Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01.10.2016

28 Novembre 2017: Mot de Serge

Un mot de Serge Lama après les concerts salle Pleyel

24067907_10155953420113007_5931211947365162011_n.jpg

(c) Photo Giancarlo Gorassini / Bestimage

 

« 4 jours à Pleyel », ça sonne comme le titre d'une comédie musicale et c'est d'ailleurs ce que ce fut ; quatre jours de lumières, de musiques, de merveilleux, car ce spectacle est magique, autant pour vous que pour moi. C'est une fête de larmes, de sourires, d'émotions. C'est du moins ce que j'ai ressenti, une sorte d'enchantement, « l'appel au moi dormant ».

J'ai découvert mes nouvelles chansons en même temps que vous, ce qu'elles avaient de neuf et ce qu'il me fallait gérer à l'intérieur d'elles, de souffrances et de joie.

LE SOUVENIR de Calogero est une mélancolique promenade que pas à pas vous avez faite avec moi. Vous avez visité BORDEAUX sur la musique d'Obispo, vous avez vu que le héros ruiné de MAIS J’ T’EN VEUX PAS, « musiquée » par Julien Clerc ne s'en sortait pas si mal. Et bien d'autres surprises dont la plus impressionnante est, sans doute, la remise à neuf de mes anciens titres par mon fidèle ami Sergio Tomassi. J'ai été moi-même bluffé chaque soir par la qualité de ce que j'entendais, ébloui par les éclairages de Laurent Chapot, par ma mise en abîme sur le grand écran. Tout a été un miracle de chaque instant...

Je n'attends plus qu'une chose, revivre cela sur la scène de l'Olympia pour l'anniversaire de mes 75 ans en février prochain. J'espère que vous avez la même impatience que moi ! Tant de bonheur exige tant de travail, de doutes domptés, de certitudes confirmées, celles bien sûr de votre fidélité et, je le crois, de votre affection. Merci à tous de m'avoir ouvert en grand les portes du paradis.

Rendez-vous en février dans la plus belle salle du monde et partout ailleurs, au hasard des fringantes villes de notre beau pays.

Serge

Écrire un commentaire