Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03.05.2011

3 Mai 2013: Le Dauphiné

Publié avant les concerts du 3 et 4 Mai au théatre du Léman à Genève

Presse-papiers-1.jpg


Serge Lama, entier après 50 ans de carrière


D’ aventure en aventure, notre Napoléon des années 80 poursuit sa route d’auteur-compositeur-interprète « à l’ancienne ». Pour ses 50 ans de carrière, Serge Lama s’est offert une grande tournée hexagonale. Cette année, L’Olympia a même eu l’honneur de résonner onze soirs de suite au son de sa voix de stentor !
Souvent comparé à Brel, Serge Lama a un jeu de scène intense et théâtral. Ayant écrit ses premières chansons durant son service militaire en Algérie en 1963, il est révélé un an plus tard par Barbara qui va lui proposer ses premières parties.
Qualifié de machiste à la sortie des « Petites Femmes de Pigalle » en 1973 ou de réactionnaire pendant les deux ans du spectacle « Napoléon » entre 1984 et 1986, Lama, qui se définit comme « le dernier des grands romantiques les 3 et 4 mai, à Genève (Théâtre du Léman) a mis de l’eau dans son vin depuis. Il faut dire que les séquelles de son terrible accident de voiture (en 1965) l’ont définitivement assagi. Au point même d’avoir annulé une tournée en 2011, préférant « prendre les devants ». Il n’en reste pas moins entier, abordant la vieillesse avec combativité, sinon humour. En février, il a ainsi refusé une Victoire d’honneur, arguant que cela « donne l’impression d’être dans un paquet d’anciens dont on se débarrasse… C’est presque humiliant ». Sa tournée triomphale devrait finir de le consoler. [Derniers spectacles régionaux de la tournée : les 3 et 4 mai, à Genève (Théâtre du Léman).
F.B.

Les commentaires sont fermés.