fait que Bob Dylan ait reçu le Nobel de littérature…

C’est une belle reconnaissance pour nous auteurs.

30.10.2015

30 Octobre 2017: L'avenir.net

Serge Lama chantait en Belgique les 9 et 11 Novembre 2017

Capture.PNG

«Chez vous, il y a toujours de la bienveillance

Serge lama confie que la scène l’angoisse, «J’ai toujours peur de foirer quelque chose», dit-il. Mais aussi beaucoup de plaisir: «Quand même, je ne suis pas maso!

Je fais tout ça pour atteindre l’adrénaline miraculeuse, ce moment de grâce sur scène… Je chante environ 25 chansons tous les soirs, elles ne varient pas beaucoup. Mais physiquement, avec l’accident que j’ai eu, c’est très lourd, je traîne ma jambe depuis 52 ans! J’ai toujours masqué ça, mais ça devient difficile, maintenant, c’est la jambe droite qui en a marre…»

Cette tournée passera quatre soirs par la Belgique, où il est venu souvent et où il revient avec plaisir. «Je crois qu’avec la Suisse, c’est un des pays que j’ai le plus visité. J’ai cette chance-là.»

Ce qu’il a de particulier le public belge? «Il est là pour accueillir, pas pour juger. À Paris c’est plutôt, on va voir ce que ça donne, il y a toujours un petit arrière-goût de critique, il faut toujours prouver quelque chose. Chez vous, il y a toujours de la bienveillance, même quand c’est un peu moins bien. On a besoin de bienveillance, de politesse. On a besoin de toutes petites choses comme ça.»

«Où sont passés nos rêves», Warner. En concert au PBA de Charleroi le 9/11, au Forum de Liège le 10/11. Le 19/01 au Théâtre royal de Mons, le 20/01 à l’Aula Magna, LLN.

27.10.2015

27 Octobre 2017: 300 coeurs chantent les grands airs lyriques

Vendredi 27 Octobre 2017 sur France 3 , Serge Lama participait à cette émission en interprétant "Marie la Polonaise"

phototele-898169.jpg

phototele-898167.jpgD

Scan.jpg

télé Z du 21 au 27 octobre 2017

 

26.10.2015

26 Octobre 2017:Concert à Tours

Serge Lama se produisait à Tours le 26 Octobre 2017 dans la salle du Vinci

Centre_congres_vinci.jpg

Voici un compte rendu publié dans info Tours.fr

Lien vers la page d'info Tours

Après avoir fêté ses 70 ans et ses 50 ans de carrière en 2013, et après un nouvel album (Où sont passés nos rêves) Serge Lama reprend la route avec une tournée qui débutait ce jeudi au Vinci à Tours.

Serge Lama nous a ainsi fait découvrir les pépites de son nouvel album mais également les plus grands standards qui ont jalonné sa carrière hors du commun..

Entouré de ses fidèles musiciens, sous la baguette de Sergio Thomassi, Serge Lama pendant 2 heures alterner entre cinq nouvelles chansons et ses anciens succès réorchestrés, tel que Les ballons rouges et Vivre tout seul(Bird on the wire).

Devant une salle pleine d'un public tout acquis, qui reprend la plupart de ses anciens standards et qui en redemande encore et encore, Serge Lama termine son récital avec l'incontournable Je suis malade. Pendant de longues minutes le public debout réclamera son retour sur scène et vêtu d'un peignoir rouge Serge Lama reviendra seul pour chanter L'arbre de Noël..

Roger Pichot

 

Sans titre-1.jpg

Photo offerte par Monsieur Roger Pichot

 

26 octobre 2017 : 13 H - TF1

13h__027215800_1021_06082012.jpeg

 

Dans le journal du 26 octobre 2017, présentation d'un  reportage sur le démarrage de la tournée "Je débute" lors des représentations au Pin Galant de Mérignac les 20 et 21 octobre 2017.

 

24.10.2015

24 octobre 2017 : Ouest France - Rennes

4.png

1725392036.3.png

471283652.3.png

561454708.3.png

LIRE

 

20.10.2015

20 et 21 Octobre 2017:Le pin Galant

Les 20 et 21 Octobre 2017 Serge Lama chantait à Mérignac tout près de Bordeaux.

Scan0001.jpg

Scan0004.jpg

Scan.jpg

IMG_2575 [640x480].jpg

IMG-20171022-WA0000.jpg

 

Les glycines en rappel à capella

 

 

20 octobre 2017 : France bleu

2.png

A l'occasion du passage de Serge Lama au Pin Galant de Mérignac, deux passages sur France bleu Gironde.

 

Dans Confidence d'artistes 


REPLAY

 

Dans ça s'est passé du côté de chez vous, Serge lama est interrogé en direct depuis sa loge du Pin Galant

REPLAY

 

 

20 Octobre 2017:CNEWS Matin

Serge Lama en concert les 20 et 21 Octobre 2017 au Pin Roland à Merignac.

Capture.PNG

Retour au bercail pour Serge Lama à Bordeaux

Né ici à Bordeaux, Serge Lama reste fidèle à ses attaches. Mais son passage ce week-end au Pin Galant de Mérignac a d’autant plus de sens qu’il vient de consacrer une chanson à « Bordeaux ». Enfin !

 

« Quand naissent les “je me rappelle” / On revient toujours d’où l’on vient ». Retour à la case Bordeaux pour l’une des plus grandes voix et des plus grandes plumes de la chanson française. Une ville qu’il a peu connue jeune – il l’a quittée à 7 ans – mais qu’il a tout de même fréquenté plus souvent qu’à son tour. « C’est un dessin d’enfance », « c’est la main de ma mère » qu’il redécouvre sans cesse : « T’as changé ma rebelle / T’es belle avec tes nouveaux quais. »

L’hommage ira sans doute au cœur des Bordelais présents au Pin Galant (il reste encore quelques places) où il s’installe pour deux soirs, ce soir et demain. Avec les chansons de son dernier album « Où sont passés nos rêves », aux musiques signées Cabrel, Obispo, Bénabar, Adamo, Bruel, Le Forestier, Calogero, Julien Clerc ou encore Christophe Maé, et aussi avec les incontournables de sa carrière, des « P’tites Femmes de Pigalle » à « Je suis malade » via « D’aventures en aventures. »

Sa fidélité alors qu’il pourrait viser beaucoup plus grand, la salle de Mérignac la doit à la médiocrité de la Patinoire, confiait-il à nos amis de « Sud Ouest Dimanche ». Mais pour ceux qui ne pourraient le voir ce week-end, Serge Lama va s’essayer au nouvel Arena de Floirac, le 3 mars prochain (53-60€). •

SLJ

19.10.2015

19 octobre 2017 : La nouvelle République

3.png

Serge Lama en concert à Tours

Jeudi prochain, Serge Lama sera sur la scène du Vinci. L’interprète de “ Je suis malade ” parle à la NR de son amour de la scène, son trac, son tour de chant.

Les immenses succès de Serge Lama font référence : « D’aventures en aventures », « Je suis malade », « Femme femme femme », « Le Temps de la rengaine »… Ces tubes que tant d’artistes de la jeune génération aiment reprendre ; ces « Gold », comme les appelle Serge Lama, il les chante encore et toujours. « Après tant d’années de carrière, c’est bien de s’adapter un peu », rigole Serge Lama au téléphone. 
Dans une semaine, le chanteur, le grand parolier sera à Tours pour la cinquième date de sa toute nouvelle tournée qu’il a intitulé « Je débute ». A presque 75 ans, l’artiste se laisse amadouer et parle de ce nouveau « tour de chant », de sa timidité et son étonnement quand « les gens s’intéressent à moi »

Pourquoi avoir appelé votre toute nouvelle tournée « Je débute » ?

« Oui, c’est bizarre, n’est ce pas ? J’ai tant d’années de carrière derrière moi. Mais, à bientôt 75 ans, je me retrouve toujours à débuter à nouveau. J’estime que ce métier est toujours le début d’une nouvelle aventure. Je vais bientôt jouer à la salle Pleyel ; je n’ai jamais fait Pleyel avant. Aujourd’hui, je ne peux plus chanter comme avant. Enchaîner 150 dates, ce n’est plus possible. J’ai des problèmes physiques depuis que j’ai 22 ans (NDLR : Serge Lama a survécu à un terrible accident de voiture) et avec l’âge, ce n’est pas facile. Mais, je suis heureux de faire ce métier. La scène, c’est ma vie. »

Vous ne vous lassez pas de reprendre vos très grands succès sur scène ?

« C’est normal que le public demande des chansons plus anciennes. Quand ils m’entendent les chanter, ça leur rappelle un moment de leur vie, des émotions fortes. Dans mon tour de chant, je fais des chansons anciennes et des plus récentes. La scène sert à faire découvrir de nouvelles compositions. Le disque, c’est un enfermement. On est en studio, on ne sait pas pour qui on chante. C’est tout le contraire de la scène. »


Votre dernier album « Où sont passés nos rêves » a été réalisé en collaboration avec de grands noms de la chanson française. Vous les avez sollicités ?

« J’ai beaucoup de respect pour les compositeurs. Pour ce disque, je me suis entouré des plus grands. J’ai envoyé quelques textes à Cabrel et on a fait des chansons. A Julien (Clerc), je lui ai envoyé un texto pour avoir si ça l’intéressait de faire des musiques pour moi. Il a répondu : “ Bien sûr ”. C’est formidable. »

On a l’impression que ça vous étonne presque qu’ils aient accepté de travailler à vos côtés ?

« Je suis toujours étonné qu’on s’intéresse à moi. On pourrait croire qu’avec mes chansons qui ont beaucoup de force, je sois comme ça dans la vie. Mais non, je suis plus timoré. D’ailleurs, j’ai toujours le trac. Mais par contre, sur scène, je sais exactement ce que je veux, comment construire mon tour de chant. Sur scène, vous êtes le patron. Vous êtes celui que vous voulez être. »

 

17.10.2015

17 Octobre 2017: Presse Océan

Interview parue avant les concerts du 27 et 28 Octobre 2017 donnés à Nantes

 

11389470_006.jpg

16.10.2015

l6 Octobre 2017: Emission sur Laurent Gerra

Une émission sur Laurent Gerra dans laquelle témoignait Serge Lama.

Scan 2.jpg

Petit extrait

13.10.2015

13 Octobre 2017: La nouvelle gazette

"La nouvelle gazette " un journal Belge nous propose une interview de Serge Lama.

 

22384164_10155965250964015_4879291033185895492_o.jpg

LIRE

11.10.2015

11 Octobre 2017:Première date à Courbevoie

La tournée "Je débute" débutait à Courbevoie le 11 Octobre 2017

Scan0001.jpg

Scan0002.jpg

22365708_1520492981370603_8853890037130057675_n.jpg

photo prise  le 11 octobre 2017