Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23.09.2009

23 Septembre 1972 : Télé 7 jours

Serge lama en photo dans  télé 7 jours du 23 au 29 septembre 1972
 
 
télé 7 jours du 23 au 29 sept 72.jpg
télé 7 jours 72.jpg

22.09.2009

22 Septembre 1979:Télé Star

Serge Lama faisait la couverture de Télé star car il était la vedette de l'émission Palmarès le 26 Septembre 1979

3975973606.JPG

 

22 septembre 1979 : Télé Magazine

Avant l'émission de Guy Lux "Palmares" du 26 Octobre 1976 Serge Lama a fait la une du télé magazine du 22 au 28 septembre 1979.

 
 
medium_tele_magazine_22_09_79.JPG
 
 

 


 

RechercheWeb

16.09.2009

16 septembre 1978: Jours de france

p1.jpg

p2.jpg

p3.jpg

p4.jpg

p6.jpg

p7.jpg

p5.jpg

11.09.2009

11 septembre 1976 : L'Impartial

Article de Marie José Lefebvre publié le 11 septembre 1976 dans le journal "L'impartial" à la suite de l'émission du 4 Septembre.

 

medium_11_09_76.jpg

Serge Lama est un chanteur de talent. Cela nous le savions déjà. Aujourd'hui nous avons appris qu'il est en plus homme de coeur.
Samedi après midi pour les besoins d'une émission TV Antenne 2 avait planté ses caméras dans la propriété de la chanteuse Alice Dona au golf du Vaudreuil.
Souriant décontracté, ouvert Serge Lama nous est apparu fidèle à sa légende. Jacqueline Alexandre productrice de l'émission avait convié autour du célèbre chanteur ses amis.
Et des amis, Lama en a beaucoup.
C'est ainsi que nous avons pu rencontrer outre Alice Dona compositeur des principaux succès de Serge, Marie Paule Belle en compagnie bien sûr de Françoise Mallet Jorns, écrivain, parolière de Marie Paule.
Autour du buffet campagnard nous notions également la presence de Jean Michel Caradec et Nicolas Peyrac jeunes chanteurs à succès, Annie Duperrey et Marie Dubois de jolies comédiennes, Paul Bocuse ambassadeur de la cuisine française.
Le docteur Lanselle, qui soigna S. Lama après son terrible accident, Jacques Laurent écrivain, prix Goncourt et son ami et son maitre Marcel Gobineau évoquèrent durant deux heures le personnage Lama et l'amitié que ce dernier dégage.
Une émission agréable à suivre tout au long de son déroulement qui aura permis à la plupart des invités de découvrir une bien jolie région... La nôtre !


RechercheWeb

11 septembre 1975 : NORD MATIN

serge lama

David MERESSE publiait dans NORD-MATIN du 11 septembre 1975 un interview de Serge Lama venu chanter à Cambrai au Festival de la Bêtise.

serge lama

 

C’était la cinquième soirée ce mardi au festival européen de la Bêtise. Les vins Maillard et « Cruse » présentaient une vedette de grande classe : Serge Lama.

Le public fit confiance à ce nom prestigieux et les spectateurs vinrent par milliers s’installer sur l’impressionnant plan incliné des gradins du Palais des Grottes.

L’immense foule put tout d’abord apprécier « L’Auberge du Cheval Blanc » dont les séquences hautes en couleurs s’enchaînent avec un remarquable sens artistique.

L’entracte vit les vins Maillard et la firme Cruse offrir un stock considérable de bouteilles de leurs produits aux heureux gagnants des jeux animés par Michel Gaillard, Bernard Denimal, M. Cordonnier et Sylvie.

Serge LAMA : un superman

« Star », »Boire un petit coup », « Chez moi », « Mon ami mon maître », « La Chanteuse a 20 ans », « L’enfant d’un autre », « Les p’tites Felles de Pigalle », « L’Algérie », « Je suis malade », « Superman », « Vivre tout seul », tous ses principaux succès y sont passés. Devant une salle frénétiquement suspendue à ses lèvres, remarquable de chaleur, Serge Lama, pour la seconde fois consécutive à Cambrai, a gagné la partie.

Quel merveilleux artiste. De sa belle voix bien timbrée et nuancée, il donna toute sa pleine mesure au cours d’une soirée qui était pour lui la « dernière » de l’été. Son tour de chant est complet jusqu’à empoigner au cœur cette sale conquise par tant de talent et surtout lorsqu’il se prive de micro ! Et puis cette sortie et son retour sur scène, dix minutes plus tard, changé en costume de ville, seul Lama peut réussir un pareil tour de force. Lama et Cambrai viennent sceller définitivement un mariage d’amour.

Notre conviction était faite bien avant, au moment de l’interview. A ce sujet, il faut remercier Serge Lama, arrivé sur le tard, de nous avoir reçu ainsi que M. Raymond Gernez et Madame qu’il aime beaucoup malgré les injonctions de Mme Marouani, sa secrétaire. Il faut donc aller vite.

 

Q : Cambrai en 74 vous a fait un triomphe ?

Comme cette année j’avais fait de cambrai le dernier acte de ma tournée d’été : dès la fin de mon tour de chant, je pars 15 jours en vacances pour la Corse et Quiberon me refaire une santé. Pour revenir à notre sujet j’avoue que c’est devenu une tradition dans le Nord et plus spécialement à Cambrai. C’est extraordinaire pour tous ces gens, pour moi, pour nous !

Q : Installé dans le métier depuis 12 ans, quelle a été le déclic de votre succès actuel ?

« Je suis malade » et à partir de là « une île » et « Superman ». J’ai trouvé des textes intéressants (Serge écrit lui-même ses chansons) que j’ai pu adopter. Ca a été le succès et depuis deux ans cela continue.

Q : Et votre accident ?

Pendant 2 ans, j’ai perdu du temps, physiquement j’ai aussi souffert beaucoup mais je ne considère pas cela comme une catastrophe. Au contraire, j’ai retenu de cette aventure le côté positif, c’est ma nature profonde…(un temps d’arrêt) et réaliste. Quelle merveilleuse histoire d’être là aujourd’hui alors que longtemps j’ai cru ne plus remonter sur une scène.

Q : L’été 75 a été fertile en évènements ? (ma question le fait sourire)

Lesquels ? S’il s’agit de mes galas je dois convenir qu’avec 80 au palmarès il fut bien rempli. 74 avait aussi été merveilleux sur ce plan.

Un temps d’arrêt, nos regards se croisent.

Serge Lama va au-devant de l’actualité, il ne veut pas la fuir. S’il s’agit d’autre chose, avouons qu’on m’a beaucoup…marié cet été !

Un amour de petit chat

Q : Vous citez souvent Brel, Brassens ?

Oui, c’est important où ces gens ont une carrière déjà longue. Avec 10 ans de chansons, je me situe à mi-parcours.

Je suis comme un enfant bâtard de Brassens, Brel, Bécaud et Aznavour.

Q : Que redoutez-vous le plus ?

Ma carrière, oui ma « carrière » disons, entre guillemets.

Q : Citez-nous une anecdote ?

Je n’ai pas le sens de l’anecdote.

Près de lui on lui souffle : le chat.

Ah oui, il y a ce chat perdu de cet été qui refusait de me quitter. Depuis, je me suis entiché de lui. Il lui est même arrivé de me suivre dans certains galas.

Q : Vos projets ?

L’URSS à partir du 1er octobre, un 33 tours, une tournée d’hiver de 40 jours, l’Italie, la France et le Canada début 76, la télé également.

Il faut s’en tenir là. Serge Lama, le torse nu, livre déjà son dos au gant de crin et à la lotion. Avant de nous séparer, il ajoute encore :

Le temps passe, il faut rentrer pour ne pas se faire engueuler.

Vous allez faire un triomphe, ajoutai-je en guise de conclusion.

Une heure plus tard dans la voiture qui l’emmenait dans la capitale, il pouvait savourer cette joie de se sentir « Superman »


RechercheWeb

10.09.2009

10 Septembre 1977: Jour de France

Extrait d'un article d'Edgar Schneider publié dans le n°1187 de "Jour de France" en septembre 1977

Capture 8.PNG

 

Serge Lama au sommet

 

medium_jour_de_france_77.jpgJ'ai rencontré Serge Lama qui venait de faire un tabac sur la scène du casino d'Evian. Un récital éblouissant qui lui valut six rappels à la dernière chanson. Serge tient, en effet, cet été, la très grande forme et ses chansons, sans exception, sont d'un niveau exceptionnel. Sa tournée, du reste, a été triomphale. Il est vrai qu'il bénéficiait, pour meubler la première partie de son spectacle, d'une chanteuse dont les qualités s'affirment de mois en mois, Marie-Paule Belle. Je ne l'avais pas encore vue sur une scène. Elle la remplit magistralement, par son charme, son humour, sa sensibilité et son grand piano de concert dont elle s'accompagne en virtuose tout en chantant.

08.09.2009

8 Septembre 1979 : Jours de France

En pleine tournée on retrouve Serge Lama dans jours de France

 

numérisation0035 (2).jpg

 

numérisation0036.jpg

07.09.2009

7 Septembre 1972: L'Aurore

Serge Lama au cabaret 'La tête de l'art'

 

l'aurore 7 sept 1972.jpg

lire.jpg

06.09.2009

6 septembre 1975 :Télé 7 jours

 Télé 7 jours consacrait une double page à Serge Lama à l'occasion de l'émission Show Serge Lama

serge lama

 

 
 

RechercheWeb

 

05.09.2009

5 Septembre 1970: Télé 7 jours

Un article sur Serge Lama et son épouse Daisy était publié dans le télé 7 jours du 5 au 11 septembre 1970

Scan0001.jpg

LIRE

Les glycines

images.jpg

 

"Les glycines" est une chanson inspirée d'un amour d'enfance de Serge Lama. La « pauvre Martha » est une cousine bordelaise de sept ans et s'appelle en réalité Giselle. « Nous étions issus d'une famille désunie où tout n'était que cris et rancoeurs accumulées, confie Serge à Daphné Lorenzi, de Gala. Giselle et moi en souffrions énormément et avions fini par nous replier complètement sur nous-mêmes. Les deux enfants timides que nous étions s'étaient fixé un but : ne surtout jamais devenir comme eux. (...) Giselle est la première image que j'aie eue de la féminité. Nous vivions alors une véritable histoire d'amour sans en être conscients. Et puis, on ne se voyait pas beaucoup. Ce qui exacerbait nos sentiments. Quand j'ai écrit Les glycines, j'ai sublimé la situation en transposant notre histoire dans un contexte paysan. L'amour entre cousins représentant toujours un interdit pour la société. »

 

Sur le mur y avait des glycines
Sur le mur y avait des glycines
Toi, tu portais un tablier bleu
Toi, tu portais un tablier

Toujours le nez dans tes bassines
Toujours le nez dans tes bassines
En ce temps-là, on se parlait peu
En ce temps-là, on se taisait.

C'est pas d'l'amour, pauvre Martha !
C'est pas d'l'amour, mais ça viendra

Paraît que cousin et cousine
Paraît que cousin et cousine
Ça ne doit pas s'aimer d'amour, non
Ça ne doit pas parler d'amour

Alors on parlait du beau temps
De la pluie et des fleurs des champs
De la vendange et du labour, mais
On ne parlait jamais d'amour

C'est pas d'l'amour, pauvre Martha !
C'est pas d'l'amour, mais ça viendra

Puis je suis parti en usine
Puis je suis parti en usine
Je n'voulais pas être fermier, moi
Je voulais être le premier

Merci beaucoup, petit Jésus
J'ai bien mangé et j'ai bien bu
Je suis aimé ou respecté, moi
On me dit "vous" pour me parler

C'est pas d'l'amour, pauvre Martha
C'est pas d'l'amour, mais ça viendra

Pourtant quand je vois des glycines
Pourtant quand je vois des glycines
J'ai envie de les arracher, moi
J'ai envie de les arracher

Paraît que t'aurais eu deux filles
Qui font partie de ma famille
Mais comme l'amour ne me dit plus rien
Elles n'auront jamais de cousins

C'est pas d'l'amour, pauvre Martha
C'est pas d'la haine, mais ça viendra.