Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18.11.2009

18 Novembre 2011: Concert à Montreux

2011_A_Serge-lama4.jpg

Sur scène, un géant. Serge Lama apparaît. Il est applaudi. Pourtant, on voit à son visage qu'il souffre. Durant une heure quarante, il va tout donner devant un public qui l'ovationne debout à l'issue du concert. Hier soir à Montreux, il s'est passé un moment de communauté profonde entre un immense artiste et son public. Il y avait presque quelque chose de religieux dans le rapport que l'on a eu avec notre (Dalaï) Lama. Au bout de ce spectacle, on est ressortis touchés et bouleversés à la fois.

 

Après un "Je suis malade" d'anthologie a cappella et sans micro, chanson qui prenait tout son sens tant Lama souffrait de sa hanche, Serge est revenu pour un rappel en forme de poème. Il a déclamé ces mots d'Alfred de Musset qui en disait long sur le calvaire qu'il vit. Le poème s'appelle: "Tristesse".

J'ai perdu ma force et ma vie,
Et mes amis et ma gaieté;

J'ai perdu jusqu'à la fierté
Qui faisait croire à mon génie.

Quand j'ai connu la Vérité,
J'ai cru que c'était une amie ;
Quand je l'ai comprise et sentie,
J'en étais déjà dégoûté.

Et pourtant elle est éternelle,
Et ceux qui se sont passés d'elle
Ici-bas ont tout ignoré.

Dieu parle, il faut qu'on lui réponde.
Le seul bien qui me reste au monde
Est d'avoir quelquefois pleuré.

Ces mots ont profondément touché le public de Montreux. C'étaient les mots d'un homme blessé, mais toujours debout. Et le concert qu'il a donné à l'Auditorium a pris une couleur grave, mais puissante à la fois. Ainsi, une chanson comme "L'Algérie" s'est trouvée magnifiée par l'interprétation de Lama. Ce fut simplement grandiose. Quand a résonné le refrain final, "Un beau jour je raconterai l'histoire, à mes petits enfants, du voyage où notre seule gloire, c'était d'avoir vingt ans. L'Algérie, avec ou sans fusil, ça reste un beau pays, l'Algérie...", à ce moment une clameur a envahi l'Auditorium. Quelle force. Quel interprète d'exception. Quel grand monsieur de la chanson française.
 

Pourquoi l'aime-t-on, Lama? Pour cela. Parce qu'il se bat. Parce qu'il vit ses chansons comme sur un ring de boxe. Et même affaibli par la douleur, il a tout donné. Dans un dernier discours, il a déclaré que le concert de Montreux était l'avant-dernier avant celui qu'il donne ce soir à Lyon. Il n'a pas voulu annuler, par respect pour son public. Pourtant on sentait bien que ce guerrier se sentait mal de ne pas pouvoir donner le maximum. Alors, Serge, si vous lisez ce message, sachez que le public a été vraiment conquis par ce concert, qu'il a été bouleversé parfois, a ri d'autre fois car vous savez comme Pierre Desproges que l'humour est la politesse du désespoir.
 

Franchement, le public de Montreux a vécu un moment d'une intensité rare, et cela c'était un immense cadeau que vous nous avez fait.
 

Sur son site internet, Serge Lama a écrit ce message SMS il y a une dizaine de jours: "Je reçois encore et toujours des messages d'amitié pour mon Olympia d'il y a un mois, DIEU comme le temps passe, déjà un mois. Sachez que j'ai fait Arras, Tours et Nantes depuis. Sachez que je travaille beaucoup pour des textes, pas forcément pour moi. Moi je suis loin encore dans la perspective de mon disque ou de la rentrée, mais j'essaie de donner un ultime tournant à ma carrière, j’espère le prendre en douceur même si ce tournant s'avère être un virage. J'ai été voir chanter Tihyad, la créature libanaise et talentueuse que Yves Gilbert a porté sur les fonts baptismaux d'un cabaret du marais. L'enfant se porte bien et le parrain aussi, il chante son autobiographie, avec talent et respect pour ses parents adoptifs. Voilà, je vis et le monde tourne. Je vous aime de ce temps que vous m'avez consacré.

PS : Merci aux fans des forums pour leurs messages de soutien. Signé: Serge Lama, l'imprévisible… "
 

Merci, Serge Lama pour avoir tout donné. Tout de bon à vous, que votre opération de la hanche se passe le mieux du monde et qu'elle ne soit plus qu'un mauvais souvenir lorsque vous remonterez sur scène, à l'Olympia de Paris, du 8 au 17 février 2013. Dans un tout nouveau tour de chant, vous partagerez les plus belles chansons de votre vie et fêterez vos 70 ans et vos 50 ans de carrière avec le public qui vous aime tant. L'envie, l'énergie et l’authenticité restent vos marques de fabrique vous l'auteur-interprète issu d’une race d’artistes unique et indémodable.

 

REPORTAGE SUR CE CONCERT DIFFUSE SUR LA RSR


podcast

 

Les commentaires sont fermés.