Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08.05.2009

8 Mai 2010: Evasion Mag

Presse-papiers-5.jpg

 

SERGE LAMA : « LA CHANSON EST LA BASE DE MA VIE »…

Qu’est-ce qui fait courir Serge Lama après tant d’années de scène, de disques, de tournées, de planches ? La chanson, tout simplement, même s’il s’en est quelquefois écarté… Oh, pas très souvent car il y revient toujours. Et vous pourrez voir que « L’Ami-Lama » a toujours sa voix, son talent, sa passion, le samedi 8 mai à 20h45 au Théâtre Galli de Sanary.
Rencontre avec un artiste incontournable de notre belle chanson française.


« Alors, Serge Lama, qu’est-ce qui fait que vous n’arrêtez jamais ?
Tout simplement l’envie de chanter, de rencontrer le public. Alors je pars sur les routes jusqu’à ce que j’ai fait les salles « faisables », les lieux les plus divers, petites ou grandes salles, Zéniths ou Palais des Sports, théâtres…
J’ai tourné « Accordéonissi-mots » durant quatre ans, j’ai fait un disque « L’âge d’horizons » et je repars avec un nouveau spectacle que je tourne jusqu’au mois de mai et que je reprendrai en janvier !


Quelle différence avec le précédent ?
Tout d’abord, il y a un musicien de plus, un guitariste, ce qui permettra à mon accordéoniste Sergio Tomassi d’un peu respirer ! Tout le tour a été revu et corrigé dans un style plus manouche et puis, j’ai changé beaucoup de chansons….


Lesquelles ?
Difficile à expliquer… il faut venir voir ! Le spectacle se divise en trois, un peu comme au théâtre. Il y a trois actes. Le fil conducteur c’est… moi ! Mais à chaque acte il y a une couleur. J’ai gardé quelques chansons incontournable comme « Je suis malade », j’ai mis sept chansons de mon dernier album, ce qui est énorme par les temps qui courent et j’ai remis certaines que je n’ai plus chantées depuis des années….


En quoi cela est-il « énorme » de mettre sept chansons du dernier album ?
Parce que, aujourd’hui, les public vient écouter les chansons qu’il aime. Il est moins curieux des nouveautés et s’ennuie vite s’il ne s’accroche pas à des mélodies qu’il connaît. Avant, les artistes « rodaient » leurs chansons devant le public, avant de les enregistrer, afin qu’elles soient fin prêtes au moment de l’enregistrement. Aujourd’hui le public préfère les chansons qui leur rappellent des souvenirs, plutôt que des découvertes. Elles font partie de leur vie, il faut les satisfaire.

C’est ce qu’ils cherchent dans la tournée « Age Tendre »… Pourriez-vous la faire ?
Pourquoi pas, si mon public ne venait pas me voir ? Mais j’ai la chance d’avoir un public fidèle, qui ne vient que pour moi et c’est d’ailleurs pour ça que j’ajoute ces chansons de mon dernier album, il les connaît déjà. Mais je trouve que Michel Algay a eu une magnifique idée que de faire remonter nombre d’artistes qu’on ne voyait plus sur scène. Le public y retrouve toute sa jeunesse et tout le monde y trouve son compte.


Passer de grandes à de petites salles, cela ne pose-t-il pas de problème pour le concert ?
Vous savez, ce qu’on perd d’un côté, on le gagne de l’autre : dans des petites salles, comme l’Olympia que je ferai le 5 avril, c’est plus intimiste, on est près du public, il vous voit et vous le voyez et l’on n’a pas besoin de chanter en force. Dans les grandes salles, comme le Palais des Congrès que j’ai fait en décembre, il y a plus d’espace, plus de solitude, il faut aller cherche le public plus loin donc porter la voix. Mais chanter « Je suis malade » dans une grande salle, c’est quelque chose de formidable ! Finalement, même si ça ne se voit pas, je suis très proche d’un rocker !


Vous avez écrit, voici trois ans, un recueil de poésie intitulé « Sentiment, sexe, solitude ». Avez-vous envie de récidiver ?
Vous savez, j’écris sans arrêt, je n’arrête pas. Mais je ne sais écrire que des poèmes et si j’ai fait ce livre c’est que mon éditrice, Anne Carrière, a eu confiance en moi. Lorsqu’on sait qu’un poète connu vend entre 1.000 et 1.500 livres, moi j’en ai vendu 75.000 parce que je m’appelle Lama !
Donc, pour le moment, ça n’est pas d’actualité. Par contre, j’aimerais peut-être faire un spectacle parlé et chanté autour de ces poèmes et de ce thème… Mais ce n’est qu’une idée.


Et écrire votre bio ?
Alors là, c’est un autre problème ! On me le demande depuis au moins vingt ans !. D’abord, comme je vous l’ai dit, je ne sais écrire que des poèmes et puis j’ai un énorme problème : je n’ai aucune mémoire ! Je passe mon temps à chercher le nom des gens, lorsque ma femme, Michèle, me rappelle quelque chose, moi je ne m’en souviens jamais, alors vous pensez, écrire mes mémoires !!!!

Je ne vis que dans le présent, dans l’instant, le passé, ,je l’oublie. J’aurais peut-être dû tenir un journal au quotidien mais aujourd’hui, c’est trop tard !
Par contre, j’ai de quoi enregistrer vingt disques ! D’ailleurs, lorsque je sors un nouveau disque, il y a certains textes qui datent de deux, dix, quinze ans !


Et le théâtre ?
Ca a été une période de ma vie. Grâce à « Napoléon », qui était une comédie musicale et qui mêlait théâtre et musique, j’ai reçu quelques propositions et j’ai ainsi joué « La facture », pièce que Françoise Dorin avait écrite pour Jacqueline Maillan et dont elle a fait une version « mâle » pour moi et « Tôa » de Sacha Guitry. Mais ça a été une parenthèse et mon vrai métier reste la chanson.
C’est la base de ma vie… »

Propos recueillis par Jacques Brachet


slama4.jpg


 http://www.evasionmag.com/lama.htm


 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.