Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19.11.2009

Portrait de Serge Lama par François Morel

medium_francois_morel.jpg

Lors du vivement dimanche du 18 novembre, François Morel dressait ce portrait de Serge Lama

C’était le temps, le temps béni de la rengaine, c’était le temps où les chanteurs avaient de la voix. Un jour le petit Chauvier au théâtre des Capucines écouta son papa pour la dernière fois. «C’est bien joli de vouloir faire l’artiste, avait dit maman, mais c’est pas ça qui fait bouillir la marmite. » Papa Chauvier continuait à chanter du Mariano mais au volant de sa voiture de représentant de commerce avec la bière Eclat peinte sur la carrosserie.

C’était le temps, le temps groggy dans la verveine. Alors le petit Chauvier en larmes s’est dit, moi, plus tard, je ferai chanteur pour faire chier maman.

C’était le temps, le temps béni de la rengaine.
Le petit Chauvier avait pas trop d’amis. II était pas trop liant, l’était du genre solitaire. Au temps des ballons rouges, il était plus vieux que les jeunes de son age. Lui, ses copains ils étaient dans les livres. Un jour, à la piscine, pour une fille au teint de rose, il voulut réciter un poème. La fille a dit « ouais c’est sympa ton truc, je te remercie bien mais je
préfère autant aller piquer une tête » et puis elle partit au bras du maître nageur moins littéraire mais plus musclé.

C’était le temps, le temps enfoui dans Paul Verlaine. Alors le petit Chauvier en larmes s’est dit, moi, plus tard, je ferai chanteur pour faire chier les sportifs.

C’était le temps, le temps moisi de la gégène. Le petit Chauvier, à dix-huit ans, Se retrouve dans le Sahara. Four faire son service militaire, se retrouver en AIgérie qui reste un beau pays. Rendu alors à la vie civile, le petit Chauvier s’est peut-être dit moi, plus lard, je ferai chanteur pour faire chier les fusils.

C’était le temps, le temps béni de la rengaine… C’était le temps honni de la vingtaine. Un jour sur la route, sa fiancée disparut dans un fait divers. Une vie détruite, une vie à recommencer. Le petit Chauvier dans son lit d’hôpital se battait pour résister, pour vivre quand même. Malgré l’amour disparu, malgré le bonheur enfui.

C’était le temps, le temps pourri de la déveine. Alors le petit Chauvier en larmes s’est dit, moi, plus tard, je ferai chanteur pour faire chier la mort.

C’était le temps, le temps béni des rengaines devenues disques d’or. Le temps des succès, le temps des Palais de Congrés. Le petit Chauvier devenu grand Lama ne s’est pas résolu à devenir l’artiste de référence, le chanteur de révérence, continue à lancer ses coups de gueule, à l’ouvrir, parfois à tort et à travers, parfois pour dire des conneries. Les autres savent gérer la renomée. Pour élargir leur public, l’homme de droite Sardou fail copain-copain avec l’homme de gauche Guy Bedos mais, dans le fond, ils habitent les mêmes quartiers. Le petit Chauvier, toujours un peu mal dégrossi, continue à se battre avec les fantômes angoissés de son enfance. Faut bien apprendre à vivre avec. Le petit Chauvier en larmes a même réussi à passer pour un chanteur comique.

Parce qu’il est devenu chanteur. Pour venger son père, pour venger la mort, pour venger Verlaine, a même fini par se réconcilier avec la vie, avec la vie, avec les sportifs, avec les femmes, avec sa mère.

Aujourd’hui que c’est le temps adouci de 1a cinquantaine, le petit Chauvier qui chantait si fort fredonne d’une voix plus apaisée 1a chanson de toute une vie.

Cétait le temps, le temps béni de la rengaine…

François Morel

 

Commentaires

Bien vue ce portrait!

Écrit par : jacqueline | 03.08.2006

Je l'avais noté, l'extrait du bouquin que je trouve effectivement très bien écrit, vraiment un beau portrait du PETIT CHAUVIER au GRAND LAMA.

Écrit par : danièle | 03.08.2006

c'est qui ce mec ? c'est superbe ce qu'il écrit !

Écrit par : PATOU | 03.08.2006

François MOREL est un comédien qui a fait partie des DESCHIENS, la troupe de Jerome DESCHAMPS.

Pendant une période, il a aussi joué dans le NAPOLEON de Lama. C'est de là qu'ils se connaissent.

Écrit par : HENRIERRE | 03.08.2006

C'est surtout plein de pertinence et très très finement écrit !

Écrit par : Laurent | 04.08.2006

merci Pascal d'avoir remis ce texte à l'honneur, c'est plein d'émotion, ce texte sur Serge est un des plus beau que j'ai jamais lu , vraiment.

Écrit par : nicole | 04.08.2006

Eh oui Nicole, ce sont les rediffusions de l'été !

Écrit par : henrierre | 04.08.2006

Je l'ai vu une fois à la télévision et j'ai trouvé que c'est vraiment très bien raconté. Même, je me rappelle que Serge était là, parmi les invités et qu'il avait apprécié. Ca l'avait aussi fait rire et je me souvient qu'il opinait de la tête de temps à autre quand il voulait dire que c'était vrai. Il a même dit : "comment savez vous tout ça, c'est incroyable, c'est exactement ainsi que cela s'est passé..."

Écrit par : Marie-Christine | 05.08.2006

Les commentaires sont fermés.