Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29.09.2009

29 Septembre 2005:Le Parisien

E-LOGO-LP-192x60@2x.png

Serge Lama : « Je me sens libre »

Voilà deux ans qu'il sillonne la France dans de petites salles, pour se sentir proche de son public. Ce soir, Serge Lama retrouve Paris, et investit pour deux mois le Théâtre Marigny. Avec un spectacle intimiste, accompagné à l'accordéon.

 

«C'EST MA VIE. J'ai besoin de dépenser cette énergie que j'ai en moi. La scène, c'est mon sport. »

Dans la bouche de Serge Lama, 62 ans, ces mots ne sont pas anodins. A partir de ce soir et jusqu'au 26 novembre, il s'installe pour deux mois sur la scène du Théâtre Marigny à Paris, simplement accompagné de son accordéoniste Sergio Tomassi. Hier en fin d'après-midi avait lieu là-bas le filage, une sorte de répétition générale. A la limite, ils n'en avaient nullement besoin, tant leur show - présenté par Lama comme un « spectacle de liberté, d'intimité et d'opulence » est rodé.

« Lorsque je monte sur scène,c'est une récompense »

Depuis janvier 2004, Serge Lama parcourt en effet la France avec « Accordéonissi-Mots ». Mais pas la France des Zénith. Plutôt celle des petites salles, des petites villes. Une idée qui lui trottait dans la tête depuis 1994, alors qu'il revenait à la chanson après s'être essayé avec succès au théâtre, à la télévision et à la comédie musicale. « J'avais déjà envie d'aller remercier mon public là où il est, explique le chanteur. Mais il a alors fallu que j'opte pour des tournées plus  classiques. Depuis, j'ai un peu tout fait, comme des concerts avec un orchestre symphonique,ou encore fêter mes 60 ans à Bercy... Désormais, je me sens libre de faire ce que je veux. » Sur les routes depuis deux ans, Serge Lama a donc sillonné les patelins les plus improbables. «Je me suis rendu à ces deux cents dates en voiture, raconte-t-il. C'est là où il m'arrive de sentir l'âge, le stress, la fatigue... En revanche, lorsque je monte sur scène, c'est une récompense. C'est un plaisir d'être dans cet espace, comme un boxeur qui monte sur le ring. » Dès ce soir à Marigny, il interprétera ses classiques comme « les Ballons rouges », « D'aventure en aventure» ou « l'Algérie ». Avec, en plus, quelques extraits de « Feuille à feuille », son dernier album en date. Le public n'a plus la gourmandise de découvrir de nouvelles chansons, constate-t-il. Il a moins de capacité de concentration. C'est peut-être la faute de la télévision et de la radio qui, elles-mêmes, rechignent à passer des nouveautés. C'est terrible. »

Lors de ce tour de France précédant cette série de concerts parisiens, Serge Lama a également beaucoup parlé et écouté : « Je connais désormais mieux la France que bien des hommes politiques, s'amuse-t-il.

Quand je vais bouffer dans des endroits après le spectacle, les gens viennent me parler. Etje peux dire que la France manque d'optimisme. Dans le Nord, ils en sont à regretter le tempsdes mines, c'est dire... » Pour deux mois, il s'installe donc à Marigny avant de repartir unenouvelle fois en tournée. Se préoccupe-t-il pour autant de la billetterie ? « On verra bien,répond-t-il, bravache. En province, c'était extraordinaire. De toute façon, je connais mes limites.Si je suis aussi boulimique, c'est parce que je sais qu'un jour ou l'autre je ne pourrais plusmonter sur scène. Et si je dois m'arrêter, j'écrirai peut-être un livre. Mais pas un livre deouvenirs, ils sont tous remplis de mensonges... »

Serge Lama en concert à partir de ce soir et jusqu'au 26 novembre au Théâtre Marigny, avenue Marigny, Paris VIII

Écrire un commentaire