Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13.04.2011

13 Avril 2013: Le Dauphiné

 


Annonce dans le Dauphiné du concert d'Avignon du 13 Avril 2013

2915011424.3.png

 


Serge Lama, toujours poète

 



Il est le malade adoré des amateurs de beaux textes, le dernier dinosaure d’une époque ou l’admiration pour ses pairs poussait à l’excellence de l’écriture.

C’est en s’acoquinant avec "Les p’tites femmes de pigalle" qu’il a gagné en légèreté dans les années 70, et c’est avec sobriété qu’il revient à l’opéra-théâtre ce soir.
Turbulent troubadour

Sa joie de vivre il la cultive depuis l’enfance, même dans les moments difficiles. Son enfance se passe dans les coulisses ou son père chanteur d’opérette cherche la reconnaissance d’un milieu qui ne la lui accordera pas. Le jeune Serge Chauvier écoutait Brassens, Piaf ou Chevalier avec la même gourmandise. Le temps a passé et le turbulent troubadour vient de fêter ses 70 ans sur la scène de l’Olympia au mois de février dernier et a visiblement des réserves avant de parler retraite.

Il claudique un peu plus, ose chanter la fin de vie "J’arrive à l’heure" là ou nul autre n’aurait osé l’aborder à titre personnel, le réac à laisser place à la sincérité et ses chansons ne sont plus ponctuées de ses légendaires éclats de rire, mais Serge Lama met tout le monde d’accord dans le public, c’est un auteur d’exception.

Il n’a rien perdu de sa présence sur scène rajoutant même une pointe d’élégance et de séduction à son jeu jusque-là un peu lesté. Son dernier coup de gueule contre les victoires de la musique (il a refusé une victoire d’honneur la jugeant humiliante) a montré qu’il était toujours un homme de conviction sans se départir de son humour un brin provocateur.

Poète autant qu’interprète l’homme a parfois été mal compris, à fait des choix contestables mais qu’importe comme tous les grands artistes il en sort grandit, "Je vis dans un enfer environné de glace/Comme un cygne voguant sur les immensités/Je vois de tous côtés mon profil et ma face/Et n’ose plus douter de mon éternité." Se priver de cette prose serait dommage, surtout si l’éternité ne nous est pas donnée !

Serge Lama ce soir à l’Opéra-théâtre à 20 h 30 Réservation au 0 490 824 242

Les commentaires sont fermés.