Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20.07.2009

20 Juillet 2009: La provence

Le 20 Juillet 1911 Serge Lama se produisait dans la ville de Carpentras, avant le concert Serge Lama donnait une interview au journal La provence.

 


Serge Lama : "J'ai connu des sommets émotionnels"

 

 

En concert à l'hôtel-dieu ce soir, le chanteur français nous parle de ses goûts et de ses projets

Serge Lama est en concert ce soir à l'hôtel-dieu, dans le cadre de sa tournée

Serge Lama est en concert ce soir à l'hôtel-dieu, dans le cadre de sa tournée "Tour d'horizons". À 68ans, il est toujours habité par la même passion pour la chanson française.

Photo archives L.P.

 

En presque 50 ans de carrière, le succès de Serge Lama n'est plus à démontrer. Depuis son premier tube, D'aventures en aventures en 1968, en passant par ses morceaux devenus cultes, Je suis malade (1973), Les p'tites femmes de Pigalle (1974), le chanteur de 68 ans est toujours habité par la même passion pour la chanson française. Il porte le poids des années et de son accident de voiture en 1965, qui lui a paralysé la jambe, mais n'en perd pas moins de sa puissance et de son aura.

- Depuis le début de votre tournée "Tour d'horizons" en mars 2009, vous êtes passé par le Québec et donnez des concerts partout en France. Comment ça se passe pour vous ?
Serge Lama : Tout va bien, le public est toujours formidable. On a un peu de difficultés avec la météo, comme dimanche à Saint-Maxime où le vent était glacial. C'était difficile pour les musiciens, et pour ma voix aussi.

- Vous passez par l'Olympia les 7, 8 et 9 octobre, et sur votre blog vous affichez votre volonté de perdre du poids. Vous aimez soigner votre image ?
S.L : J'ai pris pas mal de poids au Québec, c'est difficile de tenir un régime quand on est en tournée. Je tiens à donner une bonne image à mon public, et c'est aussi pour ma santé. Depuis mon accident à 22 ans, mon métabolisme est affecté et je dois faire un régime tous les deux ans, c'est très dur.

- Cette année, vous avez retrouvé les Enfoirés après plusieurs années d'absence. Que représente ce retour pour vous ?
S.L : Ça s'est fait naturellement. J'avais déjà participé il y a une dizaine d'années et là j'ai trouvé que c'était très physique. Avec les costumes, les décors, les spectacles peuvent durer 6 heures, c'est épuisant.

- En 2007 vous avez publié votre livre "Sentiment, sexe et solitude". Est-ce pour vous une façon de vous diversifier ?
S.L : Je me considère comme un auteur, un auteur qui chante. J'adore écrire. Quand je chante, je me mets au service d'un auteur qui a mon nom et j'essaie de lui rendre honneur. Longtemps j'ai fait passer l'interprète avant l'auteur, maintenant j'essaie d'y faire attention.

- En presque 50 ans de carrière vous avez côtoyé des artistes mythiques, comme Brassens et Barbara. Quel regard portez-vous sur la scène musicale actuelle ?
S.L : C'est difficile d'avoir un regard sur des gens qui ont 30ans de moins que moi. Je pense que l'écroulement de l'industrie du disque va forcer les jeunes artistes à prendre les choses par le bon bout, en commençant par chanter dans des cafés-concerts pour se faire un nom. L'argent ne vient qu'ensuite, ça ne doit pas être le but premier. Il faut chercher à faire le meilleur travail possible, et si ça marche on gagne de l'argent.

- Quels sont les artistes que vous appréciez en ce moment ?
S.L : J'aime bien Bénabar, Benjamin Biolay, dont j'apprécie beaucoup les textes. J'aime énormément Christophe Maé, je l'ai rencontré aux Enfoirés. Il est bosseur et en a encore sous la pédale, comme on dirait en sport. C'est un vrai chanteur populaire, il remplit les salles, il existe un vrai phénomène Maé. Autrement, j'admire toujours les grands interprètes que j'ai connu, comme Barbara. Leur rencontre reste un moment privilégié dans ma mémoire. On connaît des sommets dans sa propre carrière, et aussi des sommets d'émotions.

- Votre tournée s'achève en décembre. Quels sont vos projets ?
S.L : Je vais refaire un album, puis dans deux ans une tournée, qui sera peut-être la dernière. À 68ans, je ressens plus lourdement les séquelles de mon accident. Quand mon corps ne suivra plus mon âme, je m'en irai. Je ne voudrais pas me ridiculiser sur scène.
 

Serge Lama en concert, 49€ au guichet.

Propos recueillis par Nolwenn GUYON

 

 


Les commentaires sont fermés.