Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26.12.2009

26 Décembre 2011: France 3

 

Le 26 Decembre 2011 à 23h était diffusée cette émission , 1h30 avec Serge Lama, une émission de Laurent Boyer 

 

Presse-papiers-2.jpg

 

 

 

Interview de laurent Boyer dans télé obs du 22 Decembre

 

Pourquoi commencer cette nouvelle série de portraits par Serge Lama? – Je l’ai rencontré fin 1980. Étudiant en musicologie à Jussieu, j’adorais Brassens et Ferré, mais je n’étais pas dans l’humeur de ce qu’il faisait. On a pourtant passé des heures à parler musique et littérature. A partir de 1991, sur M6, en hommage à Denise Glaser et à “Discorama”, j’ai fait 364 portraits avec “Fréquenstar”, mais pas un seul de Serge Lama, qui ne correspondait pas à la ligne éditoriale de la chaîne. Lorsque France 3 m’a proposé de reprendre les portraits, j’ai évidemment pensé à lui. Il ne s’agit plus de partir à la rencontre de l’artiste de manière diachronique, mais en suivant ses humeurs dans une région. Nous avons filmé le Perche, sa mélancolie, ses paysages verts et ses ciels tourmentés.

Vous montrez un Serge Lama intime, terriblement sombre et attachant. – Tout le monde l’associe à son rire tonitruant et à une attitude rabelaisienne loin de ce qu’il est réellement. Ma proximité avec lui m’a servi. Je connaissais sa vie, son rapport au succès, aux femmes, à la politique, à ses parents, son accident et ses conséquences. Mais quand on est proches, il ne faut pas devenir indécent. J’ai passé dix-neuf jours avec Serge Lama, par petits bouts, pour laisser du temps au temps. Ces portraits sont une maïeutique.

Parmi les témoins, Alice Dona, votre compagne. Vous assumez cette dimension “en famille”?- Je vis avec Alice depuis trente ans. En vingt ans, elle n’est venue qu’une fois dans une de mes émissions. Elle a écrit la moitié des tubes de Lama. Ne pas l’interviewer (et ce n’est pas moi qui l’ai questionnée) aurait été une faute.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.