Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28.06.2009

28 Juin 1987: Fontainebleau

Cette dernière représentation du spectacle " Napoléon" a eu lieu à Fontainebleau le 28 Juin 1987, dans la cour Henri IV, au coeur de ce château construit par François 1 er et dans lequel Napoléon y fit, après sa première abdication, ses adieux à la vieille garde, le 20 Avril 1814.

Cette 537 ème représentation devait avoir lieu la veille mais une pluie battante obligea les organisateurs à reporter au lendemain le spectacle.

Après les représentations à Marigny débutées le 20 septembre 1984 ce dernier concert mettait également fin à une longue tournée commencée le  9 Octobre 1986 à Bruxelles .5 semi- remorques étaient nécessaires pour transporter le matériel

numérisation0035.jpg

numérisation0010 (2).jpg

numérisation0037.jpg

numérisation0036.jpg

Parmi les spectateurs, Fréderic le fils de Serge

 

numérisation0012.jpg

numérisation0011 (2).jpg

(Photos la fronde N° 41 )

 

28 juin 1987: Le journal du dimanche

Le journal du dimanche faisait écho de la dernière représentation de Napoléon

numérisation0105.jpg

numérisation0106.jpg

26.06.2009

26 Juin 1987: Direct canal+

Presse-papiers-18.jpg

Ce jour là c'est Serge Lama qui était l'invité de Philippe Gildas. Dans l'extrait ci dessous Christine Delaroche venait de les rejoindre sur le plateau. On peut aussi entendre Serge Lama interpréter le titre "Adjani".

11.06.2009

11 juin 1987 : Actualités Régionales Ile de France

09A-4.jpg

 

Alors que le spectacle Napoleon est joué à Rueil-Malmaison, les actualités régionales d'Ile de France réalisent un reportage sur le château de Malmaison, en présence de Christine Delaroche et Serge Lama.

 

09A-1.jpg

 

EXTRAIT AUDIO

09.06.2009

9 juin 1987 : C'est encore mieux l'après midi

images.jpg

C'est encore mieux l'après-midi est une émission de télévision d'Antenne 2 diffusée, en direct, chaque après midi en semaine.

Scan.jpg

Le 9 juin 1987, Alain Chauffour présente l'émission.

 

5-2.jpg

 

AU PROGRAMME:

- Serge LAMA chante : "Adjiani"et  "Je t'aime".
- Le groupe LIVING IN A BOX chante : "Living in a Box".
- Jackie QUARTZ chante : "A la vie, à l'amour".
- Michaël JONES chante : "How could I see".
- Cock ROBIN chante : "Just around the Corner".

 

5-3.jpg

 

EXTRAIT AUDIO

 

06.06.2009

6 Juin 1987: Champs Elysées

Serge Lama interprète la chanson 'Je t'aime'

numérisation0020.jpg

 

 

24.05.2009

24 Mai 1987:A la folie pas du tout

generique-emission-a-la-folie-pas-du-tout_x240-hvg.jpg

Lors de cette émission dominicale "A la folie pas du tout" Patrick Poivre d'Arvor recevait ce jour là Serge Lama.

Voici le début de l'émission:

22.05.2009

22 Mai 1987: Grand Public Henri Leconte

Serge Lama était invité dans l'émission de Patrick Sabatier "Grand Public" consacré au tennisman Henri Leconte

 

numérisation0035.jpg

Il nous interprète "Je me sens vrai que sur la scène"

 

 

03.05.2009

Serge parle de Dalida

Presse-papiers-1.jpg

 

Serge lama parle de Dalida

Dalida est pour moi sans aucun doute la plus grande tragédienne de la chanson française.
Je suis heureux et fier de l'avoir rencontré et d'avoir pu écrire pour elle.
Je lui dois le succès de « Je suis malade » qu'aucun autre artiste encore à ce jour n'a su interpréter comme elle la fait.
Elle était belle, généreuse, intelligente mais si malheureuse....

1982 (5).jpg

Photo D.R. 1982

25.03.2009

25 mars 1987: Lyon Figaro

Capture.JPG

 

Le 1er septembre 1986, Lyon voyait la naissance d’un nouveau journal : Lyon Figaro, prenant la forme d’un quotidien de format tabloïd, encarté chaque jour, dans l’édition nationale du Figaro. Voici l'article publié lors du passage de Serge Lama et son Napoléon.

web_Source0.jpg

Source0.jpg

Palais des sports de Lyon Photo D.R.

 

 

Le soleil d'Austerlitz qui a brillé deux années durant sur le théâtre Marigny ne lui a pas suffi. Paris n'était pas assez grande pour le "Napoléon" de Serge Lama, et le nouvel empereur a vite décidé d'emmener sa tsarine Christine Delaroche et toute sa troupe sur les roules d'une Europe conquise d'avance. Soit 100 jours d'un nouveau type, fractionnés en trois étapes, et l'assurance d'un dernier couronnement en beauté vers la fin juin 1987 à... Fontainebleau. Mais Napoléon Lama n'en est pas encore là, il arrive tout juste à Lyon où il s'installe pour quatre jour et cinq représentations. Au programme : vingt-cinq chansons, vingt-deux comédiens, quatorze techniciens, quatre habilleuses, deux coiffeurs, bref une soixantaine de personnes auxquelles il convient d'ajouter une dizaine de techniciens recrutés localement. L'organisation est imposante, à la hauteur du sujet, et nécessite une journée et demi de montage des éléments. C'est ainsi que depuis le 24 mars, scène, décors, régies son et éclairage son en cours d'installation.Tout est à la mesure du pari lancé par Serge Lama en juin 1984. "Quand on a quatre-vingt pour cent des gens contre soi, on est forcément fier de renverser la vapeur. D'un spectacle qui, soi-disant, ne valait rien en juin 1984, on en a fait un triomphe en septembre. Et aujourd'hui, nous sommes les premiers à partir en tournée avec un monument musical de cette envergure. Tout cela sans la moindre subvention", affirme avec force le chanteur historien et bateleur. il ne faut pas moins de cinq semi-remorques pour transporter les 6500 mètres cubes de matériel nécessaire à la reconstitution régulière du spectacle, pour une scène superbe d'environ 330 mètres carrés (24 mètres sur 14). Pour les responsable de la mise en place, "le problème sonore est de loin le plus délicat, car nous travaillons sur HF". Effectivement, pour le reste, il s'agit d'une organisation équivalente aux méga-tournées habituelles avec quand même plus de monde, plus de décors. plus de moyens. Le Palais des Sports vit donc un drôle de scénario, son arène prise d'assaut pour un bon tiers par la scène, sa capacité d'accueil réduite de moitié. En effet, si l'on compte vingt-quatre mètres d'ouverture de scène, il y a seulement (!) quatorze mètres d'ouverture de décor. Du coup, pour que les spectateurs puissent profiter normalement et pleinement du spectacle, les angles morts sont proscrits ; ce qui n'empêchera pas Serge Lama d'attirer la grande foule. Car à l'exception de deux ou trois villes, pour des raisons facilement analysables, "Napoléon se joue à guichets fermés. Voilà bien une motivation supplémentaire pour celui qui se confond tant maintenant avec son personnage. Parce qu'il ne faut pas lui parler, à Lama, des producteurs qui ont fait la fine bouche ou des subventions dont a profité Youssef Chahine pour son film "Adieu Bonaparte". "C'est un film sans intérêt, davantage enclin à traiter des conflits pédérastiques du personnage que de la campagne d'Egypte", n'hésite-t-il pas à tonitruer. Ah, les subventions... Dans le même sac, cousu de reproches quasiment guerriers, Serge Lama peut fourrer toutes les créations qui bénéficient de ce coup de pouce : de "L'Avare" aux "Amandiers" de Chéreau. Qui justement était le Bonaparte du film précédemment vilipendé. Le chanteur peut maintenant savourer son triomphe : en compagnie de Jacques Rosny, qui a cosigné le livret, d'Yves Gilbert pour la fresque musicale, sans oublier Christine Delaroche en tête de distribution, Serge Lama a conquis sa propre maturité en partant à l'assaut d'un sacre qui n'était au départ qu'un pari complètement fou. Source : "L'empereur du spectacle" / Laurent Perzo in Lyon Figaro, 25 mars 1987, p.45..