Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01.10.2015

29 novembre 2016 : La libre.be

Article paru dans la presse belge 

INTERVIEW > CHARLES VAN DIEVORT

Serge Lama : "Sur le plan personnel, je suis dévasté"

583d7d36cd70a4454c0706a6.jpg

 

Où sont passés nos rêves est le 24e album de Serge Lama. Et c’est une grande réussite.

Fin octobre, Serge Lama a perdu son épouse victime d’un AVC. Une perte qu’il vit très difficilement. Mais cela ne l’empêche pas d’être de retour avec un nouveau disque intitulé "Où sont passés nos rêves" . Un album studio salué par la critique et par le public. À 73 ans et pour la première fois, Serge Lama n’a pas travaillé avec ses compositeurs habituels, il a convié ce que la chanson française fait de mieux : de Francis Cabrel à Bénabar en passant par Adamo, Calogero et Julien Clerc.

Votre nouvel album est salué par tout le monde. Certains vont jusqu’à dire que c’est le meilleur. Ça vous fait plaisir ?

"On dirait qu’une fée est passée et a dit : ‘Cet album sera parfait’. Je ne sais pas le succès qu’il connaîtra, mais quoi qu’il arrive, il est extraordinaire. Il est unique par les compositeurs prestigieux qui y sont représentés, parce qu’il est réalisé d’une manière magnifique et parce que le résultat est formidable. Mais je pense avoir fait d’autres albums très forts également. Je pense à Rouge sur lequel figure Je suis malade, et à Napoléon. Je classe ce nouveau disque avec ces deux-là, ni devant ni derrière. À égalité."

Pour la première fois, vous n’avez pas travaillé avec vos compositeurs habituels mais avec le gratin de la chanson française. Comment ça s’est fait ?

"Il y a dix ans que je pense à ce disque, mais depuis ce qui s’est passé avec Michel Berger (ils devaient faire un album ensemble mais la mort de Michel Berger en a décidé autrement, NdlR) et mon manque de chance, je me disais que personne serait intéressé. Le simple fait qu’ils aient accepté d’y participer est un miracle. Ils ont écrit des musiques sur mes textes et tout ce qu’ils m’ont envoyé était fantastique du premier coup. C’est magique, ça n’arrive jamais ! La force de cet album est qu’il est porté par une diversité d’inspiration musicale faramineuse et inattendue. Les plus grands compositeurs des quarante dernières années sont là. Il y a Julien Clerc que j’admire au-delà de tout. On cite souvent Goldman, Berger et Balavoine, mais le plus original, c’est lui. J’ai aussi une admiration folle pour Cabrel et son style. Et pour Maxime Le Forestier."

Allez-vous poursuivre dans cette direction ?

"Avec tous les sujets et les chansons que j’ai dans mes cartons, j’ai de quoi faire deux ou trois disques. Mais malheureusement, je pense que ça ne se fera pas parce qu’on arrive à la mort du disque. Je le dis avec beaucoup de tristesse mais le genre qui s’appelle la chanson est en train de disparaître."

Ça signifie que vous raccrochez ?

"Je vais encore faire un disque. Et si Dieu me prête vie, mon rêve serait de rechanter avec ma voix d'aujourd’hui, les 50 chansons les plus importantes de ma carrière pour en faire un coffret. Il y a des chansons de mon répertoire qui seraient rajeunies si je les chantais aujourd’hui. Est-ce que ma maison de disques me suivra, ce n’est pas certain… Aujourd’hui, les radios ne passeraient plus Je suis malade . Une chanson lente qui dit "Je suis malade" à quinze reprises en 4 minutes, elle ne passe pas. Même pas en rêve !"

Vous verra-t-on sur scène pour défendre cet album ?

"Avec tous les événements que j’ai vécus, je suis très prudent sur les choses de l’avenir. Mais normalement, je pars en tournée en septembre. Et j’ai plutôt de bonnes sensations, à moins que d’autres événements catastrophiques se produisent en France ou en Belgique."

"Le métier me sert de cache-misère"

Serge Lama n’en fait pas un mystère, le décès à 71 ans de son épouse Michèle Chauvier le laisse dévasté. Et ce n’est pas le succès de son nouvel album qui atténuera sa peine. "La disparition de Michèle, je ne l’ai pas encore enregistrée, confie-t-il. Je l’ai subie. J’ai été à son incinération. J’ai pleuré. J’ai fait tout cela instinctivement, comme un animal. Mais l’homme lui-même, je sais qu’il sera blessé longtemps. Le métier me sert de cache-misère dans une certaine mesure, mais la misère ne s’enlève pas en faisant un beau disque. Ce n’est pas avec ça qu’on arrive à compenser une telle catastrophe humaine. Je suis un être humain comme les autres et je le vis avec beaucoup de difficultés. Mais je ne peux pas me poser en martyr parce qu’il y a tellement de gens qui vivent la même situation que la mienne. Regardez ce qui est arrivé au Bataclan… en un seul soir !"

Écrire un commentaire