Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21.12.2011

21 Décembre 2013: SMS

Message envoyé après le concert de Lyon, le dernier de 2013 Le 21-12-2013

 

Ça y est, je viens de terminer le troisième quart de ma tournée. Je suis épuisé mais heureux comme jamais. Je flotte dans l'air comme une bulle, et ce spectacle anniversaire conservé dans un DVD, c'est le nirvana. Cerises sur le gâteau, cette petite roumaine de 12 ans qui fait faire le tour du monde à "Je suis malade" et ce tramway nommé Lama… que de signes du destin dans lesquels je crois. Bonnes fêtes de fin d’année à tous et à toutes, essayez d'espérer (c'est le titre d'une chanson que j'essaie d'écrire). Essayer, c'est à peu près tout ce que l'on peut faire. Le monde nous échappe, il nous reste l'amour, la simplicité, l'humilité de l'amour pour qui l'autre est tout, voilà ce qu'il nous reste, c'est-à-dire, tout. S.L

08.12.2011

8 Décembre 2013:Mot de Serge

Le 9-12-2013

Bonjour mes chers fidèles, mes amis cachés dans l'ombre des ordinateurs et salles de spectacles. Grâce à vous j'existe et ce depuis 50 ans. Je vous ai espérés depuis l'âge de 5 ans. Ce DVD qui sort avec ce double album c'est plus qu'une année d'anniversaire, c'est toute ma vie écrite à travers mes mots et les images, c'est un de mes Himalaya. Je l'ai atteint grâce à un nombre incalculable d'artistes musiciens, la volonté de ma maison de disque, et l'omniprésence depuis le Québec d'une amie qui m'a soutenu soir après soir. Elle a des dons, elle est voyante, horoscopiste et j'ai la faiblesse ou la force d'y croire. Elle ne s'est jamais trompée sur rien, et ce soutien moral m'a sauvé peut-être. Elle s'appelle Suzanne Lavigne, je le dis car son nom ne figure nulle part sur ce disque.
J’ai retrouvé l'enthousiasme du débutant, j’ai pleins de projets en tête, j’ai de nouveau confiance en moi, en bref, ma jeunesse d'ancêtre commence aujourd'hui.
Voilà, c'est un homme heureux qui fait des confidences à des inconnus qui m'aiment et veulent mieux me connaître.

Bon Noël à toutes et à tous…

S.L

01.11.2011

1 Novembre 2013: Serge le lama

5 jeunes sortant de boite de nuit ont volé ce lama prénommé Serge dans un cirque et l'ont emmené prendre le Tramway dans Bordeaux .

Cette histoire a fait le tour des médias

 

1216685_3075156_460x306.jpg

 

 Le parisien à même interviewé Serge Lama.

 

 

3277693_sergelama-et-le-lama_640x280.jpg

 



Comment avez-vous appris cette histoire ?


Serge Lama:J'en ai eu connaissance hier soir (Ndlr: jeudi soir) comme tout le monde, en regardant . J'ai été bluffé par l'histoire, mais aussi et surtout par le «buzz» que cela a provoqué en si peu de temps. C'est sûr qu'aujourd'hui je suis un drôle d'animal (rires). Il faut reconnaître que ce n'est pas banal.

Quelle a été votre réaction à ce moment-là ?
S.L. Je me suis bien marré. On ne pourra plus me dire que je n'ai pas un public jeune (rires). Et en plus, l'histoire se passe à Bordeaux qui se trouve être ma ville natale. C'est un sacré clin d'œil. Et grâce à cette histoire, j'aurais au moins pris une fois le tramway à Bordeaux. C'est génial ! C'est une plaisanterie qui tourne bien. On a tellement l'habitude de voir des choses pas drôles que là, d'un coup, cela tranche avec la morosité ambiante.

Avant cette histoire, avez-vous déjà souffert de blagues en rapport avec votre nom de scène ?
S.L. Probablement, mais c'était plutôt autour du Dalai-Lama que l'on me taquinait. Mais bon, c'est plutôt une bonne chose car la comparaison prête plutôt au respect. Mais pour tout vous dire, au début des années 1980, plusieurs de mes amis se sont cotisés à l'occasion de l'un de mes anniversaires afin de m'offrir un vrai lama. Je l'ai emmené à la campagne où je vivais alors avec mon épouse, et il a vécu quelques années au grand air. Il avait l'air de bien s'y plaire.

Visiblement, le propriétaire du cirque ne partage pas votre enthousiasme...
S.L. Je peux comprendre sa réaction, il souhaite protéger ses animaux. Mais bon, je retiens l'aspect humoristique de la démarche, qui nous fait tous bien rire aujourd'hui, moi le premier. Et ça, c'est ce dont nous avons le plus besoin !

 

Message de Serge Lama posté le 5 Novembre 2013

 

Me voici donc « un tramway nommé Lama », une histoire rocambolesque qui a fait un buzz hallucinant. Une histoire qui finit bien. Mais ils ont eu beaucoup de chance les petits bordelais, ma ville de naissance en plus, car un lama çà peut être très très réfractaire, coups de pieds, morsures, bref, c'était le jour de chance de ses cinq petits plaisants, monôme réussi avant leur fin d'année. Le patron du cirque a intelligemment ôté sa plainte. Je leur souhaite bonne chance pour leur teuf à Bègles. J'ai, par animal interposé, connu les joies du tramway bordelais. Vive la jeunesse folle et gaie, imaginative, une aventure à la française qui finit bien. Il y a comme un symbole de notre pays dans cette petite odyssée d'un soir, de l’initiative sous le rire et l'esprit révolutionnaire sous la joyeuse fantaisie, à méditer, amitiés. S. L

LeParisien.fr

27.10.2011

27 Octobre 2013: Christophe Maé

Au mois d'Octobre Serge était allé voir Christophe Maé au Palais des sports et en est rentré ravi...


Presse-papiers-3.jpg

 

Il est rare que je sorte d’un spectacle sans la moindre réserve, sans le moindre petit chouilla de critique, mais là il faut bien que je me résigne, le spectacle de Christophe Maé est en tous points parfait.
C’est une éruption de volcan, en trois actes, plus une coda. Chaque acte a sa couleur, sa raison d’être, sa finalité.
Il est généreux, comme seuls les artistes d’une certaine génération savaient l’être. Je pense au jeune Gilbert Bécaud, au jeune Johnny Hallyday, mais il est en plus et déjà un chef de bande, et dans ce cas précis un chef de Jazz band. Il mène sa petite troupe à travers le Palais des Sports, comme si de tout temps il lui avait appartenu. Tout est parfait, les chansons douces sont aux frontières du mysticisme. Il y a d’ores et déjà deux Christophe, un Christophe des villes et un Christophe des champs. Il imprime déjà qu’il ne se reniera jamais, et que ses origines feront toujours partie de son avenir. Il m’a fait le cadeau de me demander de participer, par un texte, à son spectacle probablement le plus abouti. Et j’avoue que lorsqu’il m’a présenté et a chanté « Je veux du bonheur », malgré le sujet de la chanson, la petite larme n’était pas loin. J’aime les jeunes, ils sont l’avenir, l’espérance de notre métier en difficulté. Il nous faudrait une dizaine de Christophe Maé, pour ré-enchanter tous les publics de 15 à 35 ans.
Merci Christophe, va ton chemin, ma main te sera tendue chaque fois que tu le souhaiteras, mais je ne t’obligerai jamais à rien. Et comme tu es obstiné, moins que d’autres encore tu auras droit à l’erreur, mais n’est-ce pas le lot de tous les artistes ?
Car artistes, saltimbanques, histrions, clowns, c’est de cette famille que tu fais partie et tu la représentes dignement.
Voilà, considérant que je fais partie de ta famille et que tu fais partie de la mienne, je te dis avec ton public, Christophe je t’aime…


Une petite vidéo ICI


23.10.2011

23 Octobre 2013: Le Grand Rex

Un message de Serge Lama après les concerts du grand Rex


 

1286207-exclusif-pendant-son-second-concert-620x0-1.jpg



Le 23-10-2013

Çà y est mes amis, le Grand Rex a eu lieu et la captation télévisuelle aussi. Un projet qui me tenait tant à coeur qu'il nouait mon ventre et alimentait ma mélancolie parmi les jonchailles de l'automne. Eternel écolier, éternel débutant, j'ai accompli ma tâche avec ferveur et détermination. Vous aurez le rendu début décembre. En attendant, je continue ma course folle de ville en ville, avec le même enthousiasme enrobé dans la même peur, plus conscient de mes responsabilités que je ne le fus à trente ans. Je me sens bizarrement plus jeune aussi, chaque concert est un cadeau, c'est Noël avant l'heure. Tant d'amour se taisait en moi, aujourd'hui j'ose le crier aussi bien dans "J'veux du bonheur" que dans "Des éclairs et des revolvers" une chanson qui devient phénomène un peu plus chaque soir. Je vous aime, j'arrive, me voilà !

S.L

01.10.2011

1 Octobre 2013: SMS

Le 01-10-2013


Comme un vieil écolier, je vois arriver la rentrée avec angoisse. Je sais que beaucoup de belles choses m'attendent, mais pour l'instant je ne vois tomber que la pluie et ce sera bientôt le tour des feuilles lasses gorgées d'été. Moi mes feuilles se noircissent de mots, vous ne les entendrez pas tous, il y en a trop, je choisirai ceux que je pense les meilleurs, tout çà pour vous dire que chaque automne je me sens le coeur lourd. Heureusement que je vais avoir vos bravos au Grand Rex, ou ailleurs, pour l'apaiser un peu.


A bientôt.


S.L

05.08.2011

5 Aout 2013: Jean Jacques Golman

Jean-Jacques Goldman élu personnalité préférée des français


1102477_599548896751952_417921448_o.jpg

Photo D.R.


5 août 2013, 17:21

On est tous fiers, nous les humbles histrions de tout poil,de la mise en lumière de la figure emblématique de l'auteur, compositeur,interprète, qu'est Jean-Jacques Goldman. Il a lui-même, laconiquement, mais avec cette réflexion aiguë qui le caractérise, définit cette élection :"la France prouve qu'elle n'est pas raciste ! " C'est du Goldman tout pur, un Goldman à qui j'ai presque toujours envie de dire vous, un homme qu'on respecte, presque qu’on craint. Dont on sait que si on le contredit, il faut le faire avec des arguments irréfutables. Je l'admire car il pourrait, il aurait pu, s'adresser à une clientèle élitiste, il en avait la culture et les moyens, mais il a jugé, je pense, que ce véhicule de la communication qu'est la chanson, s'il s'adresse qu'à un auditoire, ne s'adresse à personne. Il a choisi son clan, en souffre-t-il ? Lui seul pourrait le dire.

Jean-Jacques est quelqu'un dont on aimerait être l'ami,mais d'instinct on sait que c’est impossible. Goldman s'intéresse aux autres, il est même passionné par eux, mais il n'a, lui, besoin de personne. Il aurait pu,j'en suis persuadé, être un anachorète.

Pour une raison qu'il est seul à connaître, ayant fait le tour des plaisirs de la scène, il s'en est retiré sans regrets aucuns, il y a plus de dix ans. Il a suivi le chemin de Brel, mais son île c'est le bonheur, la sanctification de la famille et du couple.

Jean-Jacques c'est la lucidité au service de l'intelligence, il sait que le silence est un mode d’expression. Il essaime encore çà et là, des petites étoiles dont on reconnaît immédiatement la patte dans un album.

Je l'aime, le mot n'est pas trop fort.

Il a écrit une chanson "Là-bas", qui est reprise à bon escient dans les écoles, car elle est, avec "Lili "de Pierre Perret, la meilleure chanson sur l'immigration. Elle est même supérieure, car sans jugement.

Je pourrais parler des heures avec passion de lui, car Jean-Jacques est par-dessus tout un mystère. Je ne sais pas si, excepté son frère, personne ne peut le pénétrer au-delà d'une certaine limite. Il est« indébuscable ».

Voilà, la chanson française peut être fière d'être représentée par ce prince des humanistes, qui parle et chante pour être compris, noble projet !

 

S.L

01.08.2011

1 Aout 2013: Marc Chevalier

Marc Chevalier un des fondateurs du cabaret l'Ecluse qui a permi entre autre à Serge Lama de débuter est décédé le 18 Juillet 2013 à 93 ans.

Serge Lama lui rend hommage

 

51RquvVRCbL._.jpg


J'ai appris avec tristesse la disparition de Marc Chevalier, qui, avec Brigitte Sabouraud, Léo Noël et André Schlesser, fut aux commandes du cabaret « L'Ecluse » lorsque j’ai débuté.
Il me conseillait toujours avec un léger sourire, beaucoup de bienveillance, de justesse et une tendre humilité, en bon artisan du spectacle qu'il était. Il a fait partie des pionniers de ce que fut l'esprit « rive gauche » après la guerre. Cette semée qui a engendré tant de grands et vrais artistes, qui traînaient sous leurs pieds, la poussière de poésie et de folie qui collait aux pavés surréalistes de l'entre-deux-guerres. Quelque chose de beau, de pur, de vrai, un temps où même les salauds étaient sincères. Toute l'authenticité du rêve s'en va avec lui. Interminable est la liste de ceux qui doivent quelque chose à ce cher Marc Chevalier.
Si le Bon Dieu existe qu’il te conduise à travers ciel au Père éternel, et s’il n’existe pas, il ne sait pas qui il perd. Bien à toi. S.L

19.07.2011

19 Juillet 2013: Clip de Christophe Maé

Clip de Christophe Maé sur la chanson 'je veux du bonheur' signée de Serge Lama

 

Le 19-07-2013

 

Le clip de Christophe a évité les pièges de mon texte ultra positif. Il est tout sauf redondant, il prend le contre-pied de cette quémande et montre que son personnage de clown, s'il demande du bonheur, c'est justement parce qu’il en manque.... Dans ce clip très "artiste", très fellinien, Christophe démontre, en plus de ses prouesses physiques, des qualités de comédien et d'interprète que peut-être certains ne lui connaissaient pas. Bravo et merci à lui de prouver qu'un texte ne dit pas que ce qu'il dit.


S.L

19 Juillet 2013: Francofolies de SPA

Serge Lama était au Francofolies de SPA ( Belgique) le 19 Juillet 2013

 

 

624_341_66b08fdc3397663f85ce323a9d15aa62-1367926156.jpg

 

418905_10151808632300558_1894719405_n.png



Charles Gardier (co-directeur des Francofolies) :"On continue à être extrêmement attentif à tout ce qui se fait de nouveau d'abord et puis, on peut encore, après 19 ans, aller chercher un artiste comme Serge Lama qu'on n'avait jamais eu l'occasion d'avoir et on avait déjà essayé quelques fois.On l'a enfin et Serge Lama est un grand artiste".

 

 

img_1188.jpg.h600-3fbfacc.jpg

 


Le 22-07-2013
 
Je suis revenu à Spa comme à mes origines, des spectacles partout, avant après. Le public vient comme dans une grande fête, pour le bonheur de regarder partout à la fois et de découvrir. Ce fut un exercice de style que je n'avais pas pratiqué depuis bien longtemps, des improvisations inhabituelles que seul l’instant inspire.
La joie spontanée de ce public debout depuis des heures pour certains, le cadre à la fois urbain et rural, cet enclos, cet écrin conçu par les organisateurs pour sertir des Julien Clerc, jaune comme un soleil que sa musique si artiste disperse dans le coeur de ces bras, de ces voix qui l'accompagnent. J'étais sur le côté, ému, me souvenant qu’en 70 j'avais assuré sa première partie. Grand seigneur il est venu me saluer dans ma loge, complicité d'artistes qui ont les deux cinquante ans de carrière, qui les deux ont encore des rêves et des dents. Il porte beau le Julien, il mourra jeune, très tard.
Le petit génie de l'imitation, Gregorio, passait juste après moi. Il imite tout, il s'identifie, il ratisse large, il ne lui manque que les insectes, mais pour les guitares, les femmes et les voix d'hommes improbables il excelle. Un grand que ce petit bonhomme.
Pour moi, ben j'ai retrouvé mes galas de jeunesse en plein été, en plein air, les cirques, les arènes, les bruyantes foires, tous ces quotidiens que l'enthousiasme endimanche. Le monde est beau pour les artistes dès qu'il trouve un public.
Et me voilà rentré dans un Paris écrasé par la canicule, des confettis de visages plein la tête. Enfin bref, merci Spa, petit havre de joie à quelques kilomètres de liège. Liège c'est le bouchon, Spa c'est la bouteille.
Un éventail de merci, merci de m’avoir réenfancé.