Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25.07.2009

Jean Marc Argaillot

Une page sur Jean Marc Argaillot dans La Fronde N°68. Il a travaillé des années pour Serge Lama, tout la haut à la poursuite.

Scan0040.jpg

La fronde N°68 Dec 2002

06.07.2009

1977 la fronde n°16 : Yves Gilbert

Dans la fronde n°16 de 1977, Yves Gilbert se confie.

YG_1.JPG
YG_2.JPG
YG_3.JPG
 
 
 

05.07.2009

ETE 1965: Première tournée, Marcel Amont.

Presse-papiers-9.jpg

Première tournée pour Serge Lama qui assure la première partie de Marcel Amont. Marcel Amont connaissait bien Georges Chauvier le papa de Serge tous deux étaient passés par le Conservatoire de Bordeaux.

Cette tournée se terminera tragiquement pour Serge Lama, puisque le 13 Aout la voiture dans laquelle il a pris place fut accidentée.

Marcel Amont se souvient très bien de ce drame , lui qui arriva un des premiers à l'hopital dès la fin de son  concert.

En 2009 dans son livre de souvenirs 'sur le boulevard du temps qui passe ' il écrivait ceci:

"Je fonce à l'hôpital d'aix -en- Provence. J'ai vu là une scène terrible que rien ne pourra jamais me faire oublier. (...)

C'était deux jeunes vies en train de lutter pour ne pas sombrer dans le néant. Des poulies, des bouteilles de sérums et de liquides de toutes sortes, des machines soufflant , pulsant leurs liquides, des tuyaux entrant et sortant de ces jeunes corps martyrisés, couverts de bandelettes comme de pauvres momies. Côte à cote , leurs corps étaient secoués de soubresauts, leurs plaintes se mêlaient au bruit sinistre de cette machinerie de la dernière chance.Le frère d'Enrico n'a pas émergé du coma. Serge s'en est sorti, comme on le sait, au bout de bien des souffrances et à force de volonté farouche"


01.07.2009

Marcel Gobineau

La fronde numero 3: Juillet-Aout 1973


numérisation0029.jpg


 

 

numérisation0028.jpg

01.06.2009

Juin 1989: Pêcheur d'étoiles

Livre-d'Eddy-Marouani.jpg

En 1989, l'impresario de Serge lama publiait ce livre  voici quelques extraits concernant Serge .

Un jour , en 1964,l'envie me vient d'aller voir Brassens répéter à Bobino (...)

Petit, cet immense garçon à l'épi rebelle, qui justement répète à cet instant, Voix grave, puissante, des textes alliant pathétique et gouaille, un vrai fils de Piaf et Chevalier, que l'on va certainement comparer à Jacques Brel (...)

S'il est peu connu du métier, il a déja chanté, tête au plafond, au cabaret l'Ecluse sur les quais , aux cotés d'une autre apprentie vedette, Barbara. Il a même été lauréat des Relais de la chanson de l'Humanité. Ses textes doux amers me frappent d'emblée.(....)

Après son accident, à l'hôpital d'Aix , une infirmière dépasse largement ses horaires pour le soigner. A l'hôpital Saint Antoine, Daisy Brun, attachée de presse de la maison Philips, le fait tout de suite entourer par une dizaine de gens importants du métier, ses futurs supporters. Il la voit de suite en robe blanche à ses côtés.....

Marcel, régisseur du théatre des Capucines et romancier, l'héberge, le soigne, le nourrit. Il pilera des coquilles d'oeuf dans son potage préparé avec affection, pour consolider ses os. (...)

Avec Daisy et son équipe, Marcel Amont, Enrico Macias nous le soutenons en une extraordinaire conspiration amicale. Le métier le reprend . Un compositeur Yves Gilbert est là tous les jours. Ils écrivent des dizaines de chansons. (..)

Debout il est directement engagé à l'Olympia, quatre chansons dans le programme de Nana Mouskouri, Freiné si longtemps, il ne les chante pas, il les crie. Sa maison de disque ne suivant pas je récupère son contrat contre une caisse de champagne!! (...)

Bobino avec Georges Chelon en vedette. Sept chansons que Serge accepte enfin...de chanter. Sept succès!. Je lui avais demandé d'utiliser sa voix, depuis son enfance, il entendait reprocher à son père Georges Chauvier, jeune premier d'opérette de trop "chanter", d'être trop classique. Il la découvre enfin, sa voix toute neuve. Il va s'envoler. Il gagne. (...)

Serge se produit au Don Camillo, il partage son cachet avec Yves Gilbert, son pianiste, ouvre une table au restaurant La Terrasse et y invite tous les gens important de la profession. Tous ses gains sont ainsi réinvestis; il aborde son métier comme peu de personnes le font.

Nous réattaquons bobino en vedette! La salle réalisera la plus petite recette jamais enregistrée (...)

J'organise, chez moi, le 11 Février 1971, une fête d'anniversaire, champagne et caviar pour Serge et maxime le Forestier (ils sont nés à la même date). le sapin de Nôel n'est pas encore déplumé , deux rouleaux enrubannés s'y accrochent! Les garçons intrigués ouvrent , déplient lisent et c'est la farandole: un contrat en vedette, pour chacun d'eux, la saison suivante à l'Olympia. Ils s'en retournent ivres de joie. Tremblement de terre en Septembre: conférence de presse à l'Olympia au cours de laquelle les vedettes de la saison sont annoncées: pas de  Maxime, pas de Serge! A l'Olympia, je m'inquiète, je me révolte. C'est le mur! "Ce théatre est difficile à gérer, c'est chaque fois une bataille navale. Je n'y peux rien , je regrette"

Je pars les larmes aux yeux , et je bouscule dans l'escalier, l'ami, l'ange gardien, le porte- bonheur, Jean Michel Boris avec qui je conclus le fameux Musicorama du 11 Février 1972.

Je dois maintenant informer Serge, lui expliquer la lutte constante de notre métier contre une adversité fantôme, les obstacles qui nous retardent mais que nous franchirons. Il faut tenir, je le console....mais c'est lui qui, de son sourire me console. Il sait la revanche et la victoire proches, les chansons de son prochain album sont encourageantes : Les glycines, l'enfant d'un autre,la chanteuse à vingt ans....(...)

Musicorama, Ambiance surchauffée et pépins en chaine; pépins merveilleux mais pépins quand même. Le public, enthousiaste , refuse de laisser partir ses vedettes. Green et Lejeune dépassent de dix minutes le temps qui leur est imparti. Maxime , qui prévoit six chansons doit en aligner quinze, tour de chant de star. Les Calchakis entrent en scène à 23 heures, et triomphent encore à 23h45.

Serge va t'il commencer après minuit? Les spectateurs resteront ils après le dernier métro?

Un clin d'oeil de réconfort dans ma direction et Serge plonge dans l'arc de lumière. Il nous coupe le souffle. A 1 h du matin, l'enthousiasme du public l'oblige à recommencer l'intégralité de son tour de chant. Rares moments! (...)

Le lendemain la vedette engagée pour quatre semaines refuse les prolongations malgré son succès. Les élections législatives sont proches, elle craint une diminution de l'affluence.(...)

Serge nous demande de foncer, je dois à nouveau monter une première partie. (...)

Tristement grises sont les affiches de la campagne électorale. alors en plein Paris éclate l'affiche sanglante de Serge. On ne voit plus qu'elle (...)

Le succès appelera le succès. Roland Hubert, le principal producteur des tournées de province, se précipite vers nous. Il associera une grande partie de sa vie à la notre, inaugure le premier spectacle de variété du Palais des congrès, immense vaisseau qui terrifie les grandes vedettes. Serge affronte la difficulté et ce sera aussi le premier grand spectacle parisien de Roland Hubert. (...)

L'intendance, les rendez vous, tous les détails petits et grands qui entourent la vie d'une vedette sont assurés par Simone, une Marouani, qui se trouve être ma soeur. Elle est l'oreille de Serge, l'amie, la confidente. La troupe entière l'accepte comme un chef.

L'accident de 1965, s'il a meurtri son corps, a fortifié la passion dévorante de Serge pour son métier. La scène explose sous ses pas. L'argent n'est pas sa préoccupation. Il a fait sienne notre devise: "Ne cours pas après le fric, il saura te rattraper !"(...)

C'est bien "sabre au clair" que nous étions allés au Châtelet, nous avions la certitude que le 'Don Juan' projeté par Serge serait accepté d'emblée.

La direction fait la fine bouche. C'est un refus déguisé...Même après ses succès du palais des congrès, Serge rêvait de chanter au Châtelet, d'offrir cette revanche à son père."ils ne veulent pas de mon don Juan, alors j'écrirai un Napoléon.

Les chansons sont écrites en deux mois, musiques d'Yves Gilbert. Le double album est une grande réussite. (...) Un jour Thierry le Luron conseille à Serge le théâtre Marigny où il vient de passer deux saisons. Mille places, c'est peu. Thierry insiste. Ce sera Marigny. L'épopée... (..)


 

numérisation0009.jpg


Bobino:octobre 1964

photo: (Ph Lipnitzki- viollet)





28.05.2009

28 Mai 2011: Décès de Simone Marouani

Simone Marouani , l'amie, la nounou, l'ange gardien ,le manager de Serge lama depuis 1967 s'éteignait .

 

numérisation0003.jpg

Serge, Simone, et Victor Krief son fils (régisseur de Serge Lama)


Voici que que Serge lama écrivait sur son blog

 

Il fait lourd dans mon cœur même s’il fait beau sur Paris.

J’ai dû conduire, Simone Marouani, ma complice de gala depuis plus de quarante ans, oui, l’accompagner sur la route des anges. Ce fût un être d’exception comme on en rencontre peu. Toujours au four et au moulin, une vraie femme vaillante et courageuse, dont la gente féminine peut être fière.

Elle restera dans ma carrière et jusqu’au bout de ma propre vie, la deuxième femme, avec Michèle, qui m’aura accouché de moi-même.

Pensez à elle, merci fidèle amis de partager notre chagrin, en particulier celui de Jojo, son mari, son compagnon, si seul dans sa solitude, si vide dans son vide, courbé sur les prières de sa croyance et sous le poids de sa douleur. Que le grand Jahvé de lumière l’accueille en sa Jérusalem.

Ton Serge

11.05.2009

11 mai 1977 : Sortie du film " Le dernier baiser"

baiser.jpg

 

Le 11 mai 1977, sortie du film Le dernier baiser. Sur le générique de fin, Serge Lama interprète la chanson le dernier baiser.

 

Scan0067.jpg

LIRE

Scan0068.jpg

LIRE

La fronde N°16 été 1977

 

03.05.2009

Serge parle de Dalida

Presse-papiers-1.jpg

 

Serge lama parle de Dalida

Dalida est pour moi sans aucun doute la plus grande tragédienne de la chanson française.
Je suis heureux et fier de l'avoir rencontré et d'avoir pu écrire pour elle.
Je lui dois le succès de « Je suis malade » qu'aucun autre artiste encore à ce jour n'a su interpréter comme elle la fait.
Elle était belle, généreuse, intelligente mais si malheureuse....

1982 (5).jpg

Photo D.R. 1982

01.05.2009

Mai 1966 : Rencontre avec Yves Gilbert

numérisation0024.jpg

photo D.R.



Yves Gilbert un peu dans une impasse professionnelle est envoyé  par Régine  chez Serge alité suite à son accident . Cette dernière est persuadée qu'une collaboration peut naître encore eux.

Yves se rend en trainant un peu les pieds chez Marcel Gobineau chez qui Serge est hébergé, , les deux hommes s'étaient rencontrés une ou deux  fois avant l'accident mais le courant n'était pas vraiment passé.

Régine avait pourtant raison , de cette rencontre allait naitre des centaines de chansons.

Le premier texte que Serge va donner à Yves pour qu'il le mette en musique sera "Sans Toi' , bien d'autres chansons suivront. Pendant toute la convalescence de Serge , Yves sera là et de nombreux tubes qui sortiront dans les années à venir veront le jour.

Le peintre Jean Moulin

Plusieurs pochettes de 33 tours de Serge Lama sont signées Jean Moulin.

 

Homonyme du célèbre résistant, ce peintre né à Saint Étienne, a exposé à Paris dès 1966. En novembre 1970, plus de trois cents de ses œuvres sont présentées aux Halles. Scandale : quarante d'entre elles sont saisies par la police pour « pornographie » et Jean Moulin est inculpé. La pochette du disque « rouge », de même que les portraits et tableaux des deux suivants, c'est lui. Serge et Jean Moulin se sont rencontrés au cours d'un vernissage.

 

 

Presse-papiers-10.jpg

Presse-papiers-12.jpg

Presse-papiers-7.jpg

 

Jean Moulin a également signé la pochette du double album 'Napoléon'

 

Presse-papiers-8.jpg

 

 

Jean Moulin parle de Serge Lama:

 

"Je l'ai rencontré au cours d'un vernissage et j'ai eu l'impression qu'il était moi et que j'étais lui. On se ressemble beaucoup, finalement. On a eu le même style d'enfance. La première chanson que j'ai entendue de lui, c'était "Les ballons rouges". Ayant passé mes jeunes années dans un orphelinat, c'était pour moi un geste de tendresse que j'attendais des gens. Serge est un timide. Il a peur de la foule;quand il dédicace dans sa loge il est de plus en plus tendu parce qu'il est de plus en plus seul. Son rire prouve qu'il est timide.Pour la première affiche de Serge, je n'ai pas fait une¦œuvre d'art; je ne me suis pas posé le problème d'un peintre mais d'un psychologue qui voulait montrer le visage d'un homme avec le moins de couleurs possible et le plus d'impact possible. Je l'ai fait laid volontairement parce que ça cadrait avec ses textes. Dans ses textes, Serge essaie toujours de dire qu'il n'est rien, tout en disant que chez lui c'est chaud, c'est brûlant. Il dit qu'il est de guingois en disant qu'il a une île. Un jour, je me suis amusé à brouiller ses textes : c'est fantastique la lecture qu'on peut en faire. Si j'ai fait une première d'affiche laide, la seconde je l'ai voulue un peu plus belle parce qu'il avait reçu une volée de tendresse qui lui était nécessaire. J'ai fait un portrait noir sur une gerbe de couleurs comme s'il avait une moisson de blé dans les mains. Le blé n'est pas pour moi un ruissellement dans le vent, c'est la vie, la naissance, le germe et puis aussi une fenêtre qui s'ouvre. Ses derniers textes l'ont prouvé. J'aime beaucoup "Toute blanche" c'est un grand poème d'une simplicité merveilleuse. J'aime moins "La french nana" ou "Le secrétaire de monsieur", je le lui ai dit. "L'esclave" c'est très beau. Le chanteur est le dernier jargon du cirque. Les êtres humains ont besoin du cirque. A l'Olympia on a relevé des moments de silence total,notamment quand Serge a chanté sans micro. Il touchait à l'ésotérisme. Je crois à des choses mystérieuses chez l'homme qui sont du domaine de la parapsychologie et il s'est passé dans la salle à ce moment là un courant d'une extrême intensité. Lama n'était plus Lama mais un verbe et la salle l'avait compris au delà des textes et de la voix. C'était le cirque dans la fête humaine. Un jour viendra où l'on pourra analyser les applaudissements par leur qualité et non plus par leur quantité. Les applaudissements sont une gerbe d'amour."

Propos recueillis dans La Fronde N°7 Mai-Juin 1974

 

numérisation0012.jpg

La maternité tableau de Jean Moulin

nu_Jean_Moulin2.jpg

Nu de Jean Moulin

 

 

 La chanson "Le peintre est amoureux" lui est dédiée.

 

 

Le peintre est amoureux

Le peintre est amoureux. ( dédiée au peintre Jean Moulin)

Le Peintre est amoureux,
il est plein de problèmes
Il a un grand "je t'aime
Qui lui barre les yeux
Et dans chaque tableau
Il déclare sa flamme
A l'impossible femme
Qui hante ses pinceaux

Le peintre est amoureux,
il sent son cœur s'éteindre
Et son envie de peindre
mourir à petits feux
Le peintre est amoureux
et sur sa toile blanche
Il ne voit que ses hanches
et sa bouche et ses yeux

Un jour cette peinture
s'achètera des millions
Un jour cette peinture fleurira ta maison
Et tu ne sauras pas
que pour ce tableau là
Mon peintre à moi
Il a failli mourir d'amour

Le peintre est amoureux
Et au bout de sa manche
Son pinceau se balance
Et ne peut rien de mieux
Le peintre est amoureux
Son génie l'abandonne
Il ne voit plus personne
il a le cœur qui pleut

Un jour cette peinture,
peut être après sa mort
Finira sur tes murs
ou dans tes coffres forts
Et tu ne sauras pas
Que pour ce tableau là
Mon peintre à moi
il a failli mourir d'amour

Le peintre est amoureux
il se cache il se terre
Il se couche il s'enterre
Il a mal au milieu
le peintre est amoureux
Il est sans espérance
Il peindrait "vive la France"
Si ça le rendait heureux
Le peintre est amoureux
Plus rien ne le console
Pas même mes paroles
Le peintre est amoureux.

 

 

En 1991, dans l'émission de Patrick Sabatier  'Tous à la une' un reportage lui était consacré

 

 

20.04.2009

Marcel Gobineau : Son ami son maître

En 1974, Serge Lama chante à l'Olympia pour la première fois "Mon ami mon maître". Cette chanson est dédiée à Marcel Gobineau.

Dans l'article de presse ci-dessous (source inconnue) datant probablement de 1978, Marcel Gobineau nous dit qui il est.


serge lama

marcel_gobineau.JPG

19.04.2009

19 Avril 1976: She is a Star

 

En 1976, Shirley MacLaine reprénait la chanson de Serge Lama, 'la chanteuse à vingt ans' qui devenait 'She is a Star'

51pisLrN5PL._SS500_.jpg

Photo DR

MI0000354895.jpg

51ISV-JdbWL._SS400_.jpg

 

Très touché , Serge Lama lui fit livrer 1000 roses

 

shirley.jpg

La fronde numero 14

 

15.03.2009

Mars 2001: Décès de Daisy Lama

Daisy Lama la première épouse de Serge Lama décédait en 2001 . Elle était chargée des relations de de l'artiste avec les médias. Le journal du fan club "La fronde " lui rendait hommage au travers de cette page.

numérisation0123.jpg

Publié dans la fronde N°66 d'Octobre 2001

01.03.2009

Mars 1975, Marcel Gobineau, la fronde N°10

Dans ce numero du magazine du fan club, la parole était donnée à Marcel Gobineau (L'ami, le maître de Serge)


marcel 1975 p1.jpg

LIRE

 

marcel 1975 p2.jpg

 

LIRE

 

marcel 1975  p3.jpg

LIRE

 

marcel 1975 p4.jpg

LIRE