Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14.02.2009

1973:France loisirs

s-l1600.jpg

04:50 Publié dans 1973 | Lien permanent | Commentaires (0)

14 février 1973 : Album Je suis malade

 

serge lama

 

Le 14 février 1973, sortie de l'album rouge "Je suis malade" qui va offrir à Serge Lama son premier disque d'or.

Les radios diffusent 'les petites femmes de pigalle' mais ignorent 'je suis malade'. Dalida va l'enregistrer, du coup les radios passent aussi la version de Serge et les ventes de l'album vont s'envoler.

 

- Je suis malade

- Les glycines

- La chanson des pêcheurs

- La fronde

- La crise de nerfs

- Dans l'espace

- La chanteuse a vingt ans

- L'enfant d'un autre

- Les p'tites femmes de pigalle

- Mariages d'un jour

- A chaque son de cloche

- Le gibier manque et les femmes sont rares

 

 

12.02.2009

12 février 1973 : Musicorama

Le vedettariat

Musicorama :12 février 1973 :

Serge Lama a trente ans et... un jour, il devient une vedette  lors d'un Musicorama le 12 Février 1973 en même temps que Maxime Le Forestier.

Les musicorama sont des spectacles le plus souvent à l'Olympia de Paris et diffusés par Europe 1 en direct ou en différé.

serge lama

 

serge lama

Serge Lama interprétait ce soir-là 20 chansons dont Charivari, les glycines, les ballons rouges, les p'tites femmes de Pigalle, je suis malade et mémorandum pour un pucelage

EXTRAIT DE L'ENREGISTREMENT DE EUROPE 1

 

Ce lundi, l'Olympia est plein à craquer et bien qu'on ait supprimé les invitations, on refuse des centaines de personnes. En première partie de ce Musicorama qui fera date : les Calchakis, Maxime Le Forestier et les chansonniers Patrick Green et Olivier Lejeune (ils se rendront célèbres, l'année suivante, avec le fameux Pot pour rire, monsieur le Président ). Présent, côté coulisses, Eddy Marouani raconte : « Ambiance surchauffée et pépins en chaîne; pépins merveilleux, mais pépins quand même : le public, enthousiaste, refuse de laisser partir ses vedettes. Green et Lejeune dépasseront de dix minutes le temps qui leur est imparti. (...) Maxime, qui prévoit six chansons, doit en aligner quinze, tour de chant de star ! Les Calchakis entrent en scène à 23 heures, et triomphent encore à 23 h 45. Je suis éperdu. Serge va-t-il commencer après minuit ? Les spectateurs resteront-ils après le dernier métro ? Je suis contraint de laisser tomber le rideau sur le succès de mes amis argentins ! Ils protestent, ce qui est normal; c'est la bagarre !

Serge, réfugié dans un réduit, reste placide : seul compte pour lui son combat imminent. Un clin d'oeil de réconfort dans ma direction et il plonge dans l'arc de lumière. Chaque chanson nouvelle porte, son oeil ressemble à celui de Sugar Ray Robinson. Il nous coupe le souffle. À 1 heure du matin, l'enthousiasme du public l'oblige à recommencer l'intégralité de son tour de chant. Rares moments ! » *



À l'issue du récital, Bruno Coquatrix engage Serge Lama à rechanter, la semaine suivante. Dix jours d'affilée, il rempile, en vedette, cette fois, avec, en première partie, Georges Zamfir et sa flûte de Pan. Le succès est vraiment là. Eddy Marouani tente une explication : « Serge a tant clamé sous les projecteurs qu'il avait une sale gueule, il a tant chanté ses amours désespérées que les femmes, touchées, vont lui prouver le contraire... Il devient Don Juan ! il a tant crié sa misogynie que toutes rêvent de le consoler. »

Deux jours plus tard, l'album avec la fameuse « pochette rouge, » est en bonne place chez les disquaires.

* Eddy Marouani : Pêcheur d'étoiles  Robert Laffont juin 89

10.02.2009

10 Février 1973:Musicorama

europe1musicorama.jpg

 

Musicorama est le nom du spectacle musicale enregistré le plus souvent à l'Olympia de Paris, entre 1957 et 1974, organisé et diffusé par Europe 1. Il accueille des grands noms de la chanson française et de nombreux représentants des variétés internationales.

Le concert de Serge Lama à l'Olympia était diffusé le Dimanche 10 Février 1974

10 Février 1973 : Midi trente

Du 5 au 10 Février 1973, l'invité principale de Danièle Gilbert était Marcel Amont.

Le 10 Serge Lama était présent sur le plateau et avait interprété 2 titres "La chanteuse a 20 ans" et "Je suis malade"

4a.jpg

 

Au programme de cette émission:

- Marcel AMONT chante "L'Amour à vol d'oiseau".
- Il récite "Le sous-préfet aux champs" de Daudet.
- Serge LAMA : "La Chanteuse a vingt ans" et "Je suis malade".
- Daniel SEFF chante "Pour un sourire, pour un regard"

4e.jpg

4g.jpg

 

EXTRAIT AUDIO

 

03.02.2009

3 février 1973 : Accords d’accordéon – 1ère chaîne

3d.jpg

L’accordéoniste André Blot joue Le gibier manque et les femmes sont rares tandis que Serge lama le rejoint à la fin du morceau pour fredonner l'air.

3a.jpg

 

EXTRAIT AUDIO

 

17.01.2009

17 janvier 1973 : Libre parcours – 3ème chaîne

Télé 7 jours N 664 Libre parcours.jpg

Télé 7 jours

 

3.png

Libre parcours est une émission diffusée d’abord sur France-Culture en nocturne à partir de 1970, puis sur France3 à partir du 1er janvier 1973.

4.png

 

PROGRAMME DU 17 JANVIER 1973

* Jean MAX et Charlotte BRUA chantent "Pierrot"Michel ROQUES QUINTETTE avec Siegfried KESSLER au piano, Patrice CARATINI à la basse, Franco MANZECCHI à la batterie, et Jean Charles CAPON au violoncelle .
* Yvan DAUTIN chante "Histoire de cocon"
* Martine GELIOT et Catherine MICHEL interprètent à la harpe une oeuvre de Maurice RAVEL.
* Jack TREESE chante en s'accompagnant à la guitare "Nothing else"
* Serge LAMA chante "Le 15 juillet à 5 heures"
* Jean Paul HUBERT et ses marionnettes racontent l'histoire d'"Euphrasie"
* Pia COLOMBO chante "Jocelyn"
* Alan STIVELL à la harpe celtique, avec son orchestre, interprète un classique du plus pur folklore breton.

 

Libre parcours (2).jpg

 

EXTRAIT AUDIO