Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19.11.2015

19 Novembre 2017: Le républicain lorrain

Même interview que dans le Progrès mais en un peu plus développée .

La Grande Interview Serge Lama : « On m’a remis sur le chemin de la chanson »

Il est l’un des monuments de la chanson française : à 74 ans, après cinquante ans de carrière, Serge Lama repart sur les routes, avec toujours autant de passion et de verve sur le monde qui l’entoure.

photo-dr-yann-orhan-1511036995.jpg

Votre tournée s’appelle « Je débute », comme un recommencement. (1) Comment l’abordez-vous ?

C’est un début comme un autre, sauf que j’ai 74 ans. Plus l’âge avance plus c’est dur, plus on a peur, la peur de celui qui sait. Quand vous êtes jeune, vous avez le trac, mais vous êtes inconscient, quelque part. Là, je sais tous les tenants et les aboutissants : quand on va rentrer sur scène, on va être le torero. Le public n’est pas le taureau, mais d’une certaine manière, on peut être mangé tout cru. Il faut, avec l’énergie qui me reste, arriver à faire quelque chose de cohérent et de fort, et ce n’est pas simple. Mais je le fais parce que j’aime ça, c’est ma raison d’être. La tournée, c’est mon domaine, je suis un homme de contact.

Lorsque vous avez commencé, pensiez-vous fêter un jour vos 50 ans de carrière ?

Je voyais plus à long terme qu’on ne voit aujourd’hui, j’espérais une carrière solide. Mais je ne pensais pas que ça durerait aussi longtemps. Pourquoi on dure c’est inexplicable, c’est fait de tellement de hasards… Ma vie a été faite d’accidents successifs, puis à chaque fois on m’a remis sur le chemin de la chanson et je suis revenu, je suis là, je vais prendre mon courage à la main. Mes valises, je ne les porte plus : c’est l’avantage d’être vieux, maintenant je les porte sous les yeux ! (rire)

À quoi ressemblait le Serge Lama des débuts ?

Je me jouais la comédie de l’ambition : on se persuade soi-même qu’on est plus fort qu’on est, qu’on va réussir, mais au fond de soi, on n’en est pas si sûr que ça. Vous rencontrez des gens aussi . C’était formidable de voir éclore Barbara. Ça m’a appris beaucoup. J’ai vu exactement ce qui se passait autour d’une personne que personne ne regardait la veille, et que tout le monde voulait voir le lendemain. J’ai vu qu’il se passait quelque chose de violent, et qu’il fallait pouvoir l’encaisser. Ça m’a donné une leçon utile pour la suite de mes événements. Bien sûr, il y a eu des orages, [il cite Brel], « Bien sûr nous eûmes des orages, 50 ans d’amour c’est l’amour fol » ! (rire)

Une histoire d’amour avec votre public , en quelque sorte ?

Le public vous stimule, vous apporte le plus qui vous manque dans les moments difficiles, il vous apprend aussi sa vie. Les autres vous disent des choses parfois importantes que vous ne détectez pas, et des erreurs que vous commettez dont vous ne vous rendez pas compte. Au départ de ma carrière, on disait que j’étais un chanteur triste, ce qui est vrai quelque part, c’est pour ça que j’ai écrit des chansons gaies, parce que je voulais un peu égayer. Je ne sais pas si les gens supporteraient d’un mec comme moi toute la soirée que je sois triste.

Comment écrivez-vous  ?

J’écris tout ce qui me vient par la tête, sans idée particulière à l’avance, je suis guidé par les phrases. Je laisse la chanson libre, je suis les méandres de ce que les mots m’emmènent à dire. Après, je refonds, je remets, je reviens. C’est du travail de laboureur. On est « le paysan des mots ». Je coupe sans aucune pitié un couplet qui n’est pas bon. C’est l’expérience, j’ai appris que savoir couper, c’est le grand art de tous les arts, un peintre vous dira la même chose. Quelque part, je ne m’arrête jamais : sur scène, l’interprète corrige encore.

Et quand vous travaillez pour d’autres  interprètes ?

Le plus difficile, c’est d’être en compétition avec soi-même. Si quelqu’un vous demande une chanson, c’est qu’il vous considère comme un auteur, vous avez ça dans la tête, et vous vous dites : « est-ce que ça, c’est d’un grand auteur ? ». C’est une façon de trouver des solutions que de se poser des questions, parce que des fois vous êtes tout seul.

On dirait que vous n’avez toujours pas confiance en vous…

Comme on me dit autour de moi que je me dévalorise, j’essaye de remédier à ce défaut-là. Il faut avoir confiance en soi, par moments, sinon on n’y arrive pas, mais si on a trop confiance, ce n’est pas bon non plus. Cette espèce d’équilibre entre ces deux facteurs-là, c’est toute la lutte d’un chanteur comme moi, pendant toute une vie. C’est pour vous dire qu’arrivé à mon âge, on est fatigué, quand même, de toutes ces luttes !

Auriez-vous pu débuter la musique à notre époque ?

Je n’aimerais pas avoir 20 ans et arriver avec mes chansons. Avec ce que je suis, ce que j’ai envie de faire, le respect que j’ai pour la langue française, les grands auteurs français, les grands livres, les grands faiseurs de chansons… Je serais très mal dans ma peau. Aznavour et moi, on est amoureux fous de cette langue. On aime la manier, l’écrire, la triturer, lui faire cracher ses vérités, ses nuances que toutes les langues n’ont pas. Goldman a terminé sa carrière sur un disque qui s’appelait « Chansons pour les pieds » : maintenant, c’est ce qu’on fait, au fond les paroles ne comptent plus. Beaucoup de jeunes commencent à parler anglais. La langue française, à mon avis, aura disparu d’ici une cinquantaine d’années. La langue anglaise est adoubée par internet, et ça pèse très lourd dans la balance.

Vous pensez que la chanson française est menacée ?

Il y a Christophe Maé, qui écrit des vraies chansons, et Stromae qui est un créateur formidable, il fait des chansons avec un tiers texte, des mots qu’on répète et une idée entre eux. Vincent Delerm, c’est un grand talent, très drôle, très fin. Il a un public très particulier, il n’accède plus à ce qu’on appelle le grand public, et ça me fait un peu mal au cœur. Quand il a essayé de faire un disque populaire, on lui en a presque voulu… Aujourd’hui, il y a un snobisme qui va un peu contre les chansons populaires. Si j’écrivais « Les petites femmes  de Pigalle » ou « Femme, femme, femme », je me ferais jeter comme un malheureux, et je ne sais pas pourquoi.

À l’époque, vous vous étiez défendu de toute misogynie. Diriez-vous que vous êtes féministe ?

Je ne suis pas féministe dans le sens où je trouve que le féminisme a fait beaucoup de mal au féminisme, surtout ces vingt dernières années. Il y avait une époque où c’était nécessaire. Maintenant, c’est la société qu’il faut changer, si on veut une place pour la femme qui est la place qu’elle mérite. Et qu’elle doit avoir parce que c’est la sienne, c’est un être social au même titre que l’homme, à égalité. Il faut une révolution. Et encore, j’espère que les femmes ne seront pas écrasées, parce que dans une révolution, c’est souvent la violence et la force qui triomphent. Et c’est encore les hommes qui ont ça de leur côté. Pour moi, les femmes et les hommes, c’est différent.

Comment voyez-vous la société d’aujourd’hui ?

Il y a ceux qui sont en haut, qui sont très riches et font leurs affaires entre eux, très peu nombreux. Il y a une frange au milieu, qui bosse jusqu’à l’épuisement, et ceux d’en bas, qui n’ont pas de travail. Pour moi, ce n’est même pas politique, c’est un problème philosophique. Il faut repenser la société philosophiquement parlant, que quelqu’un réagisse d’une manière ou d’une autre.

C’est-à-dire ?

On s’aperçoit que la démocratie n’est plus ce qu’elle était. C’est un mot à la con, mais c’est ça. Quand on peut élire Trump par un vote démocratique dans un pays comme l’Amérique, il y a des questions à se poser. Regardez nos élections ! Il [Emmanuel Macron, NDLR] est jeune, il a des idées sûrement. La société ne s’est jamais faite avec des idées de vieux. C’est des jeunes qui font la société, les vieux, ils s’en vont. Je ne suis pas du tout politisé, je ne le connais pas. Mais on aimerait bien qu’il réussisse, parce qu’on se demande ce qui peut se passer après. On a peur pour sa famille, mon fils, les gens que j’aime…

Vous, le grand mélancolique, vous êtes pour le changement ?

On peut difficilement juger son époque quand on a mon âge. Tous les gens que j’ai lus, quand ils arrivent à la fin de leur vie, ils ont toujours l’impression qu’après ce qu’ils ont vécu, ça va être la catastrophe. Forcément, il y aura des problèmes. Il y aura des révolutions, peut-être des guerres, des choses très graves, mais le monde a toujours connu ça et il a continué. Je me dis que ce que je pense n’a pas beaucoup d’importance…

Les fêtes de fin d’année approchent, et vous sortez un conte de Noël (2)

Quand j’ai chanté « L’Arbre de Noël » de mon dernier disque, à mon assistante, elle trouvait ça formidable. Un jour, elle arrive avec cent pages : elle avait écrit un conte ! C’est une chanson que j’avais écrite à 35 ans. Là, je me suis dit que c’était l’âge où je pouvais l’enregistrer. C’est une image : pour moi, les chansons c’est des cadeaux, j’ai passé ma vie à essayer d’offrir des cadeaux aux gens, et c’est pour ça que je suis un arbre de Noël.

(1) Serge Lama est en tournée dans toute la France, depuis octobre et en 2018. (2) Sortie le 9 novembre chez Plon.

Propos recueillis par Léa BUCCI

 

Écrire un commentaire