Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28.03.2012

28 Mars 2014: Est républicain

871544954.2.jpg

 

Compte rendu du concert donné à Ludres le 27 Mars 2014

 

Concert - Le chanteur a livré un set dense et émouvant hier soir à Ludres

Serge Lama entre émotion et légèreté

 

serge-lama-a-passe-en-revue-son-riche-repertoire-durant-plus-de-deux-heures-photo-pierre-mathis.jpg

CINQUANTE ANS de carrière… Et finalement, pas une ride ! Qu’on le veuille ou non, Serge Lama fait partie de ces artistes qui traversent les années – et les décennies ! – sans encombre. Son répertoire aussi, d’ailleurs, puisqu’à chacun de ses passages, les mélodies sont reprises et font de ses concerts des moments musicaux uniques marquants.

Hier soir, le millier de fans garnissant l’Espace Chaudeau, de Ludres, tapaient du pied devant l’entrée, près d’une heure et demie avant le début du set de Serge Lama. Au menu de cette soirée à guichets fermés, près de vingt-neuf morceaux, passant en revue sa carrière, qui ont comblé un auditoire sous le charme.

Tantôt mélancolique lorsqu’il a évoqué son enfance dans « Les Ballons Rouges », tantôt léger avec les « trente-deux » positions du Kama-sutra dans le « Mémorandum pour un pucelage », parfois grave lorsqu’il a repris « La Fille dans l’église » ou « Des Eclairs et des revolvers », l’artiste a médusé un auditoire qui n’en a pas perdu une miette avant de monter en puissance quand, sur un air de jazz manouche, Serge Lama a lancé « Femme, femme, femme ».
Quatuor féminin

Des femmes omniprésentes puisque l’artiste était accompagné sur scène d’un délicieux quatuor féminin, composé de trois violons et d’un violoncelle, qui a su donner un supplément d’âme à des mélodies léchées et millimétrées. Le tout habillé d’un décor soigné composé d’un drap savamment froissé donnant de la profondeur à une mise en scène efficace.

Ce jeudi soir, celui qui a longtemps été « malade » a démontré que l’omniprésence médiatique n’était pas indispensable lorsque l’on respecte son public.

Des tubes aux morceaux moins connus, des « Petites Femmes de Pigalle » à « Je suis malade », en passant par « D’Aventure en aventure », « L’Algérie », « Le Chanteur », « Marie la Polonaise », « Mon Ami mon maître » ou encore « La Chanteuse a vingt ans », Serge Lama a une fois encore maîtrisé son sujet de bout en bout. Mais ça, on s’en serait douté !

Yannick VERNINI

 

Les commentaires sont fermés.